l’Europe vote pour qui?

7 06 2009

Aujourd’hui la « Fille ainée de l’Eglise Catholique romaine » vote pour que paraisse la bête d’Apocalypse (12-18) le dragon se tint sur le sable de la mer. (13-1) Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème.

Si l’Europe n’a pas encore son président, elle se forme un corps qui prend vie doucement mais sûrement. Et ce corps le diable va tout faire pour lui donner les caractères de la divinité en y apposant son sceau. Pour ce faire on reprend le schéma de la construction de l’empire romain et on l’actualise à nos jours.

electioneuropeenne.jpg

La vénération de César ne commença pas avec la déification de l’empereur. Il commença avec la déification de Rome. L’esprit de l’empire fut déifié sous le nom de la déesse Roma. Roma représentait le pouvoir puissant et bienveillant de l’empire. Le premier temple à Roma fut construit à Smyrne en 195 avant Jésus Christ. Ce n’était qu’un pas ensuite pour imaginer l’esprit de Rome incarné par un homme, l’empereur. La vénération de l’empereur commença avec la vénération de Jules César, après sa mort. En 29 avant J.-C., l’empereur Auguste permit aux provinces d’Asie et de Bithynie d’ériger des temples à Ephèse et à Nicée pour adorer la déesse Roma et Jules César. On encourageait les citoyens romains à les vénérer. Ensuite, Auguste permit à ceux qui n’étaient pas des citoyens romains, de construite des temples à Pergame en Asie et à Nicomédie en Bithynie pour adorer Roma et lui-même.

Dans chaque province, l’assemblée provinciale et son président, le prêtre provincial (sacerdos ou flamen provinciae); dans chaque cité, le prêtre ou flamine perpétuel (sacerdos, flamen, flamen perpetuus) étaient chargés de célébrer les cérémonies de ce culte moins religieux que politique. A Rome même, ce fut Hadrien qui construisit le premier un temple en l’honneur de la déesse Roma, associée à Vénus; ce sanctuaire, connu sous le nom de Temple de Venus et de Rome, était situé entre le Forum et le Colisée; il renfermait deux absides (cellae), qui se tournaient le dos. Plus tard ce temple fut communément appelé Templum urbis.

Pourquoi associer Vénus à Roma ?

Les Babyloniens ne donnaient pas forcément à une planète le nom du dieu auquel elle était associée, mais qu’elle pouvait avoir un nom propre. Sans revenir sur chaque planète, je m’attarderai aujourd’hui sur celle qui a le plus retenu l’attention des Anciens : Vénus.

Avant que les Romains n’associent cette planète à leur déesse de l’amour Vénus, les Grecs avaient fait de même avec Aphrodite, et avant eux les Babyloniens avec Ishtar. Mais ces derniers, tout en l’associant à Ishtar, appelaient plus souvent cette planète du nom de « Dilbat ». Or, les Grecs et les Romains donnèrent aussi à cette planète un nom propre, ou plutôt deux noms. Chez les Grecs, « Phôsphoros » ( = « qui apporte la lumière ») ou « Hespéros » ( = « du soir ») et chez les Romains « Lucifer » ( = « qui apporte la lumière ») ou « Vesper » ( = « du soir ») ; en gros « l’étoile du matin » et « l’étoile du soir ».

Vénus dans la mythologie romaine ou Aphrodite chez les grecs et Turan chez les Étrusques. Elle semble dériver de la déesse appelée Inanna chez les Sumériens, Ishtar chez les Akkadiens et Babyloniens, Astarté ou Athtart à Ougarit, Shaushka ou Shaushga chez les Hourrites, et Ashtart en langue punico-phénicienne.

Le nom d’Aphrodite signifie « née de l’écume de la mer« . Il est intéressant de suivre la logique satanique afin de voir comment le diable a pu pérenniser le culte à sa personne de l’antiquité jusqu’à nos jours. La déesse Roma fusionna avec Vénus qui elle-même vint des grecs par Aphrodite.  Par association d’idées on peut dire que Rome sort de la mer, or comme par hasard l’Europe aussi !

C’est dans une des plus anciennes villes des Pays-Bas, qu’il faut aujourd’hui retrouver le lien qui unit la Rome antique à notre moderne Europe. Maastricht est un lieu de pèlerinage Marial très important pour les Pays-bas. Dans la basilique Notre Dame l’image miraculeuse l’Étoile de la mer, Sterre der Zee est visitée par beaucoup de pèlerins.

flagofmaastrichtsvg.png

En vous promenant à Maastricht, vous apercevrez souvent une étoile blanche sur fond rouge : le blason de la ville. Mais d’où vient-il ? Le blason officiel de Maastricht est constitué d’un bouclier rouge orné d’une étoile à cinq branches argentée. Ce bouclier est tenu par un ange aux ailes argentées, vêtu d’une robe bleue avec une ceinture dorée. Au-dessus du bouclier se trouve une couronne en or. Cette version définitive du blason date du 19ème siècle : il s’agit d’une décision prise par le Haut-conseil de la Noblesse de Maastricht le 15 septembre 1819. On retrouve l’ange qui tient le bouclier, sur le chapiteau de l’église St. Mathias de Maastricht qui fut construit vers 1490 tandis que l’étoile à cinq branches apparut pour la première fois en 1423 sur le sceau de la ville de Maastricht. Ce dernier représente également St Lambert et St Servais et est conservé aux archives de la ville. St Servais contribua au développement du christianisme aux Pays-Bas et mourut à Maastricht en 384. Il fut enterré près de l’endroit où se trouve aujourd’hui la basilique St Servais. Quant à St Lambert, il fut le seul saint à être originaire de Maastricht où il a été évêque à la basilique Notre Dame, Etoile de la Mer, avant d’être assassiné à Liège en 705. Certains pensent que c’est de là que pourrait venir cette étoile, car la statue de la Madone qui se trouve dans la basilique n’est pas seulement appelée Etoile de la Mer, mais aussi représentée par une étoile. A ce moment-là, le rapport entre St Lambert et Notre Dame expliquerait leur présence commune sur le sceau d’une part et la présence de l’étoile sur le blason actuel d’autre part.

stellamarismaastrich.jpg

Mais intéressons-nous à celle qui trône en ce lieu d’idolatrie mariale, la Sainte Vierge Marie, connue à Maastricht sous le nom de « Maria Sterre der Zee » (Marie l’étoile de la mer). Vous vous demandez sûrement pourquoi cette statue est nommée « l’étoile de la mer » alors qu’elle s’en trouve si loin. C’est en 1700 que la Vierge de Maastricht fut baptisée « l’étoile de la mer » ou en latin Stella Maris. Tout commença par la recherche de la signification du nom Maria soit « Myriam » en hébreux. Le nom Myriam est formé de deux mots hébraïques : « mar » qui signifie « goutte » et « jam » qui signifie « mer », ce qui nous donne « goutte de la mer », traduit en latin par « stilla maris », l’expression se changea au fil du temps en « stella maris » soit « étoile de la mer ».

Le nom de Satan avant sa chute se retrouve en Esaïe 14 : 12. Quoi, tu tombes des cieux, astre, fils de l’aube ! Le mot helel en hébreu pour astre est celui de la planète Vénus. On comprend aisément pourquoi Satan tient tant à retrouver sous le manteau mensonger de la Vierge Marie une nouvelle virginité aux yeux des hommes. En divinisant la Vierge Marie, Satan peut y cacher son ancien nom  helel ben shakhar – Vénus.

http://lettrealepouse.free.fr/menora/babylone%202/bab02.htm

 Associé à l’image de la mer, qui dans l’Apocalypse représente les peuples, « l’Etoile de la mer » fait de la Vierge de Maastricht, l’astre qui guide les peuples….

Il ne faut donc pas s’étonner si la ville a donné son nom au traité européen qui y fut signé le 7 février 1992. Le traité sur l’Union européenne (TUE), aussi appelé traité de Maastricht, est le traité constitutif de Le traité sur l’Union européenne (TUE), marque une nouvelle étape dans l’intégration européenne puisqu’il permet le lancement de l’intégration politique. Il crée une Union européenne qui comporte de trois piliers : les Communautés européennes, la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et la coopération policière et judiciaire en matière pénale (JAI). Le traité : institue une citoyenneté européenne, renforce les pouvoirs du Parlement européen et lance l’union économique et monétaire (UEM). Par ailleurs, la CEE devient la Communauté européenne (CE).

Les autres institutions et règles communautaires relèvent du trait instituant la Communauté européenne ou traité de Rome, modifié par le traité de Maastricht.

De Rome à Maastricht le lien est désormais plus évident, non ?

Quelques mots sur Robert Schuman, le Père de l’Europe, qui proposa le plan qui porte son nom le 9 mai 1950 en vue d’une Communauté économique européenne limitée d’abord au charbon et à l’acier, plan qu’Adenauer et de Gasperi, chrétiens comme lui, reprendront. Robert Schuman, Lorrain, est un homme consacré. On l’appelait le “ministre-moine”, car chaque jour il assistait à la messe à Saint Germain l’Auxerrois et se recueillait dans la chapelle de la Vierge. il était attaché à ce que l’Europe ait une âme, et il voulait une Europe des patries, à l’image du modèle dogmatique Trinitaire.

Le drapeau de l’Europe est le Drapeau de Notre-Dame, Reine de la Paix et du ciel… On sait aussi que Robert Schuman et Konrad Adenauer ont prié ensemble à la cathédrale de Strasbourg, devant la statue de la Vierge immaculée, couronnée de douze étoiles, avant de soutenir le projet devant le Conseil de l’Europe.

Après l’absoute de ses obsèques dans la cathédrale de Metz, le cercueil de Robert Schuman est porté au pied de la Vierge. Car il avait une profonde vénération pour la Mère de Dieu. Robert Schuman a un procès en béatification en cours…


Actions

Informations






Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers