• Accueil
  • > Archives pour octobre 2008

The Hedge Fund Apocalypse

26102008

blackholegalaxy.jpg

Apocalypse 9 : 1  Le cinquième ange sonna de la trompette. Et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre. La clef du puits de l’abîme lui fut donnée,

2  et elle ouvrit le puits de l’abîme. Et il monta du puits une fumée, comme la fumée d’une grande fournaise; et le soleil et l’air furent obscurcis par la fumée du puits.

3  De la fumée sortirent des sauterelles, qui se répandirent sur la terre; et il leur fut donné un pouvoir comme le pouvoir qu’ont les scorpions de la terre.

11  Elles avaient sur elles comme roi l’ange de l’abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon.(Destruction)

Wall Street révèle que ses idoles ont provoqué un trou noir à dollars. Depuis la chute d’une de ses « stars » Lehman Brothers, les produits structurés adossés aux “subprimes” aspirent maintenant le mobilier de Lehman Brothers, de Merryl Lynch et d’AIG, puis traverse l’océan et continue avec les grandes banques anglaises, allemandes, françaises, rien ne semble vouloir freiner son appétit. La crise est en train d’être transférée des institutions financières (je vous rassure il y aura encore des cadavres mais ce sera la queue de la comète en terme d’impact) aux états. Le premier exemple concret est l’Islande, mais des pays comme l’Ukraine ou la Hongrie et d’autres feront parler d’eux prochainement (voir la chute du real brésilien et du peso mexicain). Viendront ensuite les morceaux de choix comme le Royaume Uni ou bien encore … bouquet final les Etats-Unis.

En s’abattant sur terre la comète Lehman frappa de plein fouet les 10000 hedge funds dans le monde.  Qualifiés invariablement de « nuées de sauterelles » les hedge funds nettoient tout sur leur passage (dirigeant social démocrate allemand Münterfering), de « menace émergente » (directeur du FBI), ils brasseraient des milliards provenant de sources douteuses, et souvent servent au blanchiment d’argent ou pour d’autres activités criminelles.

Jeremy GRANTHAM anticipait la disparition d’au moins une grande banque, c’est fait avec Lehman et la disparition de … la moitié des hedge funds existants. Pour ces derniers le décompte est donc lancé !

La guerre contre les fonds spéculatifs a été déclarée le 13 juillet dernier avec l’attaque concertée entre le Trésor américain et la SEC. L’objectif de l’attaque était de desserrer l’étau autour des banques. La cible était cette ribambelle de fonds spéculatifs majoritairement acheteurs sur les matières premières et vendeurs sur les valeurs financières.
Le résultat ne s’est pas fait attendre et les appels de marge ont dû pleuvoir de tous bords. Puis vint la faillite de Lehman Brothers et les fonds ayant vendu des protections (CDS) sur cette banque. Ces fonds sont aujourd’hui redevables d’environ 365 milliards de dollars en exécution de la vente de ces protections. Dans une industrie qui représente, selon le cabinet Carbon360, environ 3800 milliards de dollars d’actif au 1er avril 2008, cette somme ne devrait pas passer inaperçue. Entre le choc des subprimes, puis celui des matières premières, le bannissement des ventes sèches et les conséquences de la faillite de Lehman Brothers, le petit monde des hedge-funds est frappé en plein cœur, ce qui entraîne une destruction de valeur dans la sphère financière sans précédant. Liquidant leurs actifs en vitesse, tant qu’ils le peuvent, pour rembourser l’argent emprunté, les « hedge funds », ou fonds spéculatifs, tentent de sauver leur peau en fuyant les marchés, ce qui alimente une chute aveugle des bourses mondiales. Les fonds spéculatifs, appréciés pour leur talent à faire gonfler les placements de leurs clients en recourant à l’endettement à grand volume, sont désormais clairement désignés comme les responsables de la chute continue des marchés boursiers en dépit de la succession de plans gouvernementaux.

The Hedge Fund Apocalypse

 




Un milliard de mal nourris dans le monde

16102008

C’est un pavé bien lourd qu’ Oxfam vient de  balancer  dans le jardin de la  journée mondiale de l’alimentation. En 40 pages bien tassées – accessibles uniquement en anglais – l’ONG britannique fait le bilan, dramatique, de deux années de flambée des prix des matières premières, alimentée, alors, par l’appétit croissant des pays émergents, le développement forcené des biocarburants et une spéculation effrénée.  Sa principale conclusion ne surprendra personne : si certaines firmes du secteur agroalimentaire ont largement bénéficié de la flambée des cours, celle-ci n’a nullement profité aux petits agriculteurs vivriers des pays les plus pauvres.  Selon la Banque mondiale, depuis 2007,  le nombre de mal nourris dans le monde a augmenté de 120 millions de personne, portant  le chiffre global à environ un milliard d’individus, soit, grossièrement,  15% de la population mondiale.

Jean Ziegler, qualifie la faim dans le monde de «crime contre l’Humanité» et s’élève particulièrement contre le développement des biocarburants et la spéculation sur les denrées de base.

«En 2000, le premier objectif du millénaire que les Etats de l’ONU s’étaient fixé était de réduire la faim structurelle de moitié d’ici 2015, or la catastrophe ne cesse de s’agrandir pour toucher 925 millions de personnes», souligne Jean Ziegler.

 

«Américains et Européens préfèrent sauver leurs banques»

«Depuis 2000, les Etats les plus riches n’ont pas trouvé les 82 milliards de dollars par an pendant cinq ans nécessaires pour atteindre les huit objectifs du millénaire, notamment la fin des épidémies ou de la faim, mais parallèlement depuis début septembre des milliers de milliards de dollars ont été brûlés dans la crise financière», s’emporte le sociologue suisse.




Aujourd’hui Hag haSoukkot la fête des tentes

14102008

Aujourd'hui Hag haSoukkot la fête des tentes dans economie 3cf45886-99ae-11dd-bcd6-eb4d88b9ae0c

 

L’Europe retrouve son unité face à l’urgence

Comme les deux énormes incendies de forêt dans la banlieue de Los Angeles, L’europe et les Etats-Unis jouent au pompier sur les marchés boursiers, afin de remettre sur les rails le train fou de la spéculation mondiale et tous ses excès.

La démonstration d’une Europe agissant de concert tranche avec les réactions nationales et dispersées du début du mois. L’étendue de la crise et une rude semaine de krach boursier ont poussé les dirigeants de la zone euro à se retrouver au plus haut niveau – en soi une première – pour convenir d’un plan européen.
« Ils ont réalisé la semaine dernière que les mesures prises par leur voisin pouvaient leur faire du tort et que les marchés n’étaient pas convaincus par ces actions non coordonnées », explique une source diplomatique française pour justifier ce changement d’approche.clip_image002 dans societe

Pour la France, forcée à revoir les priorités de sa présidence et son agenda, la crise a offert l’occasion de mettre en avant politiquement la zone euro. « Elle seule a la vocation la plus explicite à la coordination des politiques économiques », justifie-t-on de source française.« L’Europe unie aura fait plus que les États-Unis », se félicitait hier Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy a longtemps multiplié en vain les interventions destinées à ramener l’ordre dans l’action des uns et des autres avant de pouvoir savourer, dimanche, le temps venu « de l’Europe et de l’unité », obtenu en partie grâce à un net changement d’attitude de Berlin.

Le plan de sauvetage européen du système financier dépasse déjà celui des États-Unis. D’après les chiffres annoncés hier à Paris, Berlin, Madrid ou Vienne, l’enveloppe globale mise à la disposition des banques par les principaux États membres de l’Union européenne (UE) s’élève déjà à plus de 1 700 milliards d’euros, soit 13,6 % du PIB européen. À lui seul, le couple franco-allemand met 840 milliards d’euros sur la table. À titre de comparaison, le plan Paulson prévoit une aide de 700 milliards de dollars, soit 520 milliards d’euros. Si l’on y ajoute les nationalisations des agences de refinancement hypothécaire Freddie Mac et Fannie Mae, de l’assureur AIG, le soutien aux fonds monétaires et les garanties de la Fed au rachat de Bear Stearns, le plan de sauvetage du système financier américain approche les 1 200 milliards de dollars, soit 8 % du PIB.

Pour sauver un système devenu fou, les Etats occidentaux et chrétiens ont mis 3 000 000 000 000 d’argent frais tirés de nulle part sur la table.  Jérémie 17:5  Ainsi parle l’Eternel: Maudit soit l’homme qui se confie dans l‘homme, Qui prend la chair pour son appui, Et qui détourne son coeur de l’Eternel!




Aujourd’hui Yom Kippour: le jour du jugement

10102008

Sous le sceau du chiffre 7

Aujourd'hui Yom Kippour: le jour du jugement dans societe s_sacrif

Levitique 16

Voici de quelle manière Aaron entrera dans le sanctuaire. Il prendra un jeune taureau pour le sacrifice d’expiation et un bélier pour l’holocauste.

Il prendra du sang du taureau, et il fera l’aspersion avec son doigt sur le devant du propitiatoire vers l’orient ; il fera avec son doigt sept fois l’aspersion du sang devant le propitiatoire.

Il égorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au delà du voile. Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l’aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire.

C’est ainsi qu’il fera l’expiation pour le sanctuaire à cause des impuretés des enfants d’Israël et de toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché. Il fera de même pour la tente d’assignation, qui est avec eux au milieu de leurs impuretés.

 

Aujourd’hui sonne le shofar pour le grand jour des expiations. Ce jour hautement solennel, l’un des plus, sinon le plus, redoutables des Jours Redoutables, a lieu le dixième jour du mois de Tishri dans le calendrier hébreu. La Bible appelle ce jour Yom HaKippourim (יום הכפורים) : « Le dixième jour du septième mois, ce sera pour vous une sainte convocation, et vous mortifierez vos âmes… » (Lévitique 23, 27).

 

Au delà d’Israël c’est le monde qui est jugé ce jour là et que ses relation avec Dieu sont définis. Sept fois le sang sera aspergé sur l’autel, pour la justification du Peuple et sa sanctification ou pour son rejet et sa condamnation.

 

Depuis le jour des trompettes et celui des expiations les évènements qui s’enchaînent doivent nous interpeller car ils sont lourds de sens.

 

            -Adoption du plan Paulson pour 700 milliards.

            -7 banques centrales abaissent brutalement leur taux pour enrayer la chute des Bourses

            -Wall Street chute de plus de 7% pour la septième fois consécutives.

-Aujourd’hui Les Etats-Unis accueillent en position d’accusés un G7 de crise

 

L’Eternel juge (CRISIS) le monde et le scelle du sceau du chiffre 7. Aimer l’argent et son dieu Mammon plus que le Seigneur est considéré comme un adultère. Aujourd’hui le monde est maudit et rejeté loin de l’Eternel.




Et maintenant que la bête paraisse….

6102008

Apocalypse 13 : 2  La bête que je vis était semblable à un léopard; ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité.

3        Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l’admiration derrière la bête.

 

Du lion britannique à l’ours russe, ou de l’Atlantique à l’Oural que la bête annoncée dans l’Apocalypse paraisse.

La crise financière fait aussi des heureux. Politiquement, elle permet à Nicolas Sarkozy de se mettre en avant.

Une crise diplomatico-militaire cet été dans le Caucase, une crise financière internationale à l’automne : Nicolas Sarkozy jubile. De la tribune de l’ONU face à Bush et consorts aux ors de l’Elysée avec les «grands» dirigeants européens, en passant par l’usine Renault de Sandouville où il se rend ce matin voir des ouvriers (lire aussi page 22), il n’y en a que pour lui. Le Président hyperactif et narcissique est partout. Pas un front, pas un écran qui ne lui échappe.

Et maintenant que la bête paraisse…. dans politique photo_0302_459_306_11613

 Regardez-le, si décontracté en ces temps d’angoisse, taper samedi dans la main de Dominique Strauss-Kahn, comme un basketteur. Voyez-le, un peu plus tard, l’air grave mais en pleine autosatisfaction, lors d’une conférence de presse expliquer que (grâce à lui) «l’Europe existe et présente une réponse unie» face à la crise. Ecoutez enfin ses conseillers qui viennent expliquer que «c’est tout le discours de Toulon qui ressort et qui a été repris au niveau européen».

Sarkozy, ce héros qui non content d’avoir «arrêté l’Armée rouge» cet été, comme il aime le dire en privé, s’en va maintenant «moraliser et refonder le capitalisme»

«On travaille pour le livre d’histoire», a-t-on coutume de dire à l’Elysée. «Il aime ces circonstances. C’est pour vivre des moments pareils qu’il fait de la politique», confiait la semaine dernière un dirigeant de l’UMP présent chaque lundi matin au Palais. Persuadé donc que cette crise ne le dessert pas politiquement, Nicolas Sarkozy est même ravi d’avoir une présidence de l’UE si chargée.

 

« Aujourd’hui c’est l’ensemble des gouvernements européens qui disent aux citoyens européens qu’ils sont unis, solidaires et déterminés dans les circonstances financières exceptionnelles que nous traversons aujourd’hui », a affirmé lundi Nicolas Sarkozy en annonçant que chacun des Vingt-Sept s’engageait à prendre « toutes les mesures nécessaires pour assurer la stabilité du système financier ».

« Face à la crise, l’unité de l’Europe était une nécessité. Cette unité est aujourd’hui réalisée« , a assuré M. Sarkozy sur le perron de l’Elysée, peu avant de présider une nouvelle réunion avec les principaux dirigeants de banques et d’assurances français.

 

Toute l’autorité du dragon lui est donnée.




1929 crisis to subprime mortgage crisis 77 years

5102008

La crise des subprimes s’est déclenchée au deuxième semestre 2006 avec le krach des prêts immobiliers (hypothécaires) à risque aux États-Unis (les « subprimes »), que les emprunteurs, souvent de conditions modestes, ont arrêté de rembourser. Révélée au monde en février 2007, notamment par l’annonce d’importantes provisions passées par la banque HSBC, elle s’est véritablement transformée en crise financière mondiale à partir de l’été 2007. La crise des subprimes (ou crise du sub-prime) (en anglais subprime mortgage crisis) est considérée comme la crise financière la plus grave depuis celle de 1929 et entraîne depuis l’automne 2008 un bouleversement majeur du paysage bancaire international. Touché en son cœur à Wall Street la crise traverse désormais l’océan et touche le continent où les grands dirigeants européens doivent en catastrophe trouver des solutions afin de juguler un effondrement du système économique qui mènerait l’Europe à sa ruine.

 

1929 crisis to subprime mortgage crisis 77 years  dans economie xin_5b69a6ec251244efa9b192fbf247e583

 

L’effet papillon

 

A partir de fin 2006, les ménages qui avaient souscrits aux « subprimes » sont victimes de la brutale augmentation des taux d’emprunts et ne peuvent plus rembourser leurs banques.

Leurs maisons sont alors saisies pour être revendues. Mais le marché immobilier américain, rapidement inondé par la quantité de l’offre et face au peu de demandes, s’effondre.

 

Première conséquence : les fonds qui avaient massivement investit dans les « subprimes » se retrouvent pris au piège. En juillet 2007, deux fonds de la banque d’investissement Bear Stearns ferment.

 

C’est le début d’une réaction en chaîne qui va toucher des banques dans le monde entier.

On en est aujourd’hui à des plans de dernières chances du style « plan Paulson » ou des centaines de milliards sont mobilisés conjointement avec le soutient tout aussi massif des banques centrales apparemment en pure perte. C’est 40 ans d’accumulations de crédits qu’il convient désormais de solder et aucun plan ne saurait de soutient ponctuel ne saurait le faire. C’est donc bien à l’ouverture d’une ère nouvelle à la quelle nous assistons.

Tout cela s’apparente aux convulsions d’une femme enceinte qui peine à accoucher d’un monde nouveau.  

 

Apocalypse 12: 1   Un grand signe parut dans le ciel: une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.

2  Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l’enfantement.

3  Un autre signe parut encore dans le ciel; et voici, c’était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes.







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers