BRI/Crise financière: banques suisses les plus touchées

30062009

BRI La Banque des règlements internationaux, (Bank for International Settlements en anglais ou BIS) qui se trouve dans la ville de Bâle.(photo)

C’est la plus ancienne institution financière internationale. Son statut juridique est celui d’une société anonyme, dont les actionnaires sont des banques centrales, on peut donc dire que c’est la banque centrale des banques centrales. Le cœur du système bancaire mondial. La réunion mensuelle du conseil d’administration, où se rencontrent les gouverneurs des grandes banques centrales, permet aussi une coordination informelle des politiques monétaires des grands pays.

banquedesrglementsinternationauxbri.jpg

Bâle – Les grandes banques suisses sont celles qui ont été le plus touchées par la crise l’an dernier en termes relatifs. Elles ont inscrit des pertes avant impôts représentant 1,94% de leur somme de bilan, selon les calculs de la BRI.

Les établissements néerlandais (0,79%), allemands (0,41%) et américains (0,10) étaient eux aussi dans les chiffres rouges, indique la Banque des règlements internationaux (BRI) dans son rapport annuel publié lundi. L’institution pointe du doigt la trop grande taille et la trop forte interdépendance des banques.

Les programmes de relance engagés par les gouvernements pour stimuler leurs économies doivent être arrêtés “rapidement”, au risque de renforcer la distorsion des marchés et d’engendrer des tensions inflationnistes, a prévenu la BRI.

 Les gouvernements font racheter leur dette par les banques centrales, ce qui monétise la dette. Pour comprendre le risque de la monétisation de la dette lire sur Contre Info : Monétisation de la dette, ou la transgression du tabou de l’argent.

La BRI a peur, très peur même que le système financier mondial, qui vacille dangereusement sur ses bases, s’écroule sans contrôle. Mais qui à peur d’être touché à la tête, qui craint donc pour « sa richesse » et « son trône » ?

Je pense qu’il est temps de répondre en partie à ce mystère.

La suite….




Une génération en marche vers l’égalité

28062009

israelpride.jpg

Les Gay Pride qui rassemblent aujourd’hui des millions de participants, fêteront quarante ans de combat homosexuel, soit toute une génération. Un combat qui a commencé au Stonewall Inn, un bar new-yorkais, une nuit de juin 1969. Un an plus tard est organisée la première Gay Pride aux Etats-Unis.

Très peu d’établissements accueillaient ouvertement les homosexuels dans les années 1950 et 1960. Ceux qui le faisaient étaient souvent des bars dont les gestionnaires étaient rarement homosexuels eux-mêmes. Le Stonewall Inn était la propriété de la mafia. Il s’adressait à tous types de clients mais était célèbre pour sa popularité auprès des plus marginalisés dans la communauté gay : les transsexuelles, les transgenres, les travestis, les jeunes hommes efféminés, les prostitués et les jeunes sans-abri. Les descentes de police étaient monnaie courante à l’époque mais les policiers ont rapidement perdu le contrôle de la situation au Stonewall Inn en raison d’une foule révoltée que les raids policiers attirèrent. Les tensions entre police de New York et résidents gays de Greenwich Village prirent encore plus d’ampleur le lendemain soir et de nouveau plusieurs jours plus tard. En quelques semaines, les résidents du quartier se sont organisés en groupes d’activistes mettant en place des lieux où les gays et les lesbiennes pourraient se retrouver sans crainte d’être arrêtés.

Après les émeutes de Stonewall, les gays et lesbiennes de New York ont franchi les fossés de genre, de générations et de classe pour former une communauté unifiée. En l’espace de six mois, deux organisations homosexuelles furent crées à New York pour organiser des actions militantes et trois journaux furent fondés dans le but de promouvoir les droits des gays et des lesbiennes. En quelques années, des organisations de défense des droits des homosexuels ont fait leur apparition aux États-Unis et dans le monde. Le 28 juin 1970, les premières Gay Prides ont eu lieu à Los Angeles et à New York pour commémorer l’anniversaire des émeutes de Stonewall. Des marches similaires ont été organisées dans d’autres villes et, aujourd’hui, des Gay Prides sont organisées chaque année, partout dans le monde, vers la fin du mois de juin, pour commémorer ces émeutes et ce jusque dans la ville de Jérusalem.

Aujourd’hui, les associations réclament surtout l’égalité réelle entre homos et hétéros: « Avoir les mêmes droits juridiques et être dans l’espace public » C’est le mariage qui est visé actuellement, puis l’accès à la parentalité, et un jour le droit au culte et à la prêtrise, égalité oblige. Déjà l’Église luthérienne offre un véritable mariage religieux avec le même rituel que pour les couples hétérosexuels et accepte des pasteurs homosexuels.

« Le Parlement suédois a adopté à une écrasante majorité, mercredi 1er avril, une loi dite sur « le mariage sexuellement neutre », permettant aux homosexuels de se marier civilement ou religieusement. La Suède devient ainsi officiellement le premier pays à autoriser la célébration de mariages homosexuels au sein d’une Eglise majoritaire. L’Eglise luthérienne, dont 74 % des Suédois étaient membres en 2007, a déclaré qu’elle soutenait cette nouvelle législation.

Un peu partout dans le monde le mariage homosexuel est légalisé, comme dans les pays scandinaves, l’Espagne ou l’Afrique du sud et bien sûr les Etats-Unis.

Barack Obama déclare juin 2009, mois de la fierté gay, lesbienne et transgenre

« Et donc par conséquence, moi, Barack Obama, Président des États-Unis d’Amérique, en vertu de l’autorité dont je suis revêtu par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame par la présente juin 2009 comme mois de la Fierté Gay, Lesbienne, Bisexuelle et Transgenre. J’appelle le peuple des États-Unis à tourner le dos à la discrimination et aux préjugés partout où ils existent. En témoignage de quoi, j’ai apposé ci-dessous la signature de ma main en ce premier jour de juin de l’année du Seigneur deux mille neuf, et la deux cent trente-troisième de l’Indépendance des États-Unis. » Barack Obama

Déclaration pouvant être lu sur le site de la Maison Blanche : http://www.whitehouse.gov/the_press_office/Presidential-Proclamation-LGBT-Pride-Month/

Le monde entier est désormais visé par le biais du Comité IDAHO qui a sollicité le gouvernement français pour que soit reconnu officiellement la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, et a annoncé en outre qu’il porterait cette initiative à l’ONU. Ce fut chose faite le 18 décembre dernier, grâce à l’action inlassable de Rama Yade. Le texte fut soutenu par 66 Etats, mais manquaient notamment les Etats-Unis. Le soutien de Barack Obama est donc une avancée importante, un pas de plus vers l’égalité entre homos et hétérosexuels. Pour bien comprendre l’enjeu, il convient de préciser que la Déclaration faite à l’Assemblée générale des Nations Unies constitue une première historique. Mais ce texte hautement symbolique demeure sans valeur contraignante. C’est pourquoi le Comité IDAHO  essaie d’aller vers une résolution, c’est-à-dire vers un texte ayant force de loi. Il faudrait alors le faire appliquer dans les 80 pays qui pénalisent l’homosexualité dans le monde.

En ce sens, le soutien des Etats-Unis à la Déclaration constitue une étape décisive.

La Bible condamne cette pratique et sur ce point est claire : c’est un péché, un comportement qui est abomination à l’Eternel, et l’Eglise doit le condamner avec la plus forte énergie. C’est ainsi que les habitants de Sodome avaient été condamnés, car ils cherchaient à abuser de deux envoyés de Dieu hébergés par Lot dans Genèse 19 ; il en est de même de l’abomination dénoncée par le Lévitique 18, 22 qui dit : « tu ne coucheras pas avec un homme comme tu couches avec une femme. C’est une horrible pratique. » et 20, 13 dit : « si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont commis tous deux une horreur ; ils sont punis à mort : leur sang retombera sur eux. » Vous voyez qu’il n’y a pas de commentaire de plus à faire, car la bible est on ne peut plus claire  L’homosexualité est un crime, une abomination, et pour montrer la gravité et l’horreur de ce comportement, la Bible préconise comme punition, la mort des auteurs de cet acte, c’est un signe de la fin des temps annoncé dans la bible. Ainsi, dans l’église, l’homosexualité, à, travers les écrits de l’apôtre Paul, est vécue comme la marque même de la rupture des païens d’avec le vrai Dieu.

1 Corinthiens 6 : 9 Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, 6-10 ni les sodomites, ni les infâmes, 10  ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu.

2 Timothée 1 Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. 2  Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, 3  insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, 4  traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, 5  ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là.




Les signes des temps

25062009

Il existe une bible satanique inscrite dans le zodiaque. Son contenu est révélé dans les cultes à mystères des prêtres chaldéens, perses, grecs et catholiques , qui la diffusent au travers du temps par les fêtes liées au culte solaire, ravivant ainsi le souvenir des pratiques passées. Par exemple au solstice d’hiver on honorait Tammuz, puis Mithra et aujourd’hui Jésus qui est utilisé comme un masque.

Le soleil au cours de l’année agit comme un doigt qui suit les lignes du livre zodiacal, il est aussi le symbole de celui qui éclaire les hommes dans la compréhension du texte énigmatique qui doit être interprété. Dans l’antiquité il s’agissait du roi divinisé comme en Egypte.

Râ et le pharaon : Khephren (mort vers 2620 av. J.-C.) consacre la filiation solaire de Pharaon, les rois deviennent en effet « fils de Râ »). Tandis que le roi régnait sur terre, Râ était le maître de l’univers, ainsi ils étaient de la même nature et chacun était le reflet de l’autre. Dans la vie, c’est le roi qui commande les humains, récompensant les obéissants et détruisant le désobéissants, et dans la mort, c’est Râ qui remplit ce rôle. Râ fut de plus en plus associé au roi, qui était humain et dieu en même temps. C’est probablement Radjedef qui, le premier, a introduit le nom de « Fils de Râ » dans la titulaire, nom dont l’usage perdurera jusqu’à la fin de l’époque pharaonique.  

placedelaconcorde.jpg

L’obélisque deviendra le symbole de cette union solaire, car il symbolise le soleil et pharaon. Le soleil est l’image du fils qui éclaire, lui même porté par celui qui tient la lumière, le porteur de lumière, Lucifer chez les catholiques.

On comprend cette obsession contemporaine à mettre des obélisques aux points stratégiques des centres importants pour la direction des hommes. Pae exemple devant la basilique Saint Jean de Latran de Rome ou entre le parlement et l’église de la Madeleine en France  qui représente la loi et l’Esprit avec au centre le guide, le fils solaire, parodie satanique de la transfiguration où Jésus éblouissant avait à ses côtés Moïse et Elie, soit la Loi et les prophètes..

Le diable se tient donc à une logique qui reste immuable au fil du temps. Il suit le cheminement de son livre zodiacal en le réactualisant au fil du temps et des civilisations. A l’occasion je vous lirai et expliciterai son contenu, mais pour l’heure restons dans le sujet du jour, des signes et des temps. Le livre s’achève dans le verseau, ce qui signifie renversé, retourné. Au terme des jours le vainqueur renverse l’adversaire et impose définitivement son règne sur l’autre. Voilà le but.

Matthieu 16 : 1 Les pharisiens et les sadducéens abordèrent Jésus et, pour l’éprouver, lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel.2  Jésus leur répondit: Le soir, vous dites: Il fera beau, car le ciel est rouge; 3  et le matin: Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps.

Le mot signe, « semion » en grec aurait une origine sémitique le mot racine Sym, placer, nommer quelqu’un. Le verbe sayyem qui se présente comme un intensif du précédent existe en judeo-araméen dans le sens de marquer.

Le signe désignait anciennement le terme de seing, signum, et se prenait pour le sceau ou cachet particulier, dont chacun usait pour sceller et adopter les actes qu’il passait ; ce seing ou sceau tenait alors lieu de signature, car tout le monde ne savait pas écrire. Le signe dans le sens de marque ou sceau, devient avec la généralisation de l’écriture une signature qui remplace donc la marque. La signature ou le nom devient ainsi la marque ancienne. Porter le nom revient donc à porter la marque, comme les chrétiens qui portent dans leur nom la marque de leur Dieu, le Christ. La foi dans le Verbe  est le signe du divin sur l’homme. Deutéronome 6:8  (mes commandements) Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux.

La logique satanique du signe s’inscrit dans un autre registre. Dans l’antiquité le mot « Signe » servait « à désigner les astres et les constellations en tant qu’ils sont les « signes » présumés de phénomènes terrestres ou atmosphériques et d’événements de la vie humaine »

Ce mot qui vient du latin « signum » est l’équivalent du mot grec « séma » ou « semeion » avec le sens de « marque », « point de repère », utilisé dans le sens de figure, image. Bref il désigne d’abord un groupe d’étoiles. Or les mots signum ou semeion étaient en fait la transposition des mots « Gishur » en sumérien et « Usurtu » en akkadien. Mots qui représentaient un signe sidéral, une image constellée puisqu’ils signifiaient aussi « dessin » ou encore « tableau » ou « image ».

Le diable va donc nous façonner des signes qui entrent dans sa logique, comme ce crop circle.

cropmaya.jpg

Le 3 aout 2004 en Grande-Bretagne à proximité du tumulus de Silbury Hill (site de Stonehenge), un Crop Circle extrêmement élaboré a été découvert dans un champ. Désigné par de nombreux spécialistes comme « le crop circle de l’année » et aussi grand qu’un terrain de football, le Cercle de récolte fait directement référence au calendrier Maya et à ses symboles.

Baptisé « Jour du Destin » par certains, « Jugement Dernier  » ou encore « Fin des Temps » par d’autres, ce majestueux cercle de cultures de plus de 150 mètres de diamètre évoque irrésistiblement la symbolique des anciens calendriers mayas et aztèques.

Steve Alexander, un expert qui a photographié des centaines de cercles de récolte à travers le monde, commente cette incroyable formation : « C’est le cercle de récolte le plus complexe que j’ai jamais vu! je sais qu’un tas de gens pensent que tous ces cercles sont faits artificiellement par la main de l’homme, mais pour celui-ci c’est très peu probable. Cela prendrait des jours pour réaliser un dessin aussi gigantesque : or ce cercle est apparu en une nuit ! »

Le cercle de récolte présente sur son pourtour une suite binaire bien connue des anthropologues spécialistes de l’Amérique précolombienne. On en retrouve notamment des éléments sur le socle circulaire d’une statue du XVIème siècle représentant le dieu aztèque Xochipilli et découverte dans les années 1850 sur un versant du volcan Popocatépetl, près de Tlamanalco au Mexique.

Xochi signifie fleurs ou végétation et Pilli signifie Prince. Dans la tradition maya-aztèque, Xochipilli est le dieu de la végétation, des fleurs et des récoltes, mais aussi celui de l’amour, de la beauté, de la musique et de la danse. La statue est faite d’une seule pièce, et d’après le grand anthropologue espagnol Carlos Barrios, qui a passé 25 années au Guatemala chez les Mam,  »les Gardiens du Temps » selon la tradition maya, elle représente le dieu assis sur la Terre en train d’organiser et d’harmoniser les cycles du temps.

Selon les Olmèques, les Mayas et les Aztèques, ainsi d’ailleurs que dans la tradition indienne et mésopotamienne, le temps n’est pas linéaire mais procède de cycles qui se répètent continuellement : de la même manière que les planètes, les systèmes solaires et les univers naissent, meurent et renaissent de leurs cendres, les particules du temps se répètent indéfiniment en s’enroulant autour d’elles-mêmes sur le serpent de l’infini.

Les différents calendriers Mayas et Aztèques présentent tous l’année 2012 comme marquant la fin du Cycle actuel, celui du « Quatrième Soleil », et le commencement d’un nouveau Soleil, le Cinquième, celui de l’àge Cosmique dont on ne peut se faire aucune idée à travers nos repères actuels.

C’est pourquoi l’extraordinaire cryptogramme de Silbury Hill, inspiré de ces calendriers, se réfère probablement lui aussi à cette échéance de l’année 2012, le point zéro.

Le chercheur britannique C. Lewis a travaillé sur le fonctionnement du système de mesures utilisé dans les anciens calendriers mayas et aztèques son adaptation au cercle de Silbury Hill. Selon lui, il ne fait aucun doute que le diagramme figuré sur ce crop circle d’un genre tout à fait nouveau indique une sorte de compte à rebours sur une minuterie en forme « d’horloge-calendrier  » inspirée du modèle maya-aztèque.

Chaque carré interne valant 130 ans, la position de l’aiguille sur le dernier carré indique qu’il nous reste un peu plus de 5 % de ces 130 ans à parcourir, soit environ 8 années. Or, si l’on ajoute environ 8 années à août 2004, on tombe à peu près exactement sur l’échéance du 21 décembre 2012 correspondant à la fin des calendriers mayas.

Ce signe sur la terre qui fait opposition aux signes dans le ciel dont fait référence Jésus, porte la marque de fabrication de son maître, le diable, qui nous renvoie à l’échéance de 2012, devant marquer la fin d’un monde, celui de Christ à n’en pas douter et l’avènement d’un monde nouveau qui verra le fils du soleil éclairer la terre pour lui montrer le chemin. On a une datte et le roi soleil, il ne reste plus qu’à attendre les élections de 2012….

Apocalypse 13:16  Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,




Benjamin Netanyahu à Babylone

24062009

Alors que la rupture semble désormais consommée avec Hussein Obama, Benjamin Netanyahu cherche de nouveaux appuis en Europe.

Ah l’Europe et ses 12 étoiles mariales, son Saint Siège et un chanoine président… Israël à peur et est effrayé face au défi du nouveau Goliath Perse qui les menace et insulte jour après jour. Mais aujourd’hui Israël n’a pas le cœur de David, mais celui d’Achab et cherche l’union avec une prostituée. C’est comme si en son temps le roi Achab était allé chercher une alliance à Babylone en passant par la porte d’Ishtar (Astarté/Vierge) la reine du ciel, puis demandait à Marduk le dieu tutélaire de la ville de Babylone d’intervenir pour délivrer Israël. Ce n’est pas avec les adorateurs d’idoles romaines conseillés par un pontife romain, que le chef d’Israël trouvera du secours. La preuve.

bibiparis.jpg

Le Premier ministre israélien est arrivé mercredi en début d’après-midi à Paris, en provenance de Rome, où il s’était entretenu avec le président du Conseil italien Silvio Berlusconi. Benjamin Netanyahua été reçu par le chef de l’Etat pendant plus d’une heure à l’Elysée.

 Le président Nicolas Sarkozy a demandé aujourd’hui à Israël « le gel total » de la colonisation dans les territoires palestiniens, lors d’un entretien à l’Elysée avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, selon un communiqué de la présidence française. « Le président de la République a appelé Israël à prendre, sans attendre, toutes les mesures possibles pour encourager la confiance » avec les Palestiniens, « à commencer par le gel total des activités de colonisation, ainsi que l’amélioration décisive des accès et mouvements pour les populations civiles palestiniennes », indique la présidence française.

Une rencontre entre le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et l’émissaire américain pour le Proche-Orient George Mitchell, prévue jeudi à Paris, a en effet été annulée. Selon le quotidien israélien à grand tirage Yediot Aharonot, c’est Washington qui a annulé la rencontre, en signe de mécontentement. Un haut responsable gouvernemental cité par le journal explique que la Maison-Blanche a signifié sans ambages à Israël que la rencontre n’avait pas lieu d’être aussi longtemps qu’Israël n’aura pas modifié sa position sur la colonisation en Cisjordanie occupée. L’administration Obama reproche au gouvernement mené par ‘Bibi’ son intransigeance sur cette question. Alors que le président américain a, dans son discours du Caire le 4 juin, appelé à un gel total de la construction de colonies en Cisjordanie

Mais Hussein Obama ne perd pas son temps pour sceller de nouvelles alliances avec les ennemis d’Israël. Les Etats-Unis ont annoncé mercredi leur décision d’envoyer à nouveau un ambassadeur en Syrie après quatre ans de froid. Le principal allié de Damas est l’Iran ne l’oublions pas. « C’est indéniablement un pas dans la bonne direction et indéniablement un signe de sincérité de la part de l’administration Obama au sujet du dialogue avec la Syrie », a ajouté M. Salkini, porte-parole de l’ambassade de Syrie à Washington.

Les ministres arabes des Affaires étrangères se sont engagés mercredi à soutenir les efforts du président américain, Barack Obama, pour relancer le processus de paix au Proche-Orient, assurant cependant que la normalisation avec Israël dépendait du gel de la colonisation.

Ils ont promis de « prendre les mesures nécessaires pour soutenir l’effort américain pour un règlement de paix global et la création d’un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem-est pour capitale« .

 

La prochaine étape: Israël devra « restituer » Jérusalem…




Le fiel de la terre

22062009

Nous avions un omni-président, qualificatif qui touche au divin et voilà qu’il en ajoute la gloire. Dans l’aile du « midi », là où le soleil est son zénith et en plein solstice d’été, à Versailles « résidence du Roi Soleil », un astre s’élève au-dessus de tout et de tous. De la monarchie républicaine on passe au président soleil !

presidensoleil.jpg

Nous vivons sous le règne du déni de démocratie permanent. Hier, la France et son référendum piétiné, aujourd’hui les institutions de la cinquième république balayées pour la gloire d’un homme à l’égo surdimensionné. Ayant mobilisé à peine 10 % du corps électoral en faveur de ses listes aux européennes, l’UMP feint la victoire et Nicolas Sarkozy ne veut pas laisser échapper l’avantage obtenu par son camp. Le faste et la solennité de la réunion au château de Versailles viendraient donc « consacrer le succès » de l’étape électorale et surtout donner une caution à la suite des réformes envisagées par la droite pour l’acte II du quinquennat. Car, le chef de l’État y expose « sa vision » d’un modèle de société pour l’après-crise.

Le député socialiste du Doubs Pierre Moscovici a critiqué « le discours du trône » de Nicolas Sarkozy devant le Congrès, jugeant qu’ »il cherche un sacre ». « C’est une mauvaise réforme que nous n’avons pas votée, on a rétabli ce qui fut la tradition de la monarchie », a-t-il déploré. « C’est le droit d’adresse monarchique et avec en plus un président qui parle en majesté, et en haut la piétaille l’écoute ». »Après il s’en va, et laisse le Premier ministre répondre à des groupes qui royalement ont deux fois dix minutes pour parler: c’est vraiment une procédure d’Ancien Régime », a commenté Pierre Moscovici.

Nicolas Sarkozy exploite son œuvre. Pour la première fois sous la Ve République, un chef de l’Etat va s’exprimer directement devant les parlementaires. Aujourd’hui les 907 députés et sénateurs, ceux du moins qui accepteront d’être présents, se réunissent à la demande de l’Elysée en Congrès à Versailles pour écouter le discours solennel du Président. Le corps législatif, assis silencieux dans l’hémicycle de l’aile gauche du château de Louis XIV, face au représentant en chef de l’exécutif, debout à la tribune exposant « sa vision » européenne, économique et sociale, le symbole est fort. Telle scène, qui aurait été inconcevable avant la révision de la Constitution votée le 21 juillet 2008, en dit long sur l’évolution des institutions françaises.

En arrachant ce droit aux congressistes l’été dernier, Nicolas Sarkozy nourrissait son rêve de grandeur : après tout, personne ne trouve rien à redire à ce que le président des Etats-Unis discoure devant le Congrès américain. Alors pourquoi pas lui ? Les mois précédents la révision de la Constitution, la polémique a fait rage. Pour cause : la séparation des pouvoirs en France n’a rien de commun avec ce qui existe outre-Atlantique. Ici, l’exécutif est en mesure d’imposer sa loi au Parlement et notamment aux députés de la majorité, dont l’élection est étroitement liée à celle de la présidentielle. Là-bas, les deux corps ont leur autonomie propre.

Le germe des jours symboliques choisis pour magnifier la gloire du président était déjà contenu dans son discours de noël à Latran où il devient chanoine d’honneur.

Sarkozy à Latran: « Les racines chrétiennes de la France sont aussi visibles dans ces symboles que sont les Pieux établissements, la messe annuelle de la Sainte-Lucie et celle de la chapelle Sainte-Pétronille. Et puis il y a bien sûr cette tradition qui fait du président de la République française le chanoine d’honneur de Saint-Jean de Latran. Saint-Jean de Latran, ce n’est pas rien, tout de même. C’est la cathédrale du Pape, c’est la « tête et la mère de toutes les églises de Rome et du monde », c’est une église chère au cœur des Romains. Que la France soit liée à l’Eglise catholique par ce titre symbolique, c’est la trace de cette histoire commune où le christianisme a beaucoup compté pour la France et la France beaucoup compté pour le christianisme »

Sainte Lucie est considéré comme le symbole de la lumière et de l’espoir pour l’humanité, car Le nom de Lucie vient du latin lux qui signifie « lumière ».La nuit de la sainte Lucie du 12 au 13 décembre fut longtemps considérée comme la nuit la plus longue de l’année, autrefois, la nuit du 13 décembre était la plus longue pour le calendrier julien qui retardait de 10 jours sur le calendrier actuel. Bien que pour le calendrier grégorien, qui remplace le calendrier julien vers l’an 1750, le 21 décembre est la nuit la plus longue, la nuit du 13 décembre restait ancrée dans l’esprit des gens comme la grande nuit sombre pendant laquelle il fallait chasser le noir pour rallonger les journées. La fête de noël joue aujourd’hui cet office en l’honneur de Mithra, le soleil invaincu (Dies natalis solis invicti). Par Sainte Lucie on nous projette en fait au solstice d’hiver.

Pétronille est un diminutif du prénom Petro ou Petrus. La tradition catholique en a fait la fille spirituelle de saint Pierre, c’est lui qui l’aurait baptisée. Il a même été dit, dans la Légende dorée qu’elle était sa fille biologique. Elle était en fait la descendante de Titus Flavius Petro, le grand-père de Vespasien. Pétronille, depuis l’époque de Charlemagne était reconnue comme patronne des rois de France, elle devint patronne nationale quand la France se nomma Fille aînée de l’Église, ce qui a fait dire que la France est la première fille de l’Église comme Pétronille est la fille du premier chef de l’Église.

Après le solstice d’hiver à Rome et le discours de Latran, le nouvel astre du jour républicain a désormais bouclé son cycle solaire dans la résidence du Roi Soleil. Tout est accompli….

 

Du sel au fiel

Chez les Sémites, le sel avait de multiples usages. Comme c’est le cas également pour nous, le sel était un condiment qui relevait la saveur des aliments. On l’utilisait aussi abondamment comme moyen de conservation des aliments. À cause de cette propriété, le sel pouvait désigner le prix ou la valeur d’une chose. L’expression « manger le sel de quelqu’un » signifiait « manger son pain » ou «être attaché à sa maison», d’où le mot « salaire » qui désignait la solde des soldats.

Symbole de ce qui demeure, le mot sel entrait aussi dans des expressions comme « manger du sel avec quelqu’un » ou « faire un pacte de sel » pour exprimer l’indissolubilité d’un pacte d’amitié. Dans les dispositions prises en faveur des prêtres, Dieu déclare à Aaron : Je vous donne, en vertu d’une loi perpétuelle, à toi, à tes fils et à tes filles, toutes les redevances prélevées pour le Seigneur par les fils d’Israël sur les choses saintes. C’est là – pour toi et tes descendants – une alliance consacrée par le sel et immuable aux yeux du Seigneur (Nombres 18, 19)

À la table où il convie l’humanité pour lui donner la nourriture de sa Parole et le pain de la vie, Jésus déclare à ses disciples qu’ils sont le sel de la terre (Matthieu 5, 13). Il les prévient aussi du danger d’être un sel qui se dénature ou qui s’affadit, ne remplissant plus ainsi son rôle. Ainsi en est-il des hommes qui par leurs artifices trompeurs et mensongers entrainent les hommes dans la voie de la perdition, ils sont le fiel de la terre.

Osée 10:4  Ils prononcent des paroles vaines, des serments faux, Lorsqu’ils concluent une alliance: Aussi le châtiment germera, comme une plante vénéneuse dans les sillons des champs.




SHABBAT SHALOM

19062009

Deutéronome 5:12-15

Observe le jour du repos, pour le sanctifier, comme l’Éternel, ton Dieu, te l’a ordonné.
Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.
Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bœuf, ni ton âne, ni aucune de tes bêtes, ni l’étranger qui est dans tes portes, afin que ton serviteur et ta servante se reposent comme toi.
Tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Égypte, et que l’Éternel, ton Dieu, t’en a fait sortir à main forte et à bras étendu : c’est pourquoi l’Éternel, ton Dieu, t’a ordonné d’observer le jour du repos.

Les enfants de Dieu ne sont pas de culture juive ou chrétienne, mais de culture juive « ET » chrétienne. Matthieu 5:17  Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

A partir de maintenant le blog des lettres à l’Epouse  fêtera shabbat, car c’est le jour où l’Epouse vient retrouver l’Epoux dans son jour, le jour du Seigneur.

Chaque vendredi du coucher du soleil jusqu’au coucher du soleil du samedi, les juifs célèbrent le jour de repos du septième jour. Le pourcentage de juifs pratiquant le shabbat selon les exigences de la halakha – la loi rabbinique – varie. Il est certain que sur les 12 millions de juifs dans le monde, la grande majorité ne le fait pas. Lorsqu’il s’agit des principes du shabbat, certains juifs prônent la lettre, d’autres l’esprit ou un compromis entre les deux. Ce qui est toujours vital, c’est que la lumière des bougies du shabbat – le symbole primordial – devienne un symbole de lumière spirituelle et morale, de courage et d’amour.

benediction.jpg

C’est une tradition de 3700 ans que la femme juive rappelle et renouvelle lorsqu’elle accueille le Shabbat. C’est cette Mitsvah qui ranime l’étincelle Divine au cœur de chaque juif. La femme, la jeune fille ou la petite fille allume les bougies avant le coucher du soleil, puis elle prononce alors cette bénédiction : Barour’h ata ado-naï élo-hénou méle’h haolam achère kidéchanou bémitsvotav vetsivanou léhadlik nèr chèl Shabbat Kodèsh. Ce qui signifie : Béni Sois-Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l’Univers Qui nous a sanctifiés par Ses Commandements et nous a ordonné d’allumer les lumières du Saint Shabbat.

Les bougies de Chabbat apportent la paix dans la maison. Il est donc naturel que ce soit la femme, « le pilier de la maison », qui les allume chaque vendredi, 18 minutes avant le coucher du soleil. Depuis 1974, le Rabbi de Loubavitch a demandé que les jeunes filles et même les petites filles allument leur propre bougie de Chabbat, avant leur mère (afin que celle-ci puisse les guider et les aider) en récitant la bénédiction :

Cette campagne mondiale reçut le nom de « Mivtsa Néchek  » (« Nérot Chabbat Kodech ») car elle constitue l’arme (« Néchek ») spirituelle des femmes et filles juives. (Après son mariage, la jeune femme allumera deux bougies).

Voici ce que dit le Rabbi le 10 Chevat 1984 au sujet de l’allumage par la fillette et la jeune fille :« Même si son père est un Juste parfait et sa mère une Juste parfaite, si la petite fille se demande “Que puis-je ajouter aux bonnes actions de mes parents ?”, on lui expliquera que chaque bonne action que la petite fille effectue dans le domaine de la Torah et des bonnes actions rajoute de la lumière dans le monde entier et peut (selon la loi tranchée par le Rambam, Maïmonide) : “Faire pencher la balance pour le monde entier du côté du mérite et amener la délivrance !” »

Rabbi Chnéour Zalman (Choul’hane Arou’h Harav – Ora’h Haïm 263 – 1) écrit : « Plus il y aura de lumière dans la maison le Chabbat, plus la paix et la joie régneront dans tous les coins » et donc dans le monde entier.

Bénis soient ceux qui honorent le jour du Seigneur, mais pour ma part comme non juif je ne suis pas tenu à la tradition du Rabbi de Loubavitch et les choses se passent différemment.

Quelques explications s’imposent donc.

La suite…




Le serment brisé

18062009

La Bible est un livre sioniste, c’est-à-dire qu’il est tendu vers la montée à Sion, vers Jérusalem et la Terre d’Israël. Au chapitre 12 de la Genèse, Dieu parle à Abraham et lui demande de se mettre en marche vers le pays promis. En ce sens, Abraham est le premier sioniste de l’Histoire. Cela signifie symboliquement que par Abraham toutes les nations se doivent de marcher vers l’Eternel qui réside à Jérusalem, la ville sainte qui est dans le ciel je m’entends. C’est pour cela que le nom d’Abram change, « on ne t’appellera plus du nom d’Abram : ton nom sera Abraham, car j’ai fait de toi le père d’une multitude de nations. » (Gn 17.5)  Israël n’est qu’une étape dans le plan d’union terrestre entre Dieu et les hommes, plan qui commence avec un peuple puis la terre entière. Mais un temps est donné aux hommes  pour accéder au salut et des signes en fixent le terme.

Le retour des Juifs en Israël est, on ne peut en douter à présent, le signe de l’approche de la fin des temps le plus flagrant. Matthieu 24:32  Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche. 33  De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte.

Jérémie 30 : 2  Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël: Ecris dans un livre toutes les paroles que je t’ai dites. 3  Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël et de Juda, dit l’Eternel; je les ramènerai dans le pays que j’ai donné à leurs pères, et ils le posséderont. 4  Ce sont ici les paroles que l’Eternel a prononcées sur Israël et sur Juda.

Pour les croyants qui croient que la Bible dit vraie, cela doit sonner comme une évidence et ceci d’autant plus si ce livre est si sacré que pour les manifestations les plus solennelles on l’utilise pour prêter serment.  Comme la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton qui face au vice-président américain, Joe Biden, prête serment au département d’Etat de Washington, le 2 février 2009. Barack Obama et Joe Biden ont prêté serment sur la Bible  sur les marches du Capitole, lors de leur investiture comme président et vice-président des Etats-Unis. Quelle sens cette femme et ces hommes qui jurent sur la Bible donnent t’ils aux prophéties du livre ?

hillaryclintonpreteserment.jpg

La réponse officielle de l’Etats américain à l’œuvre de l’Eternel est celle-ci :

 »Nous voulons que la colonisation s’arrête » a déclaré, mercredi, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton au ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, avant d’ajouter  » nous pensons que c’est une partie importante, et même essentielle, d’efforts destinés à parvenir à un accord de paix global et à la création d’un Etat palestinien voisin d’un Etat juif israélien aux frontières et à l’avenir sûrs »….

La suite…




SARKOZY, L’ERREUR HISTORIQUE

15062009

Dans ces temps eschatologiques il est normal et important de suivre l’évolution des acteurs politiques et religieux qui inscrivent l’histoire du monde dans les écritures prophétiques. Indéniablement Nicolas Sarkozy est l’un de ces acteurs les plus importants. Comme moteur de la construction européenne et de l’Union Méditerranéenne il reconstruit le monde romain et donc la septième tête de la bête de l’Apocalypse. Son alliance  avec le Vatican signe la rupture avec une France laïc et républicaine.

Des livres sortent de plus en plus afin de mettre en garde les français face à la nouvelle politique que suit Nicolas Sarkozy et qui est en rupture totale avec les choix de la cinquième république.

JEAN PEYRELEVADE : SARKOZY, L’ERREUR HISTORIQUE

sarkoerrerhist.gif

Nicolas Sarkozy s’est présenté aux Français comme l’homme capable de redresser l’économie française, d’aller chercher un point de croissance supplémentaire, d’améliorer le pouvoir d’achat et de réduire les déficits. Non seulement il ne parviendra pas à atteindre ses objectifs mais en plus il va aggraver la détérioration de l’économie française.

Dès sa parution, le livre a dû piquer au vif et a donc reçu des critiques acerbes, notamment dans Les Echos de Jean-Hervé Lorenzi ou encore d’Eric Chaney et dans Le Figaro  (Nicolas Baverez qui a conseillé Nicolas Sarkozy et se sent donc personnellement visé par la critique), essayant de parer aux attaques, prétextant que les critiques sont plutôt « personnelles » à l’égard de Nicolas Sarkozy que, sur le fond (ce qui est complètement faux, au contraire), Jean Peyrelevade ne propose rien ou de manière évasive (encore faux !), à croire que ses détracteurs sont de mauvaise foi ou n’ont pas lu le livre. De plus, ils disent absolument n’importe quoi, le renvoyant aux nationalisations engagées par François Mitterrand en 1981 (alors qu’il s’est exprimé en opposition à ces nationalisations), aux déboires du Crédit lyonnais et de l’affaire Tapie (alors qu’il est arrivé un an après pour redresser la banque), à l’affaire Exécutive Life (également datant d’avant son arrivée, lui-même ayant été mis en examen par le gouvernement de Californie à titre de « faux témoignage » et reconnu innocent). Mais on sait tous aussi que Les Echos appartiennent à Bernard Arnaud et Le Figaro à Serge Dassault…

ALAIN-GÉRARD SLAMA : LA RUPTURE RÉPUBLICAINE

La France est aujourd’hui dans un état de torpeur invraisemblable : face aux multiples attaques dont sont victimes les principes fondateurs de la République, notamment à travers la laïcité ou l’extension du pouvoir présidentiel, peu de réactions se font entendre. Tel est l’inquiétant constat dressé par l’éditorialiste du Figaro dans son dernier opus, « La société d’indifférence ».

Quel est l’un des fondements de la société française ?
La distinction entre la sphère religieuse et la sphère politique : la première se limite au seul domaine privé quand la seconde embrasse toute la société civile.
Aucune confusion des genres ne peut, ni ne doit être tolérée. Depuis 1905 et la loi de séparation de l’Église et de l’État, ce principe a gouverné la communauté nationale. Pour Alain-Gérard Slama, ces valeurs sont menacées : l’actuel Président de la République [1] entend rompre avec tout, y compris avec ce qui paraît inaliénable.

Le discours de décembre 2007 au Vatican est significatif à cet égard : pour Nicolas Sarkozy, l’éducation républicaine est insuffisante pour former un citoyen digne de ce nom. Elle doit être complétée par la morale spirituelle, autrement dit religieuse [2]. Il ne souhaite plus les dissocier pour les protéger l’une de l’autre mais les faire collaborer :

« Ce qu’il appelle la laïcité positive est la collaboration des Églises et de l’État pour partager le magistère des consciences ».

Nous assistons donc à un véritable renversement de paradigme ; d’une séparation inaliénable, nous passons à une collaboration indispensable :

« Il (Nicolas Sarkozy) a cherché (…) à imposer un nouveau paradigme, consistant à séparer l’État et l’Église, César et Dieu, non pour les protéger l’un de l’autre, mais pour les faire collaborer dans une relation qui donne au pouvoir spirituel le pas sur le pouvoir temporel, puisque c’est lui qui donne à ce dernier son sens »

LA RUPTURE AFRICAINE

Nicolas Sarkozy n’a plus l’habitude d’être hué depuis qu’il fréquente uniquement des lieux vidés méthodiquement des « vrais gens » et, en particulier, de ses opposants. Mais à Libreville, au Gabon, à l’occasion des obsèques d’Omar Bongo, le ménage n’a apparemment pas été fait de fond en comble. Alors que Jacques Chirac a été applaudi à son arrivée au palais présidentiel, son successeur a eu droit aux insultes et aux huées de la foule..
Une partie de la foule de quelques centaines de personnes autorisées à entrer dans la cour du palais a d’abord timidement applaudi le chef de l’Etat français.

Mais les huées ont rapidement pris le dessus, et une cinquantaine de personnes ont même pris verbalement à partie Nicolas Sarkozy, lui lançant à distance: « On ne veut plus de vous, partez! »

« On n’en veut plus de vous, la France est ingrate. Bois, pétrole, manganèse, on vous a tout donné. La France, si elle est ce qu’elle est, c’est grâce au Gabon, on ne veut plus de tout ça », expliquait, sous couvert de l’anonymat, un de ceux qui s’en sont pris à Nicolas Sarkozy.

Visiblement le grand chanoine de Latran n’est plus en odeur de sainteté en Afrique et c’est tant mieux !

 

Conclusion

De plus en plus Sarkozy suit la trajectoire historique de G. W. Bush qui mariait religion et politique néoconservatrice. On connaît le résultat, la ruine morale, financière et économique du pays ! L’action politique de Bush contribuera à l’ouverture des quatre premiers sceaux de l’Apocalypse et celle de Sarkozy à l’accomplissement de chapitres entiers comme le chapitre 13. Nous ne sommes désormais plus dans l’attente de l’accomplissement des prophéties, mais dans leur accomplissement.

Nicolas Sarkozy s’est présenté aux Français comme l’homme capable de redresser l’économie française, d’aller chercher un point de croissance supplémentaire, d’améliorer le pouvoir d’achat et de réduire les déficits. Non seulement il ne parviendra pas à atteindre ses objectifs mais en plus il va aggraver la détérioration de l’économie française dans des proportions absolument considérables. Le PIB s’écroule de +3% à -3%, le déficit de l’Etat français franchit la barre des 100 milliards soit plus de 40% du budget, tous les comptes sociaux explosent en vol, retraite, SECU, chômage… Tout cumulé on va atteindre les 150 milliards d’euros soit : 1000 000 000 000, mille milliards de francs….

Les comptes de la Liste Royale, pardon Civile.

Banlieues, écoles, hôpitaux, prisons… L’Etat, plombé par la dette et les déficits, perd peu à peu toute capacité financière pour agir là où le pays en a le plus besoin. Pourtant alors que le déficit public de la France va dépasser les 6% du produit intérieur brut (PIB) en 2009 selon le ministre du Budget, Eric Woerth, il y a un homme tout en haut de l’Etat qui bien que sachant que les caisses sont vides s’en moque royalement. Les chiffres en disent long sur l’ego du personnage.

elyseesalontable.jpg

Les dépenses de l’Elysée qui ont augmenté en 2007 de 8,4% depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir et selon le député René Dosière, avec 113 millions d’euros en 2008, le budget du chef de l’Etat a explosé de 18,5 % …

Les charges de fonctionnement (26 millions d’euros) – réceptions, fournitures, téléphone, téléphone… – ont doublé. « On nous dit que tout est maîtrisé que l’on met en concurrence les fournisseurs, mais la réception du 14 juillet a coûté 475 000 euros l’an dernier contre 413.000 un an auparavant », note Dosière. En fortes expansion, les frais de déplacement (16,3 millions d’euros) – +26% par rapport à 2007 – sont laissés à la charge des ministères des affaires étrangères et de l’intérieur. « Et aucune indication n’apparaît concernant le futur avion présidentiel A 330-200 dont l’achat et le réaménagement sont évalués à 180 millions d’euros. Pourtant dès lors qu’il est réservé à son usage personnel, il serait cohérent que son coût figure dans le budget de l’Elysée. »
Comme annoncé dès sa prise de fonction, le traitement du Président (295.000 euros annuels) a augmenté de 125%, mais il est un domaine pourtant où la volonté d’économie affichée par Sarkozy se traduit par un réel effort d’économie dans les chiffres: les aides sociales. Cette enveloppe qui sert à donner des coups de pouce aux français dans le pétrin a bien été diminuée de 22% en 2008.

Du chaos présidentiel un nouvel ordre va sortir c’est certain, et celuin là aussi s’inscrira dans les écritures.




Netanyahou, oui à un Etat palestinien…

14062009

…mais dans les faits, jamais les palestiniens accepterons les conditions de Netanyahou pour que cet Etat voit le jour.

bibi.jpg

VERBATIM DU DISCOURS DE BAR ILAN UNIVERSITY . Netanyahou s’est déclaré “prêt à rencontrer les dirigeants arabes partout où ils le désireront pour faire avancer la paix. Je lance un appel aux dirigeants palestiniens pour ouvrir des discussions de paix immédiates.

Nous n’avons pas l’intention de créer de nouvelles implantations, nous n’adjugerons pas de nouveaux terrains aux implantations, mais nous devons laisser ceux qui vivent dans les localités de Judée et Samarie vivre normalement.

L’Holocauste n’était pas à l’origine de la création de l’Etat d’Israël. Au contraire, si l’Etat d’Israël avait existé, l’Holocauste aurait été différent”.

Le premier ministre a appelé à la libération de Guilad Shalit, rappelant que le Hamas “ne permet pas la visite des organisations humanitaires “à notre soldat capturé”.

“Si nous recevons ces assurances (sécuritaires des puissances internationales), si les Palestiniens reconnaissent l’Etat d’Israël comme un état juif, nous serons prêts à la création d’un état palestinien démilitarisé aux côtés de l’Etat d’Israël. Jérusalem restera unifiée, dans le respect des droits religieux de chacun. Pour la paix il faut du courage et de la droiture, mais pas seulement du côté israélien. Il faut que la direction palestinienne déclare, à nous comme à son peuple, qu’elle veut vivre à nos côtés dans la paix.

Il faut une reconnaissance palestinienne publique de l’Etat d’Israël comme l’Etat du peuple juif. Il faut également une solution qui règle le problème des réfugiés palestiniens en dehors d’Israël, et nous avons montré que c’est possible, en intégrant des milliers de réfugiés juifs après la deuxième guere mondiale”.

“Pour mettre fin au conflit, il faut répondre à la question “quelle est la source du conflit ?’ avec honnêteté et sincérité. Les racines du conflit sont dans le refus de reconnaître Israël comme un état juif quel qu’il soit, et quelles que soient ses frontières. Je ne veux pas la guerre. Personne en Israël ne veut la guerre”

Les six conditions  à la création d’un Etat palestinien – toutes plus ou moins inacceptables pour les Palestiens ou impossibles à réaliser à court ou moyen terme.

1/ Que les Palestiniens reconnaissent qu’Israël est un Etat juif ce qu’ils ne peuvent faire puisqu’un million d’Arabes vivent en Israël.

2/ Que cet Etat soit  »démilitarisé », c’est à dire ne dispose d’aucune armée.

3/ Qu’aucun réfugié palestinien n’ait droit au retour.

4/ Que Jérusalem soit la capitale unie d’Israël.

5/ Que le Fatah reprenne Gaza au Hamas.

6/ Que la colonisation  »naturelle » continue.

 

Les réactions au discours

Barack Obama a salué dimanche «l’important pas en avant» constitué selon lui par le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a accepté pour la première fois le principe d’un Etat palestinien.

La réponse de Bibi est politiquement habile, « oui monsieur le président Hussein Obama, je vous ai entendu, mais je ferais tout pour que vos désirs ne se réalisent jamais. »

RAMALLAH,— L’Autorité palestinienne et ses rivaux du Hamas ont dénoncé dimanche le discours du Premier ministre Israël Benjamin Netanyahu dans lequel il a posé une série de conditions à la création d’un Etat palestinien.

« Ce discours torpille toutes les initiatives de paix dans la région », a déclaré à l’AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas. « Il entrave les efforts visant à sauver le processus de paix dans un clair défi à l’administration américaine », a-t-il ajouté.

Le Hamas a dénoncé l’idéologie “raciste et extrémiste” du premier ministre israélien.

Le secrétaire du comité exécutif de l’OLP, Yasser Abed Rabo a dit que le discours du premier ministre israélien, Binyamin Netanyahou “était égal à zéro. Netanyahou est une canaille, un tricheur et un menteur”.

Entre temps, le négociateur en chef de l’OLP, Saeb Erekat, dit que ceux qui connaissent la mentalité israélienne ne seront pas surpris d’entendre un tel discours. Il a demandé au monde arabe d’adopter la bonne position envers ce discours et de geler l’Initiative de Paix Arabe.




Triomphe en Iran de Mahmoud Ahmadinejad

13062009

victoireiran.jpg

L’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad a été largement réélu à la présidence iranienne, selon les résultats partiels communiqués samedi au lendemain d’un scrutin contesté par son principal rival, le modéré Mirhossein Moussavi.

Le score du président sortant, qui l’emporte avec deux fois plus de suffrages que Moussavi, déjoue les pronostics de la plupart des observateurs, qui annonçaient un duel serré.

La campagne d’une virulence sans précédent en Iran a fortement polarisé l’opinion tout en attisant l’intérêt des chancelleries étrangères, à l’affût de toute inflexion du discours officiel, notamment au sujet du programme nucléaire de la République islamique.

Le président est un ennemi affiché d’Israël, négationniste de la shoah et adepte de la course au nucléaire. Il forme la paire parfaite avec l’Ayatollah Khameini dont il est le favori, le Guide suprême de la Révolution, la plus haute autorité politique iranienne, il est celui qui décide et dispose. Khameini est une icône. Il succède à l’Ayatollah Khomeini, échappe miraculeusement à un attentat, préside l’Iran dans ses années de guerre contre le voisin irakien. Mythe vivant de sauveur miraculé, le soutien qu’il accorde à Ahmadinejad est total. Entre les deux hommes, la complicité politique est implicite. La bombe et le Coran sont donc le choix des iraniens.

Les récentes élections en Israël puis en Iran vont dans le sens du radicalisme réciproque et donc vers la guerre à terme. Les prophéties bibliques sont donc en passe de s’accomplir au Moyen-Orient comme chez nous en Europe.

Cette vidéo en dit long sur le personnage…

http://www.dailymotion.com/video/x9ojqd

Le sens des écritures dans la région de l’Euphrate.

Apocalypse 9:14  et disant au sixième ange qui avait la trompette: Délie les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve d’Euphrate.

Délier les anges sur l’Euphrate signifie dans un sens prophétique que les autorités angéliques qui dominent sur quatre pays dans le bassin de l’Euphrate vont voir leurs liens brisés, les alliances passées vont se dénouer. Suivons le processus :

Au début du XXe siècle, la Mésopotamie, un des berceaux de la civilisation, fait partie de l’Empire ottoman. En 1916 durant la Première Guerre mondiale, la France et la Grande-Bretagne se partagent la partie arabe de l’empire créant ainsi les actuelles frontières du Moyen-Orient (accord Sykes-Picot). Depuis cette époque, la démographie et la création de grands réservoirs d’eau aux fins d’irrigation et d’énergie hydroélectrique ont abouti à la raréfaction d’une eau pourtant abondante. Dès 1923, la nécessité d’accords de partage des eaux du Tigre et de l’Euphrate entre les riverains s’est révélée. La négociation est toutefois difficile car la Turquie est à la fois le pays amont des deux fleuves, le riverain le plus puissant militairement et le seul dont les ressources hydrauliques sont abondantes. Elle souhaite toutefois utiliser les eaux des deux fleuves pour irriguer la région du Sud-est de l’Anatolie pour y développer une activité agricole et produire 22 % de son électricité.

bassintigreeuphrate.jpg

Le Projet d’Anatolie du Sud-Est (en turc : Güneydoğu Anadolu Projesi = GAP) est un projet d’aménagement du sud-est anatolien mené par le gouvernement turc. Il consiste essentiellement à irriguer 1,7 million d’hectares de terres arides à partir de 22 barrages principaux construits sur les bassins versants du Tigre et de l’Euphrate. En parallèle, 19 usines hydroélectriques permettront de fournir 7476 MW.

Ce projet devrait réduire de 22 km³ le débit des fleuves Tigre et Euphrate. Le partage des eaux de ces deux fleuves est une source de conflit entre la Turquie, la Syrie et l’Irak.

Face à la Turquie, c’est la Syrie qui est menacée d’autant que le stress hydrique fait de l’eau un problème urgentissime. Les barrages construits sur l’Euphrate et ses affluents ont permis aux Syriens de prendre de l’ascendant sur le voisin irakien. L’Irak, situé géographiquement à l’extrémité inférieure du système hydrographique, est moins confronté à la pénurie d’eau mais il n’en dépend pas moins de l’amont pour s’alimenter en eau. La situation politique chaotique actuelle qu’il vit profite à Damas et à Ankara bien évidemment, étant donné qu’il se débat d’abord avec ses difficultés internes et est donc incapable de défendre ses actifs hydriques face aux deux autres pays riverains.

Il règne une féroce compétition hydrique entre les trois pays partenaires : Syrie, Irak, Turquie dans une région du monde où la symbolique et le nationalisme sont très forts voire exacerbés et auxquels il faut ajouter le legs historique de l’Empire ottoman qui dominait la région il n’y a pas si longtemps, ne l’oublions pas. Cette compétition est désormais aggravée par l’Iran qui vise à court terme la maitrise nucléaire, ce qui contribuera à considérablement accroitre son influence  dans la région. L’Iran est le quatrième pays lié à l’Euphrate par l’affluant iranien le Karoun qui se jette dans le Chatt-el-Arab après un parcours de 850km en Iran.

Avec l’entrée en jeu de l’Iran dans la compétition hégémonique régionale, la dimension religieuse dans la relation entre les Etats de la région va être exacerbée, surtout avec la Turquie alliée avec Israël.

L’Iran et la Syrie financent et arment contre Israël le Hezbollah et le Hamas, formant ainsi un axe stratégique d’est en ouest idéologiquement très hostile à Israël, mais cet axe est coupé en deux du nord au sud par la Turquie et l’Irak occupé par l’armée américaine, ce qui fait du bassin de l’Euphrate la zone la plus explosive du moment.

On comprend donc mieux le sens prophétique des paroles prononcées dans l’Apocalypse : « Délie les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve d’Euphrate. » Car si les liens politiques, économiques, militaires et religieux sont brisés entre la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran, la région la plus riche en pétrole du monde va sombrer dans le chaos et le monde avec lui, car sans pétrole la civilisation s’arrête. L’occident réagira évidement, mais la Chine aussi désormais avec son immense potentiel militaire humain qui seul peut mobiliser l’armée de 200 millions de personnes  Et c’est ainsi que l’histoire s’accomplit dans les écritures…

Apocalypse 16:12  Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve, l’Euphrate. Et son eau tarit, afin que le chemin des rois venant de l’Orient fût préparé.

Apocalypse 9 : 16  Le nombre des cavaliers de l’armée était de deux myriades de myriades: j’en entendis le nombre.

Pour en savoir plus….







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers