Le pape Benoît XVI reçu en grande pompe à Paris

12 09 2008

papeetniko.jpg
Le chef de l’Etat a reçu à l’Elysée Benoît XVI, en visite pour quatre jours en France. « La laïcité positive, la laïcité ouverte, c’est une invitation au dialogue, à la tolérance et au respect », a notamment déclaré Nicolas Sarkozy, pour qui « se priver de religion, ce serait de la folie ». De son côté, le pape a souligné « la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences ».

 Le discours des deux hommes fut dans l’esprit et dans le verbe très proche, si proche qu’on le dirait écrit de la même plume. Manifestement ils oeuvrent dans le même but. Quel est ce but ?

Le Cardinal autrichien Schönborn raconte à la Radio Vaticane les raisons du choix du nom Benoît XVI expliquées aux cardinaux après l’éléction par le même Ratzinger.
Schônborn raconte : « Il a expliqué que c’était en référence à Benoît XV, qui a été Pape dans la difficile période de la Première Guerre Mondiale. Mais surtout à Saint Benoît de Norcia, Saint-patron de l’Europe … « .

Rappelons que le cardinal Josef Ratzinger est né en Bavière le 16 avril 1927. Le saint du calendrier qui correspond au 16 avril est Benoît-Joseph, qui est comme par hasard le nom du pape composé avec Josef son prénom natal. Coïncidence troublante.

En parlant de Benoît XVI faisant référence à saint Benoît patron principal de toute l’Europe, il s’agit dans ce cas de saint Benoît de Nursie né vers 480 à Norcia (Nursie), Italie.

Le saint Benoît fêté le 16 avril est cependant Benoît-Joseph LABRE est né à Amettes, diocèse d’Arras en France (1748–1783). Mais c’est la correspondance des dates et du prénom, plus que de la personne qui est ici essentiel. Cela sonne comme un message.

 16 avril : naissance du cardinal Josef Ratzinger

16 avril : fête de saint Benoît-Joseph LABRE

16 avril : décès de saint Benoît-Joseph LABRE

 16 + 16 Avril + Josef Ratzinger + saint Benoît-Joseph Benoît XVI

Cette correspondance de date et de prénoms est tellement flagrante qu’on pourrait supposer que le cardinal Josef Ratzinger devenu le nouveau pape Benoît XVI se soit trouvé une filiation spirituelle avec Saint Benoît de Norcia, Saint-patron de l’Europe. Il se nomme donc le pape de toute l’Europe…

Ce pape à vocation européenne, en visite en France, qui a en charge la présidence tournante de l’Europe actuellement, prend une dimension spirituelle nouvelle quand l’objet de sa venue est de fêter le jubilé du 150e anniversaire des apparitions à Lourdes. La cité mariale est le deuxième lieu catholique le plus visité après Rome.
La dimension eschatologique prise par l’Europe en ce moment, doit souligner l’importance de ceux qui contribue à l’inscrire dans les prophéties.

En écho au discours sur la « laïcité positive » du chef de l’Etat aujourd’hui, Benoît XVI a déclaré qu’ »en ce moment historique où les cultures s’entrecroisent, une nouvelle réflexion sur le vrai sens et l’importance de la laïcité est devenue nécessaire ». Rappelant que « les racines de la France, comme celles de l’Europe, sont chrétiennes », le pape a souligné le « rôle civilisateur » joué en France par l’Église, qui « a façonné ce pays de manière éclatante durant des siècles ».

Si ce n’était si tragique, ces paroles sont à hurler de rire tant elles sont grossières et mensongères. Qu’un pape successeur de l’Inquisition, elle même ayant massacré sous l’autorité papale des millions de personnes notamment dans le Languedoc, où se trouve Lourdes est pour le moins cocasse. Car le cardinal Ratzinger avant d’être pape fut préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, l’un des dicastères de la curie romaine, anciennement nommé le Saint-Office (l’ancienne Inquisition), ce qui l’amène, le 15 février 1982, à renoncer à la charge pastorale de l’archidiocèse de Munich et de Freising.

Il importe que les Français sachent ce qu’est l’Inquisition, instituée en France en 1203 sous l’autorité du pape Innocent III. Les Albigeois, ces chrétiens dont la vie reflète leur consécration, avaient des villes un peu partout en France méridionale. Ils furent détruits par les armées de la Rome papale qui se livrèrent à d’atroces massacres. Dans la France du sud-est et dans la vallée du Piémont italien, les Vaudois subirent aussi, siècle après siècle, les persécutions des armées de l’Inquisition.

Par sa sévérité, sa durée et son étendue, l’Inquisition s’avère plus épouvantable encore que les atroces événements de l’Holocauste, ces six années de tortures et d’atrocités infligées aux Juifs par Hitler et les Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Des historiens sérieux et crédibles estiment que depuis les débuts de la papauté jusqu’à nos jours, plus de cinquante millions d’hommes et de femmes ont été massacrés pour « hérésie » par la Rome papale. (Voir « The History of Romanism » de John Dowling, et les ouvrages sur l’Inquisition de Lea, Vancandard, Maycock, Coulton, et Turberville.) Les chambres de torture inquisitoriales, instituées par Innocent III en 1203, se perpétuèrent pendant 605 ans dans les nations sous le contrôle de Rome, jusqu’à l’abolition de l’Inquisition en Espagne et au Portugal en 1808.

Je vous invite à visionner cette vidéo sous-titrée en français. Veuillez la faire connaître autour de vous, car elle contient d’importantes données historiques.

http://video.google.com/videoplay?docid=-258794838513802783


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers