Un pays brisé

20 12 2008

ports.jpg

L’ossature industrielle des Etats-Unis  repose sur son industrie automobile et son complexe militaro-industriel. Après avoir mené deux guerres qui s’achèvent en grande pompe avec le retrait des troupes annoncées d’Irak et une facture de plus de mille milliards de dollars, le président Bush achève son travail de destruction massive de l’économie américaine en annonçant la quasi nationalisation de son industrie automobile. La colonne vertébrale industrielle des Etats-Unis est brisée !

Avec la crise économique et la récession qui frappe les Etats-Unis, « laisser l’industrie automobile américaine s’effondrer » ne serait pas « responsable », a déclaré le président George W. Bush. Il a averti que constructeurs et syndicats devraient « prendre les décisions difficiles nécessaires pour se réformer ».

Fermeture des chaînes de production

Les « Big Three » -General Motors, Ford et Chrysler- sont actuellement plongés dans une crise très grave. Mercredi, GM a d’ailleurs annoncé la fermeture momentanée de 20 de ses usines de production dans le Nord des Etats-Unis, vertaines étant arrêtées pendant tout le mois de janvier.
Idem pour Ford, qui a annoncé la fermeture de 10 de ses chaînes de montage nord-américaines, cette fois pendant une semaine en janvier. Dans une lettre envoyée à ses salariés, ses fournisseurs et au syndicat Union Auto Workers, Chrysler a, de son côté, indiqué qu’il fermait 30 usines de production pour un mois à compter de vendredi, jusqu’au 19 janvier prochain ou plus tard. De son côté, l’administration Bush étudie la possibilité d’une faillite « dirigée », pour sauver l’industrie automobile américaine.

General Motors prévoit une baisse de 60% de sa production en Amérique du Nord au premier trimestre par rapport à l’an dernier pour répondre à la chute de la demande. Cela mettrait la production de GM ex numéro un mondial, derrière celle de Ford, l’actuel numéro trois derrière le japonais Toyota. Les ventes de GM aux Etats-Unis ont dégringolé de 41% en novembre contre une baisse de 36% pour le secteur dans son ensemble.

La profondeur de la crise conduit la réserve fédérale des États-Unis à abaisser ses taux d’intérêt à un niveau inédit, proche de zéro.

La décision de la Réserve fédérale (FED), la banque centrale des États-Unis, de réduire son principal taux directeur à quasiment rien illustre d’abord la profondeur de la crise financière qui mine le pays. Impuissantes à relancer l’activité en dépit des multiples baisses de taux pratiquées déjà cette année, les autorités monétaires ont opté pour une véritable fuite en avant, ramenant le loyer de l’argent de 1 %, un niveau déjà historiquement bas, à une marge sans précédent située entre 0 et 0,5 %. C’est dire que les principaux opérateurs qui se refinancent auprès de la FED vont bénéficier de crédits gratuits. En fait, même négatifs, en termes réels (déduits de l’inflation, toujours officiellement à plus de 2 %).

La manoeuvre ressemble ainsi à s’y méprendre à une tentative désespérée de relancer le marché du crédit, aujourd’hui quasiment gelé, afin de stimuler une économie qui glisse vers la dépression. L’évolution du bilan de la Fed trahit ce recours massif à la planche à billets. De moins de 1000 milliards de dollars à la mi-septembre, il a plus que doublé à près de 2300 milliards.

Retour à la Grande Dépression (1929)

L’industrie automobile US est au bord de l’effondrement, représentant ainsi une crise sectorielle typique et symbolique de la tragédie économique qui est en train de frapper les USA. Si une aide d’urgence ne lui est pas accordée par l’administration GW Bush, il est possible, sinon probable, que General Motors et Chrysler se déclarent en faillite au début janvier 2009. Même si cette aide est accordée, la situation restera tragique, et le sort funeste repoussé de quelques semaines sans aucune issue garantie.

Cette situation sectorielle est en train de prendre effectivement des dimensions de tragédie nationale, donc de prendre une substance différente, – une sorte d’enjeu central de la crise économique qui se développe avec une rapidité effrayante. De ce fait, les tensions engendrées par cette crise deviennent nationales et politiques. Les perspectives d’une grande dépression peuvent désormais être évoquée.

La grande cure de la Grande Dépression, c’est effectivement la guerre et ce qui suivit (la Guerre froide), c’est-à-dire un “keynésianisme de l’industrie de guerre”; implicitement, nous pourrions admettre par la logique chronologique de cette description que les USA ne sont jamais sortis de la Grande Dépression d’une façon économiquement normale et qu’ils ont survécu dans une opulence absolument factice grâce à une base industrielle et technologique de l’armement alimentée par le keynésianisme de guerre camouflée, qu’ils ont rajouté là-dessus la piraterie du dollar, l’endettement, la privatisation, la globalisation financière, la dérégulation, etc., pour arriver à la rechute d’aujourd’hui…

L’Amérique n’est jamais sortie de la Grande Dépression; elle vit en sursis et artificiellement, au-dessus de ses moyens par la « magie » du roi dollar et des successions de guerres. Tout cela fonctionna tant que le monde accepta cette hégémonie impériale, mais aujourd’hui où ce même monde s’émancipe de la tutelle impériale, le Roi apparaît tel qu’il est, NU.

Apocalypse 3:17  Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu,

Désormais la logique de guerre « mondiale » retourne vers son auteur, sa matrice, le Etats-Unis qui devront la subir et l’accepter sur son propre sol, par une crise d’abord économique, puis sociale, pour finir par les armes.

Apocalypse 13:10  Si quelqu’un mène en captivité, il ira en captivité; si quelqu’un tue par l‘épée, il faut qu’il soit tué par l‘épée. C’est ici la persévérance et la foi des saints.

L’Amérique se révèle désormais pour ce qu’elle est réellement, Babylone, une prostituée vendue à Mammon.


Actions

Informations






Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers