Le discours du Caire, d’Obama

4 06 2009

obamacaire.jpg

Le président américain Hussein Obama a dit jeudi 4 juin qu’il était venu « chercher » au Caire un « nouveau départ entre les musulmans et les Etats-Unis », et appelé à lutter ensemble contre l’extrémisme et la violence. Dans un discours très attendu à l’université du Caire devant quelque 3.000 invités, le président américain a lancé un discours nourri de citations du Coran, dans lequel il s’est positionné comme un ami du monde musulman.  « Ce cycle de méfiance et de discorde doit s’achever », a lancé le président américain. « Je suis venu chercher, ici au Caire, un nouveau départ entre les Etats-Unis et les musulmans à travers le monde, un nouveau départ fondé sur l’intérêt mutuel et le respect mutuel. Un départ fondé sur cette vérité que l’Amérique et l’islam partagent des principes communs de progrès, de tolérance et de dignité humaine ». Si « le changement ne peut pas intervenir du jour au lendemain », il se dit « convaincu que pour avancer, nous devons dire ce que nous avons sur le cœur. » Les auditeurs ont été stupéfaits de l’entendre citer le Coran – « le saint Coran » - et plus encore s’ils écoutaient en arabe. « Comme le dit le saint Coran, « Crains Dieu et dis toujours la vérité ». » Ou : « Le saint Coran nous enseigne que quiconque tue un innocent tue l’humanité tout entière. »Le président américain a cité Dieu sans relâche, sans se soucier de laïcité. « La religion devrait nous unir. » La sienne est syncrétique.

Tout au long de son discours, Barack Obama n’a pas hésité à vanter les mérites de l’Islam et citer le Coran pour appuyer ses propos. Ainsi, il a évoqué la « dette de la civilisation » envers les musulmans, grâce à leur sens de « l’innovation : l’algèbre, la boussole, l’imprimerie. » Il a rappelé que « l’Islam a toujours fait partie de l’histoire américaine » et que l’Islam a une histoire de tolérance. Il rejette la « tendance à mesurer la foi par le rejet de celle d’autrui. »  « Depuis notre fondation, les musulmans ont enrichi les Etats-Unis ».
En tant que président, l’une de ses responsabilités est de « lutter contre les stéréotypes de l’Islam là où ils se trouvent ». Mais, rappelle-t-il, « ce même principe doit s’appliquer pour les musulmans à l’Amérique. » « Je suis un exemple que même en s’appelant Barack Hussein Obama, on peut être élu. Mais mon histoire personnelle n’est pas si unique. Cette promesse existe pour tous, pour les 7 millions de musulmans américains. »

«  Il est important pour les pays occidentaux d’éviter de gêner les citoyens musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, et par exemple en dictant les vêtements qu’une femme doit porter» : devant les 3000 personnes (dont beaucoup de femmes voilées) réunies à l’université du Caire pour écouter (religieusement) son discours jeudi 4 juin, Barack Obama a ouvertement critiqué les pays occidentaux qui interdisent ou limitent le port du voile islamique. En ligne de mire, la France évidemment, où la loi de 2004 interdit les signes religieux ostentatoires à l’école. Ou encore la Belgique, où le port du voile est considéré comme discriminatoire. Même si Obama a pris soin de ne citer aucun Etat.

« On ne doit pas dissimuler l’hostilité envers une religion devant le faux semblant du libéralisme », a-t-il martelé. Et de poursuivre : « Je rejette les vues de certains en Occident [pour qui le fait] qu’une femme choisisse de couvrir ses cheveux a quelque chose d’inégalitaire».

Conclusion :  « Le gouvernement américain s’est porté en justice» pour protéger le droit des « femmes et des filles à porter le voile » et «punir ceux qui voudrait leur dénier».Il a appelé les pays occidentaux à éviter de discriminer les musulmans en interdisant certaines tenues. »

Pour Barack Obama — qui a été le premier président américain à embaucher une conseillère voilée, Dalia Mogahed — la laïcité n’est rien d’autre qu’un « faux semblant du libéralisme ».

Que la paix de Dieu soit avec tous. », a-t-il conclu.

Le Vatican a « beaucoup apprécié  » le discours du président américain Barack Obama aujourd’hui au Caire, qui pourrait contribuer à établir de « nouvelles relations avec le monde musulman », a déclaré le porte-parole du Vatican Federico Lombardi à l’agence Ansa.
« Le discours prononcé aujourd’hui par Obama est très significatif et peut être important pour établir de nouvelles relations entre les Etats-Unis et le monde musulman », a déclaré le Père Lombardi.

Le président américain semble oublier un peu vite qu’aucun pays musulman n’est une vraie démocratie ouverte et tolérante. Toujours l’armée, la police, un tyran ou un roi sont présent pour rappeler au monde occidental  que l’ « extrémisme » est le moteur gouvernemental des Etats musulmans. Quand à la « tolérance » religieuse, les menaces et massacres de chrétiens dans le monde musulman augmentent d’année en année. Où est la tolérance dans les pays musulmans qui interdisent le changement de religion pour un musulman ou simplement la libre évangélisation ?

Israël doit cesser de coloniser, les Palestiniens doivent…

Le président américain s’est exprimé sur la entre les Israéliens et les Palestiniens. Soulignant le « lien inébranlable » des Etats-Unis avec Israël et le droit du peuple d’Israël à avoir une terre, il n’a pas hésité à parler de « situation intolérable » pour les Palestiniens qui « vivent l’humiliation que suppose l’occupation ». L’obtention de terres pour les Palestiniens est une « aspiration naturelle et légitime ». Il a donc fermement appelé Israël à mettre fin à la « colonisation ». Il demande aux deux Etats à respecter la Feuille de route établie. La contestation par la violence n’est que « lâcheté ».

Mais ce n’est pas qu’au Caire que Hussein Obama tourne le dos aux valeurs bibliques.

Barack Obama déclare juin 2009, mois de la fierté gay, lesbienne et transgenre

« Et donc par conséquence, moi, Barack Obama, Président des États-Unis d’Amérique, en vertu de l’autorité dont je suis revêtu par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame par la présente juin 2009 comme mois de la Fierté Gay, Lesbienne, Bisexuelle et Transgenre. J’appelle le peuple des États-Unis à tourner le dos à la discrimination et aux préjugés partout où ils existent. En témoignage de quoi, j’ai apposé ci-dessous la signature de ma main en ce premier jour de juin de l’année du Seigneur deux mille neuf, et la deux cent trente-troisième de l’Indépendance des États-Unis. » Barack Obama

Déclaration pouvant être lu sur le site de la Maison Blanche : http://www.whitehouse.gov/the_press_office/Presidential-Proclamation-LGBT-Pride-Month/

1 Corinthiens 6 : 9 Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, (6-10) ni les efféminés, ni les infâmes,

Jude 1:7  que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l’impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel.


Actions

Informations






Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers