Sommet Etats-Unis – Israël

19 05 2009

obamaneta.jpg

Le Premier ministre israélien rencontrait lundi, à Washington, le président américain. Une rencontre stérile où chacun est resté campé sur ses positions.

C’est l’un des grands paradoxes de l’administration Obama, l’un des principaux arguments avancé par les détracteurs du président américain. Le démocrate paraît mieux s’entendre avec les ennemis historiques des Etats-Unis qu’avec certains de ses plus proches alliés.

Dans les faits, cela se traduit par de profonds désaccords géopolitiques : lundi, Obama a une nouvelle fois milité pour la création d’un Etat palestinien et l’arrêt des constructions de colonies juives en Cisjordanie. Netanyahou considère ces extensions comme « naturelles » et refuse d’endosser la responsabilité de la création d’un Etat qui serait contrôlé par le Hamas. L’actualité n’aura pas vraiment œuvré pour un apaisement des relations. Lundi, Israël confirmait l’extension de colonie juive de Maskiot……

Le cadre de l’OLP Yasser Abed Rabbo s’est déclaré mardi satisfait des positions du président américain Barack Obama face au premier ministre israélien Binyamin Netanyahou.  »Nous ne nous assiérons à la table des négociations que dans le cas d’un programme défini et clair qui débouchera sur la mise en pratique des principes de la feuille de route, c’est-à-dire la création d’un état palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale ».

“La solution de deux États, entraînera l’effondrement d’Israël” ?

Ce ne pas le chef de file de la droite israélienne, mais l’Ambassadeur palestinien au Liban, Abbas Zaki, qui n’appartient pas au Hamas, mais bien à la branche dite modérée des palestiniens, celle qui se présente comme partenaire d’Israël pour la Paix.

Extraits d’une interview avec l’ambassadeur de l’OLP au Liban Abbas Zaki, diffusée sur ANB TV le 7 Mai 2009.

Pour visionner la vidéo de MEMRI TV cliquez-ici .

Abbas Zaki: “Ce qu’il faut, c’est un règlement, et non pas une hudna [trêve]. Après 45 ans de lutte, nous avons le droit de tirer une conclusion à ce conflit, plutôt que de prolonger la hudna, permettant à Israël de se développer tous les jours.

Mon conseil est que nous ne devons plus accorder à Israël de hudna, parce que chaque fois qu’Israël obtient une hudna, elle consolide sa position et s’enracine de plus en plus profondément. Quelle Hudna ? S’ils ne se retirent pas des terres de 1967  quelle Hudna ?-  Israël deviendra une réalité sur le terrain, et nous finirons dans de petites enclaves, d’où nous seront poussés dehors avec le temps.

Par conséquent, il est grand temps de trouver un règlement définitif, une solution globale. Les Arabes parlent d’une solution globale et présentent des initiatives, et le monde discute d’une solution, mais nous continuons à dire: tenons-nous en à la hudna. Non, mon ami. Personnellement, j’ai rejoint le Fatah quelque peu tardivement, en 1962. Calculez combien d’années cela fait. Devrais-je continuer à prolonger les hudnas ? Impossible. Nous voulons une solution maintenant.

Ils parlent d’une solution à deux États, et lorsque cela sera accompli …

Même Ahmadinejad, le chef du front du refus de toute la région, a déclaré qu’il soutient une solution à deux États.  Personne ne dupe personne.

Grâce à la solution de deux États, à mon avis, Israël va s’effondrer, parce que s’ils sortent de Jérusalem, que restera-t-il de tous leurs discours sur la Terre promise et le peuple élu ? A quoi serviront tous les sacrifices qu’ils ont fait – à ce qu’on leur demande de partir? Ils considèrent que Jérusalem a un statut spirituel. Pour les Juifs, la Judée et la Samarie, représentent une aspiration historique. Si les Juifs quittent les lieux, l’idée sioniste commencera à s’effondrer. Elle régressera d’elle-même. C’est alors, que nous avanceront. “

Source: Memri traduction Bivouac-id. 

UE-Turquie: Sarkozy « ment » (Hamon)

Le porte-parole du PS Benoît Hamon a accusé aujourd’hui Nicolas Sarkozy de « mentir ».

« Nicolas Sarkozy dit en France « Nous ne voulons pas de la Turquie ». Pourtant sous la présidence française de l’Union européenne, il a ouvert deux chapitres supplémentaires dans la négociation avec la Turquie », a affirmé M. Hamon sur France Info.
« J’observe que dans ce débat-là, aujourd’hui, Nicolas Sarkozy agite à Paris le chiffon rouge de la Turquie, mais à Bruxelles, il a donné systématiquement son accord à la poursuite du processus de négociation », a-t-il ajouté.
« Dites la vérité aux Français, Monsieur le président de la République, cessez de leur mentir, notamment sur le dossier turc », a lancé l’eurodéputé. « Puisque vous préparez l’adéhion de la Turquie à Bruxelles, assumez-le ».


Actions

Informations






Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers