Le plan du pape, « Caritas in veritate »

7 07 2009

Du temps des Bush père et fils, les Etats-Unis affichaient leur ambition de devenir le leader incontesté d’un « nouvel ordre mondial ». Le nouvel ordre mondial (« new world order ») est le nom donné à une vision du monde de l’après-guerre froide immédiat et de la période de l’histoire entamée au tournant de la dernière décennie du XXe siècle, juste après l’effondrement de l’Union Soviétique. L’expression a été utilisée lors d’un discours prononcé au Congrès américain le 6 mars 1991 par le président George H.W. Bush puis régulièrement reprise. L’expression « nouvel ordre mondial » désigne par définition l’alignement idéologique et politique des gouvernements et organismes mondiaux, en opposition à l’ancien ordre mondial ; les choix et idées des dirigeants mondiaux d’avant les derniers grands changements, avant la dernière grande guerre par exemple.

Le nouvel ordre mondial est défini par sa tendance unipolaire (après cinquante ans de bipolarité, incarnée par l’opposition entre le monde occidental et le bloc soviétique), un fort interventionnisme international au nom des Droits de l’homme, et le projet d’un gouvernement mondial

La chose était d’ailleurs annoncée de longue date sur le billet de un dollar. Les mots latins annuit coeptis (annonce la conception) novus ordo seclorum (du nouvel ordre des siècles ou âges) est l’expression reprise du quatrième Eclogue de Virgil, qui contient le passage suivant :

Aetas de carminis d’iam de venit d’Ultima Cumaei ;
ordo de nascitur de saeclorum d’integro du magnus ab.
redit d’iam et Vierge, regna de Saturnia de redeunt,
alto de demittitur de caelo de progénitures de nova d’iam

« La dernière prophétie est venue à la Sibyl de Cumaean, un ordre nouveau des âges est né ; pour maintenant la Vierge et l’âge de Saturne sont retournés ; maintenant un nouvel enfant a été envoyé des cieux.« 

Le mot seclorum ne signifie pas « séculaire », comme on pourrait le supposer, mais c’est la forme plurielle (possessive) du génitif de  saeculum, mot signifiant (dans ce contexte) la génération, le siècle, ou l’âge. Ainsi la devise Novus Ordo Seclorum peut être traduite comme « nouvel ordre des âges².
Pour bien comprendre l’oracle de ce sceau, il convient de le replacer dans son contexte initial, soit le poème de Virgil. Sur le recto du sceau le diable révèle ce qu’il veut être, et au verso ce qu’il veut faire.
Le dernier oracle de la Sibyl (prêtresse ou pythie) annonce un âge nouveau. Maintenant nous retournons dans cet âge, celui de la Vierge (Athéna) et Saturne (Jupiter renversa Saturne son père, qui descendit régner sur le Latium, donnant l’âge d’or de Rome). Traduction : renverser Dieu le Père provoquera un nouvel âge d’or romain.

Las, pour le diable, la « CRISIS », le jugement, emporte dans les limbes les illusions hégémoniques de l’hyper-puissance américaine que la crise a définitivement ruinée.

Mais le diable ne perd pas de temps pour repenser son empire mondial. Puisque le roi dollar est mort, VIVE le roi euro et que vive la bête d’Apocalypse 13.

« Caritas in veritate« 

Le texte en entier

caritasinveritate.jpg

Signature de l’encyclique « Caritas in veritate »

À la veille du sommet du G8, qui aura lieu à L’Aquila, en Italie, le Vatican publie la troisième encyclique du pape intitulée, « Caritas in veritate« , « L’amour dans la vérité », tout un programme.

Dans ce document, le pape Benoît XVI dénonce la mentalité du profit à tout prix et l’appât du gain et appelle à un nouvel ordre financier basé sur l’éthique, la dignité et la quête du bien commun.

Le pape veut ainsi peser de son poids moral sur les décideurs du monde pour qu’ils corrigent les erreurs du passé et qu’ils dessinent les contours d’un ordre financier mondial plus juste et plus responsable socialement.

Sur le plan politique, le pape souligne l’urgence d’une réforme de l’ONU et de la mise en place d’une véritable « Autorité politique mondiale ». Cette instance, qui constituerait « un degré supérieur d’organisation à l’échelle internationale de type subsidiaire pour la gouvernance de la mondialisation », devrait aussi « procéder à un souhaitable désarmement intégral, parvenir à la sécurité alimentaire, assurer la protection de l’environnement et réguler les flux migratoires », estime-t-il.

Dans ce document de 150 pages, le pape estime que cette « Autorité politique mondiale » doit être « reconnue par tous » et jouir d’un « pouvoir effectif pour assurer à chacun la sécurité, le respect de la justice et des droits ».

Le Vatican qui est à la base la construction européenne à qui elle a imposé son drapeau marial, sa monnaie, bientôt une nouvelle constitution, va chercher à propulser l’Europe au sommet du G8 comme le nouveau Leader naturel mondial après la chute de l’empire américain. Cela donnera de facto l’autorité religieuse à l’Eglise Universelle de Rome avec le pape comme son chef. Un règne nouveau s’annonce.

Le règne d’un pape se nomme pontificat. L’origine de ce mot tient à l’un des titres des papes : souverain pontife. La filiation de cette expression doit se trouver dans le titre du principal prêtre dans la Rome antique « pontifex maximus », pontifex étymologiquement signifie « qui fait le pont (entre les dieux et les hommes) ». Une fois de plus la monnaie qui depuis l’antiquité représente le corps des dieux agit comme un oracle. On a vu cela avec les pièces mais cela est vrai également pour les billets.

billet5euros.jpg

Le billet de 5€ évoque l’antiquité classique par une colonnade au recto et un aqueduc au verso (similaire au Pont du Gard) : ces deux constructions sont parfaitement représentatives de l’architecture romaine. Ainsi, les bâtisseurs romains du Pont du Gard sont à l’honneur … 2000 ans après l’achèvement de leur œuvre qui se poursuit spirituellement par le pontifex maximus de Rome!

Le pont sur les 7 versos des billets Euros est sensé symboliser le lien entre les peuples européens puisqu’il permet de « vaincre pacifiquement les obstacles naturels ». Comme pour le drapeau dédié à la Vierge Marie le reste n’est que baliverne, la référence du pont est une allusion à peine voilée au pontife de Rome, le pape catholique.

Apocalypse 17 : 1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. 2  C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. 3  Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. 4  Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. 5  Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. 6  Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.

Tournez désormais votre billet et voici qu’apparaît une porte.

billet5euros1.jpg

Le nom de la ville de Babylone provient du nom pré-sumérien Babulu, que les Akkadiens ont expliqué étymologiquement par bab-ili(m), « la Porte du Dieu », devenu plus tard bab-ilāni, « la Porte des Dieux ». Ce nom a été traduit en sumérien selon le même sens en KA.DINGIR.RA. Les Grecs ont traduit ce nom en Babylon, qui a été repris par la suite par les Européens. Babylone est donc la ville par la quelle les hommes accèdent aux dieux, l’allée processionnelle en permettant l’accès principal étant la porte d’Ishtar, la porte de l’Etoile qui représente la reine du ciel, remplacée par la Vierge Marie aujourd’hui.

Le billet peut donc se lire comme un « oracle » antique qui dirait ceci : « par la voie du pontife de Rome entrez dans la citée des dieux par la porte de la reine du ciel ».

7 billets d’euro comme représentants les sept têtes qui traversent le temps pour former la bête romaine d’Apocalypse 17, dont le pontife romain souhaite donner vie en 77 points exposés dans son encyclique « Caritas in veritate« .

Pour approfondir le sujet:

Les réseaux du Vatican

Comment l’Eglise catholique investit la société civile


Actions

Informations






Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers