Sarkozy en Israel

29062008

Le président de la République a entamé, dimanche soir 22 mai, une visite de deux jours en terrain conquis. Tout en s’efforçant de rassurer les Palestiniens.

Trois mois après la venue à Paris du président israélien, Shimon Peres, Nicolas Sarkozy est arrivé, hier, à Jérusalem pour une visite d’État de deux jours en Israël. Une visite censée sceller le « renouveau » de la relation entre les deux pays, après les incompréhensions, voire les tensions de la période Chirac. « Je suis, depuis toujours, un ami d’Israël, a déclaré le président français dès son arrivée, à l’aéroport Ben Gourion. La France a voulu la naissance de l’État d’Israël, acte majeur du XXe siècle. »

Un accueil royal

Depuis son élection, il a multiplié les mots et les gestes d’amitié. Sa résolution à contrer les menaces de l’Iran contre Israël est ici très appréciée. Son style et sa biographie finissent de convaincre. « Il est rare qu’un dirigeant européen soit reçu en Israël avec autant de chaleur et d’éclat », commente le quotidien Haaretz. La télévision israélienne parlait même, hier soir, d’un « accueil royal ».

 Le chef de l’État a voulu aussi préparer le terrain au sommet euro-méditerranéen convoqué le 13 juillet à Paris.

La visite d’Etat de Nicolas Sarkozy achevée mardi a été tout entière vouée à la célébration de la confiance retrouvée entre la France et Israël. «J’ai le sentiment que nous sommes en train de remettre enfin la relation entre nos deux pays au diapason de ce qu’elle était réellement dans les cœurs. Plus personne ne doit douter de l’attachement indéfectible de la France à la sécurité d’Israël», se réjouissait le président lundi, lors de son allocution à la communauté française venue l’écouter dans les jardins de l’hôtel King David.

Après quarante ans de relations ombrageuses, le président de la République a voulu tourner la page. À ceux qui douteraient qu’une visite d’État puisse changer la nature des relations diplomatiques, le président Shimon Pérès a répondu par avance le jour de l’arrivée de Sarkozy, soulignant qu’une seule visite, celle de Sadate en 1977, avait bouleversé la relation israélo-égyptienne.

 «La Knesset était en fête»

sarkoknesset.jpg

Deux jours plus tard, mission accomplie. La presse israélienne a salué une visite «chaleureuse». «La Knesset était en fête», selon le quotidien Yedioth Ahronoth. Haaretz, le journal du centre gauche, a salué un «discours historique à la Knesset» où Nicolas Sarkozy a promis de «barrer la route à tous ceux qui menacent Israël». La demande du gel de la colonisation et de la double tutelle sur Jérusalem, qui a beaucoup rassuré les Palestiniens, a été moins relevée par la presse locale. Selon lui, « il ne peut y avoir de paix sans l’arrêt de la colonisation » en Cisjordanie, alors que la poursuite de la colonisation, notamment à Jérusalem-est, qu’Israël entend garder sous sa souveraineté dans le cadre d’un éventuel accord avec les Palestiniens, constitue la principale entrave au processus de paix.

Le dîner d’État de 250 personnes offert lundi par Shimon Pérès à Nicolas et Carla Sarkozy a marqué le point culminant des réjouissances. Plus tard dans la soirée, on a pu voir Nicolas Sarkozy et le patron du Likoud, le «faucon» Benjamin Nétanyahou, fumer le cigare sur la terrasse de son hôtel, le King David. Tout miel avec les Israéliens, Nicolas Sarkozy a aussi séduit tous azimuts parce qu’il pense avant tout au lancement de l’Union pour la Méditerranée, qui pourrait lui apporter en France, en cas de succès, un crédit qui lui manque encore sur une initiative qui laisse pour le moment les observateurs sceptiques. «Le 13 juillet, il y aura beaucoup de monde, on parlera !», se réjouissait Nicolas Sarkozy à Bethléem, mardi, en présence de Mahmoud Abbas, le président palestinien.

 




En Californie, les gays à la noce

17062008

Lévitique 18:22  Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination.

Deux couples de lesbiennes, emblématiques du combat judiciaire mené pendant plus de quatre ans par des homosexuels californiens pour avoir le droit de s’unir légalement, ont été les premiers, lundi soir, à recevoir des certificats de mariage. Il était 17h15, heure locale (soit 2h15, heure française) lorsque Diane Olson, 54 ans, et Robin Tyler, 66 ans, se sont dit « oui » à Beverly Hills, près de Los Angeles. A la même heure à San Francisco, à 600 km plus au nord, le maire Gavin Newsom devait présider à l’union entre Del Martin, 87 ans, et Phyllis Lyon, 83 ans, deux lesbiennes qui vivaient ensemble depuis 56 ans et avaient participé à tous les combats pour la conquête et la défense des droits des homosexuels.

Ces deux unions hautement politiques étaient le premier signe de l’entrée en vigueur d’un arrêt de la Cour suprême de l’Etat légalisant les unions entre personnes du même sexe. Elles ont été suivies par plusieurs dizaines de mariages de couples homosexuels au cours de la même soirée en Californie.

Deux prêtres homosexuels se sont « mariés » samedi à Londres

En Californie, les gays à la noce dans politique priests-marriage-19_679131e

L’Eglise d’Angleterre a annoncé samedi soir que deux prêtres homosexuels auraient manqué à leurs devoirs, après s’être mariés et avoir échangé leurs alliances, lors de la toute première cérémonie religieuse jamais organisée dans une église du pays, selon la presse.

Le journal dominical The Sunday Telegraph précise que les prêtres Peter Cowell et David Lord, se sont « mariés » dans l’une des plus vieilles églises d’Angleterre, Saint Bartholomew the Great à Londres, en utilisant le rite le plus traditionnel pour cette union religieuse.

Le couple avait fait préalablement enregistrer légalement son statut de partenariat civil, avant la cérémonie à l’église, ajoute le journal.

Un porte-parole de l’Eglise anglicane a déclaré à l’AFP qu’il n’y avait « aucune raison » de douter que ce mariage ait eu lieu. « Ce cas nous apparaît comme une sérieuse entorse aux règles de la part d’une personne ou d’un groupe de personnes ».

Luc 17: 22  Et il dit aux disciples: Des jours viendront où vous désirerez voir l’un des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez point.
23  On vous dira: Il est ici, il est là. N’y allez pas, ne courez pas après.
24  Car, comme l’éclair resplendit et brille d’une extrémité du ciel à l’autre, ainsi sera le Fils de l’homme en son jour.
25  Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération.
26  Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme.
27  Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; le déluge vint, et les fit tous périr.
28  Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient;
29  mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr.
30  Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra.

 

 




L’Irlande dit NON au Traité de Lisbonne : victoire de la démocratie !

14062008

L’Irlande dit NON au Traité de Lisbonne : victoire de la démocratie ! dans economie non_irlande_traite_lisbonne_sarkozy_lol-0b420

Les Irlandais ont nettement rejeté le traité européen de Lisbonne, avec 53,4% de NON contre 46,6% de OUI.

La victoire du Non en Irlande est une bonne nouvelle pour la démocratie. Ce “mini” traité qui était en passe d’être imposé aux européen sans consultation car ratifié uniquement par les parlements de chaque pays, hormis l’Irlande dont la constitution ne permettait pas cela, ne devrait pas être appliqué.

Giscard qui était “le père” du Traité Constitutionnel Européen rejeté par les peuples français et hollandais en 2005 avait dit que : “Le traité et le mini-traité, c’est la même chose mais dans le désordre.”, ainsi c’était “s’assoire” sur les NON de ces eux pays.

Merci aux Irlandais d’avoir exprimés leur désaccord avec la politique que veulent nous imposer Sarkozy, Merkel, Barroso and co.

Ce NON est en tout cas un sacré camouflet pour Sarkozy qui avait promis de remettre l’Europe sur les rails.

Une fois de plus la Bête qui sort de la mer d’écrite dans l’Apocalypse et l’Europe s’affirme de plus en plus comme étant une seule et même chose. Avec le rejet irlandais c’est les prophéties de Daniel qui se confirment également. Daniel 2:43  Tu as vu que le fer était mélangé avec l’argile du limon: c’est qu’ils se mélangeront par la semence des hommes; mais ils ne colleront pas l’un à l’autre, de même que le fer ne se mélange pas avec l’argile. (Chouraqui).

Quand on sait quelle énergie développe le président Sarkozy pour reconstituer l’empire romain d’occident et d’orient en unissant l’union européenne avec l’union méditerranéenne, son nom qui se prononce ‘char-köz-y’ en hongrois et qui signifie littéralement ‘un lieu entouré de boue’, prend avec la traduction de Chouraqui un relief bien particulier…

La suite… 




Israël menace l’Iran de bombardements

6062008

Israël menace l'Iran de bombardements dans armee 105155707b685c494615a4bb4343f136

Et comme Israël fait généralement ce qu’elle dit…

Israël se préparerait à frapper les installations nucléaires iraniennes et Ehud Olmert serait venu à Washington pour demander l’aide ou au moins le feu vert de George Bush. Le général Shaul Mofaz, ministre israélien des Transports et membre du cabinet de sécurité, a estimé vendredi comme « inévitable » une attaque israélienne des sites nucléaires iraniens. Cette menace fait suite à l’échec apparent des sanctions visant à empêcher Téhéran de fabriquer à terme l’arme atomique. »Si l’Iran poursuit son programme de mise au point d’armes nucléaires, nous l’attaquerons. », a affirmé Shaul Mofaz, également vice-Premier ministre de l’état hébreu, dans un entretien publié vendredi par le quotidien Yedioth Ahronoth.

Trois évènements récents ont relancé la rumeur:

- Hier, dans l’avion qui le ramenait de Washington, le Premier ministre israélien a déclaré, pour la première fois: « Nous sommes sur le point d’arrêter le programme nucléaire de l’Iran ».

Il n’a pas voulu être plus précis mais la phrase sonne comme un ultimatum.

- Il y a trois jours, l’ancien commandant des forces américaines au Moyen-Orient, l’amiral Fallon, a donné son première interview depuis sa démission.

Cette interview était très attendue car la presse avait attribué son départ à son refus de participer à une guerre contre l’Iran.

Or, dans l’entretien, Fallon n’a pas vraiment démenti ce rapport de cause à effet, ce qui laisse penser que Bush a bien nourri -et continue probablement de nourrir – l’idée de frapper ou de laisser Israël frapper l’Iran.

- Enfin, la semaine dernière, l’ancien ministre allemand des Affaires étrangère, Joshka Fischer, a écrit une tribune alarmiste dans le quotidien libanais « Daily Star » et le quotidien israélien « Haaretz ».

Selon Fischer, « un conflit militaire va très probablement être déclenché » en 2008.

Pour deux raisons principales:

1/ Israël considère que les sanctions internationales contre l’Iran ne marchent pas.

2/ Le pouvoir israélien estime qu’il doit agir avant que l’administration Bush ne quitte la scène, parce que la suivante, quelle qu’elle soit, lui sera forcément moins favorable

Ehud Olmert a en outre marqué des progrès dans les négociations avec Washington sur la fourniture à Israël d’avions furtifs F-22, considérés comme les plus performants au monde. M. Olmert a également obtenu l’inclusion d’Israël dans le système global de prévention par satellite contre les lancements de missiles balistiques.

Enfin, les deux parties ont convenu de coordonner leurs actions en vue de mettre fin au programme nucléaire iranien. 

 




“Jérusalem, capitale du Peuple juif”

5062008

jerusalem.jpg

Le caractère et l’Histoire de Jérusalem lui confèrent une importance et un rôle qui vont bien au-delà des “frontières” étriquées de l’Etat d’Israël. De la même manière qu’il y a un siècle, les petits troncs du KKL, déposés à travers le monde, symbolisaient l’appartenance de la Terre d’Israël au peuple juif dans son ensemble, ainsi doit-il en être de la Ville de David, qui est centre national du peuple juif avant d’être capitale de l’Etat d’Israël. Elle fut le réceptacle de toutes les prières et de tous les espoirs des Juifs durant des siècles, alors qu’il n’existait encore aucune structure étatique.

De ce fait, toute décision concernant le sort de la Ville ne doit pas dépendre uniquement des décisions d’un gouvernement israélien, passager par définition, soumis à des pressions, ou mû par des intérêts particuliers. Contrairement à la politique générale d’Israël, qui dépend uniquement de la volonté de ses citoyens exprimée dans les urnes (quand ils le peuvent…), l’avenir de Jérusalem doit être remis dans les mains du Peuple juif dans son ensemble. C’est ce que la Knesset a voulu officialiser ce matin, par un vote préliminaire sur un amendement apporté à la Loi Fondamentale sur Jérusalem de 1980: Jérusalem sera nommée “Capitale du Peuple Juif”

La proposition émane de Zevouloun Orlev (Ihoud Leoumi – Mafdal): “Il n’y a pas seulement la Jérusalem civile, il y aussi la Jérusalem d’En-haut, celle qui unifie le Peuple juif dans son ensemble, et dans laquelle chaque Juif, où qu’il soit, peut s’y sentir chez soi.

La suite…. 







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers