Le fiel de la terre

22 06 2009

Nous avions un omni-président, qualificatif qui touche au divin et voilà qu’il en ajoute la gloire. Dans l’aile du « midi », là où le soleil est son zénith et en plein solstice d’été, à Versailles « résidence du Roi Soleil », un astre s’élève au-dessus de tout et de tous. De la monarchie républicaine on passe au président soleil !

presidensoleil.jpg

Nous vivons sous le règne du déni de démocratie permanent. Hier, la France et son référendum piétiné, aujourd’hui les institutions de la cinquième république balayées pour la gloire d’un homme à l’égo surdimensionné. Ayant mobilisé à peine 10 % du corps électoral en faveur de ses listes aux européennes, l’UMP feint la victoire et Nicolas Sarkozy ne veut pas laisser échapper l’avantage obtenu par son camp. Le faste et la solennité de la réunion au château de Versailles viendraient donc « consacrer le succès » de l’étape électorale et surtout donner une caution à la suite des réformes envisagées par la droite pour l’acte II du quinquennat. Car, le chef de l’État y expose « sa vision » d’un modèle de société pour l’après-crise.

Le député socialiste du Doubs Pierre Moscovici a critiqué « le discours du trône » de Nicolas Sarkozy devant le Congrès, jugeant qu’ »il cherche un sacre ». « C’est une mauvaise réforme que nous n’avons pas votée, on a rétabli ce qui fut la tradition de la monarchie », a-t-il déploré. « C’est le droit d’adresse monarchique et avec en plus un président qui parle en majesté, et en haut la piétaille l’écoute ». »Après il s’en va, et laisse le Premier ministre répondre à des groupes qui royalement ont deux fois dix minutes pour parler: c’est vraiment une procédure d’Ancien Régime », a commenté Pierre Moscovici.

Nicolas Sarkozy exploite son œuvre. Pour la première fois sous la Ve République, un chef de l’Etat va s’exprimer directement devant les parlementaires. Aujourd’hui les 907 députés et sénateurs, ceux du moins qui accepteront d’être présents, se réunissent à la demande de l’Elysée en Congrès à Versailles pour écouter le discours solennel du Président. Le corps législatif, assis silencieux dans l’hémicycle de l’aile gauche du château de Louis XIV, face au représentant en chef de l’exécutif, debout à la tribune exposant « sa vision » européenne, économique et sociale, le symbole est fort. Telle scène, qui aurait été inconcevable avant la révision de la Constitution votée le 21 juillet 2008, en dit long sur l’évolution des institutions françaises.

En arrachant ce droit aux congressistes l’été dernier, Nicolas Sarkozy nourrissait son rêve de grandeur : après tout, personne ne trouve rien à redire à ce que le président des Etats-Unis discoure devant le Congrès américain. Alors pourquoi pas lui ? Les mois précédents la révision de la Constitution, la polémique a fait rage. Pour cause : la séparation des pouvoirs en France n’a rien de commun avec ce qui existe outre-Atlantique. Ici, l’exécutif est en mesure d’imposer sa loi au Parlement et notamment aux députés de la majorité, dont l’élection est étroitement liée à celle de la présidentielle. Là-bas, les deux corps ont leur autonomie propre.

Le germe des jours symboliques choisis pour magnifier la gloire du président était déjà contenu dans son discours de noël à Latran où il devient chanoine d’honneur.

Sarkozy à Latran: « Les racines chrétiennes de la France sont aussi visibles dans ces symboles que sont les Pieux établissements, la messe annuelle de la Sainte-Lucie et celle de la chapelle Sainte-Pétronille. Et puis il y a bien sûr cette tradition qui fait du président de la République française le chanoine d’honneur de Saint-Jean de Latran. Saint-Jean de Latran, ce n’est pas rien, tout de même. C’est la cathédrale du Pape, c’est la « tête et la mère de toutes les églises de Rome et du monde », c’est une église chère au cœur des Romains. Que la France soit liée à l’Eglise catholique par ce titre symbolique, c’est la trace de cette histoire commune où le christianisme a beaucoup compté pour la France et la France beaucoup compté pour le christianisme »

Sainte Lucie est considéré comme le symbole de la lumière et de l’espoir pour l’humanité, car Le nom de Lucie vient du latin lux qui signifie « lumière ».La nuit de la sainte Lucie du 12 au 13 décembre fut longtemps considérée comme la nuit la plus longue de l’année, autrefois, la nuit du 13 décembre était la plus longue pour le calendrier julien qui retardait de 10 jours sur le calendrier actuel. Bien que pour le calendrier grégorien, qui remplace le calendrier julien vers l’an 1750, le 21 décembre est la nuit la plus longue, la nuit du 13 décembre restait ancrée dans l’esprit des gens comme la grande nuit sombre pendant laquelle il fallait chasser le noir pour rallonger les journées. La fête de noël joue aujourd’hui cet office en l’honneur de Mithra, le soleil invaincu (Dies natalis solis invicti). Par Sainte Lucie on nous projette en fait au solstice d’hiver.

Pétronille est un diminutif du prénom Petro ou Petrus. La tradition catholique en a fait la fille spirituelle de saint Pierre, c’est lui qui l’aurait baptisée. Il a même été dit, dans la Légende dorée qu’elle était sa fille biologique. Elle était en fait la descendante de Titus Flavius Petro, le grand-père de Vespasien. Pétronille, depuis l’époque de Charlemagne était reconnue comme patronne des rois de France, elle devint patronne nationale quand la France se nomma Fille aînée de l’Église, ce qui a fait dire que la France est la première fille de l’Église comme Pétronille est la fille du premier chef de l’Église.

Après le solstice d’hiver à Rome et le discours de Latran, le nouvel astre du jour républicain a désormais bouclé son cycle solaire dans la résidence du Roi Soleil. Tout est accompli….

 

Du sel au fiel

Chez les Sémites, le sel avait de multiples usages. Comme c’est le cas également pour nous, le sel était un condiment qui relevait la saveur des aliments. On l’utilisait aussi abondamment comme moyen de conservation des aliments. À cause de cette propriété, le sel pouvait désigner le prix ou la valeur d’une chose. L’expression « manger le sel de quelqu’un » signifiait « manger son pain » ou «être attaché à sa maison», d’où le mot « salaire » qui désignait la solde des soldats.

Symbole de ce qui demeure, le mot sel entrait aussi dans des expressions comme « manger du sel avec quelqu’un » ou « faire un pacte de sel » pour exprimer l’indissolubilité d’un pacte d’amitié. Dans les dispositions prises en faveur des prêtres, Dieu déclare à Aaron : Je vous donne, en vertu d’une loi perpétuelle, à toi, à tes fils et à tes filles, toutes les redevances prélevées pour le Seigneur par les fils d’Israël sur les choses saintes. C’est là – pour toi et tes descendants – une alliance consacrée par le sel et immuable aux yeux du Seigneur (Nombres 18, 19)

À la table où il convie l’humanité pour lui donner la nourriture de sa Parole et le pain de la vie, Jésus déclare à ses disciples qu’ils sont le sel de la terre (Matthieu 5, 13). Il les prévient aussi du danger d’être un sel qui se dénature ou qui s’affadit, ne remplissant plus ainsi son rôle. Ainsi en est-il des hommes qui par leurs artifices trompeurs et mensongers entrainent les hommes dans la voie de la perdition, ils sont le fiel de la terre.

Osée 10:4  Ils prononcent des paroles vaines, des serments faux, Lorsqu’ils concluent une alliance: Aussi le châtiment germera, comme une plante vénéneuse dans les sillons des champs.


Actions

Informations






Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers