Poutine et Sarkozy parlent d’Europe

31052008

Après le sud, le royaume de fer et d’argile pousse vers l’est.

Poutine et Sarkozy parlent d'Europe   dans politique

Pour son premier déplacement en dehors de la zone d’influence russe en tant que Premier ministre, Vladimir Poutine a choisi Paris. Et pour cause, la France est un pays clé de l’UE, et dans la répartition des tâches avec le président Medvedev, c’est lui qui suivra le dossier « UE ».

A partir du 1er juillet, c’est la France qui assurera la présidence de l’Union européenne. Juste avant, les pourparlers entre Moscou et l’UE au sujet de leur nouvel accord de partenariat auront débuté (ils doivent débuter le 27 juin à Khanty-Mansiisk, Sibérie occidentale), une région « très dynamique » en raison de ses ressources en hydrocarbures (le ton est donné). La visite de Poutine est en relation directe avec ces événements. La France est l’un des pays clé de l’Union européenne, un de ceux dont les relations politiques et économiques avec la Russie sont stables. Elle est aussi un membre influent de l’OTAN et un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, seul organe, comme le souligne Moscou, habilité à répondre aux questions de guerre et de paix.

La France est en outre dirigée par un homme pragmatique, Nicolas Sarkozy, qui tente d’établir des relations équilibrées avec tous les grands acteurs de la scène internationale (même si certains le jugent trop proaméricain). Comme au temps de Jacques Chirac, la France de Sarkozy met l’accent sur la nécessité de prendre en compte les préoccupations russes, que les Etats-Unis, pour leur part, négligent.

Accord Russie-UE: l’Europe veut un contrat de mariage

Rappelons que les négociations porteront sur un nouvel Accord de partenariat et de coopération entre la Russie et l’UE qui doit remplacer l’accord précédent entré en vigueur en 1997, celui même qui avait été signé par Boris Eltsine à Corfou en 1994 (son entrée en vigueur fut retardée par la guerre en Tchétchénie). L’accord précédent avait été conclu entre une autre Russie et une autre Union européenne. Moscou en était au stade de « réanimation » après la désintégration de l’URSS et était prêt à accepter bien plus de choses qu’aujourd’hui.

L’ancien accord qui a expiré en décembre 2007 a été prorogé d’un an. Ce document est tel qu’il peut être prolongé à l’infini, ou bien disparaître, ce qui ne serait sûrement pas douloureux pour les parties. La Russie peut très bien commercer avec les membres de l’UE sur une base individuelle sans cet accord. Il est davantage nécessaire à l’Europe, qui veut réglementer dans le nouveau document tous les aspects de la « cohabitation », non seulement en ce qui concerne les affaires, mais aussi en matière de sécurité, de culture, de politique, ainsi que les aspects juridiques, les droits civils, le respect des lois, etc. Autrement dit, elle voudrait conclure un « contrat de mariage », dont les points préciseront ce que les parties ont la possibilité de faire et ce qui leur est interdit.

La suite.. 

 




La finance est un «monstre»

18052008

Formulant les critiques les plus acerbes jamais exprimées par un responsable politique européen de premier plan depuis le début de la crise des subprimes, Horst Köhler, un ancien président du Fonds Monétaire International, appelle à la mise en place d’une règlementation plus sévère et à la refondation de la « culture bancaire de l’Europe continentale ».

La finance est un «monstre» 5f2773d2-22a0-11dd-a9a4-2b3c023dc669

M. Köhler pointe du doigt les rémunérations excessives, qui provoquent le ressentiment de l’opinion publique contre les des dirigeants d’entreprises, comme l’un des facteur de la crise des subprimes et accuse les banquiers d’agir de manière irresponsable.

« La complexité des produits financiers et la possibilité d’effectuer des opérations avec un effet de levier énorme et peu de capital propre a permis à ce monstre de se développer. » juge-t-il, tout en considérant que la responsabilité en incombe également aux « rémunérations extravagantes des gestionnaires de la finance ».

Les banquiers « ont fait d’énormes erreurs », déclare M. Köhler dans un entretien qui sera publié par le magazine Stern ce jeudi. Se référant à la crise des subprimes, il s’étonne du silence des banquiers. « Je suis toujours en attente d’un mea culpa de manière claire, audible. La seule chose positive à propos de cette crise, c’est qu’elle a rendu clair pour toute personne réfléchie et responsable dans ce domaine que les marchés financiers internationaux ont créé un monstre qui doit être remis à sa place. »

crisis.jpg

Les propos de M. Köhler ne sont pas sans rappeler les déclarations effectuées en 2005 par Franz Müntefering, alors Vice Chancelier Allemand, qui avait comparé les hedge funds à des « vols de criquets pèlerins » dont « les stratégies de maximisation des bénéfices inspirées par la concurrence internationale » posent « un danger pour notre démocratie ». Il y a trois ans, le vice-chancelier actuel de la République fédérale d’Allemagne, Franz Müntefering, a comparé les hedge funds et les sociétés de private equity à des sauterelles. Il se référait à l’histoire de Moïse dans l’Ancien Testament: Comme Pharaon ne voulait pas laisser partir les Hébreux, le Seigneur frappa l’Egypte de dix fléaux. Lors du huitième fléau, un vent d’est apporta les sauterelles: «Elles mangèrent toute l’herbe du pays et tous les fruits des arbres restés après la grêle. Il ne resta rien de vert sur les arbres et dans les prairies de tout le pays d’Egypte.» (Exode, chapitre 10).

Voici leur manière douteuse de faire des affaires: grâce à du capital qui leur a été prêté, ils achètent des entreprises prétendument en déconfiture et font figurer cette somme comme déficit dans le bilan de l’entreprise dont ils se sont emparés. Par des réductions de postes de travail et de salaires, l’entreprise est alors pressurée de sorte qu’elle génère non seulement le profit usuel, mais aussi permet de rembourser les dettes. Puis on remet le squelette à n’importe quel équarrisseur et l’Etat est prié de s’occuper des chômeurs. »




Israël, pas un jour de paix en 60 ans

13052008

Il y a soixante ans naissait l’Etat hébreu. L’indépendance couronnait la longue aventure sioniste.

Israël, pas un jour de paix en 60 ans dans politique 109624221_resize_crop320par220

Il est très utile de donner quelques précisions sur les dates importantes pour Israël car, de plus en plus fréquemment, elles correspondent à d’autres évènements se déroulant simultanément dans le monde en ces mêmes temps. Israël est une des 2 horloges importantes qui rythment ces temps ! La seconde est l’état de préparation (« l’épouse s’est préparée » = sanctifiée) de la véritable Eglise.

En 1948 le 14 mai à 18h commençait le 5 Iyar 5708 du calendrier hébraïque. Ce jour (5) finissait le 15 mai à la fin de 17h59 de notre calendrier grégorien. (d’où 5 Iyar => 14/15 mai)

Dans la présente année 2008 le 5 Iyar 5768 (soixantenaire) tombait les 9/10 mai… mais c’était un jour de sabbat (samedi à partir de vendredi soir), se qui décalait automatiquement l’anniversaire au 8/9 mai, soit le 4 Iyar pour pouvoir être fêté !

Il faut utiliser uniquement le calendrier hébraïque pour savoir quand le jour de la fête de création d’Israël a lieu ! Par exemple en 2009 le 5 Iyar tombera le 29 avril 2009.

Notre calendrier grégorien est basé uniquement sur le cycle solaire, alors que le juif est luni-solaire : mois lunaires de 29 ou 30 jours (année normale de 12 mois = 354/355 jours seulement -déclage 11j le plus souvent par rapport au cycle solaire) avec rattrapage approximatif du calendrier solaire de 365,24 j par ajout d’un mois, Adar II = 29 j, tous les 3 ans = année irrégulière de 13 mois lunaires en résulte).

Par « chance » les cycles lunaires et solaires se recoupent à 1h 40 près tous les 19 ans -cycle embolismatique-. La succession des années de 13 mois dans un tel cycle de 19 ans est toujours : 3, 6, 8, 11, 14, 17, 19 ans, soit 7 années irrégulieres et 12 régulieres… 7 (soit 4+3): Le nombre complet en ce monde -semaine, chandeliers, Esprits, etc…- et 12 (4×3) le nombre complet pour l’Eternité -12 apôtres, fondements, portes de nouv. Jérusalem, etc… hasard ? Non : parfait réglage souverain !

Remarque intéressante sur ce dernier thème : Il y a eu 19 ans -à 3 grosses semaines près- entre création effective d’Israël le 5 Iyar 5708 (14/15 mai) et la prise du mont du Temple le 27 Iyar 5727 (6/7 juin 1967, vers 10h du matin donc le 7 juin pour nous durant la guerre des 6 jours). Evenements qui, irrégulières, sont tous 2 les 8èmes années d’un cycle de 19 et de son suivant, et toutes les 2 sont des années de 13 mois, donc avec un Adar II – pouvons-nous insister sur le II comme une deuxième chance pour Israël ?- l’une de 384j car bissextile-1948-, l’autre de 383j -1967-.

De fait il y a beaucoup plus intéressant encore à observer en examinant ces choses avec précision, Nous rentrons dans un temps important pour Israël et son calendrier rythme de plus en plus des évènements avec ses voisins, comme mondiaux.

POcine07 dans propheties

Pour aider Israël c’est là http://www.investirdansunmiracle.org/







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers