• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

1 000 000 000 000 $ de déficit, et moi et moi et moi….

14072009

Quelques heures avant de s’envoler pour le Ghana, Barack Obama est parvenu à obtenir du G8 une augmentation de l’enveloppe destinée à l’agriculture des pays les plus pauvres. De 15 milliards d’euros. Pour les amis africains qui ne sont pas encore morts de rire, relisez les promesses du G8 de 2008 pour vous faire une idée des promesses des politiques « crétiens » occidentaux. http://schoenel.unblog.fr/2008/07/07/77-quatre-crises-au-sommet/

«Le président américain a effectué une véritable pression sur ses partenaires, souligne un diplomate européen. Avant même d’arriver à L’Aquila, il les a appelés les uns après les autres pour les pousser à aller plus loin sur cette question.»

Les Etats-Unis devrait prendre en charge 3,5 milliards, l’Union européenne un milliard par an jusqu’en 2011.

obamaghana.jpg

Le G8 de L’Aquila terminé, sur le thème « Afrique et sécurité alimentaire », le président Obama est parti pour Accra, capitale du Ghana, où il a prononcé, le 11 juillet, un discours fondé sur l’idée que les Africains sont responsables pour l’Afrique et doivent être aidés à développer leurs propres capacités économiques en assurant la démocratie. Il n’est pas arrivé les mains vides : c’est lui, dit-on à la Maison-Blanche, qui a persuadé le G8 d’attribuer 20 milliards de dollars, distribués en trois ans, pour la « sécurité alimentaire » dans le monde. Les « Grands de la Terre » et les aspirants à ce grade, se présentent ainsi comme des bienfaiteurs, promettant de destiner à la lutte contre la faim, en une année, ce qu’ils dépensent en armées et armements en deux jours. Les pays du G8 élargi totalisent en effet plus de 80 % de la dépense militaire mondiale qui a dépassé les 1 500 milliards de dollars annuels, dont plus de la moitié est constituée par la dépense états-unienne.

La phrase sur l’homme africain et son entrée dans l’histoire mise à part, ce discours rappelle par son ton et par ses mots, celui prononcé par Nicolas Sarkozy à Dakar. L’idée que les « Africains sont responsables pour l’Afrique et doivent être aidés à développer leurs propres capacités économiques » signifie en clair pour ceux qui feignent de ne pas comprendre, que l’occident va freiner voire purement et simplement supprimer les aides autres que sous forme de prêt à l’Afrique.

Il est vrai qu’on ne peut pas être généreux avec tout le monde. Le déficit budgétaire des Etats-Unis dépasse les 1 000 milliards de dollars aujourd’hui et comme le niveau de vie américain n’est pas négociable (dixit Bush), tant pis pour l’Afrique. Les Etats-Unis continueront de siphonner l’économie mondiale pour leur bon plaisir. C’est ça le christianisme occidental en action !

La suite…




L’UPM renaît de ses cendres

13072009

Apocalypse 13 nous annonce la renaissance de l’empire de Rome Voire l’article sur le sujet ici : http://lettrealepouse.free.fr/breves/LAE10.htm

L’empire était à son apogée scindé en deux parties, une occidentale et l’autre orientale. La partie occidentale est en phase d’achèvement,  il reste donc la partie orientale à rallier par des traités et alliances fragiles, comme Daniel 2 : 40 nous l’a annoncé.

Le grand chanoine de France Nicolas Sarkozy, travaille donc avec toute son énergie coutumière pour faire entrer l’Union pour la Méditerranée dans les prophéties.

 

unionpourmediterranee.png

L’Union pour la Méditerranée célèbre lundi son premier anniversaire, qui coïncide avec la fin d’une longue paralysie, due notamment à l’intervention militaire israélienne à Gaza de décembre-janvier.

« Le vrai bilan, ce sera l’UPM deux ans après », fait valoir Gilles Mentré, conseiller auprès de la présidence française. Un sommet se tiendra en juillet 2010 « et c’est là qu’il faudra rendre des comptes », a-t-il ajouté lors d’un récent colloque organisé à Paris par la Fondation pour l’innovation politique.

Le 13 juillet 2008, le premier sommet de l’UPM, réunissant à Paris les pays riverains de la Méditerranée (à l’exception de la Libye) et ceux de l’Union européenne, avait été salué comme un succès des coprésidences française et égyptienne. Des réunions d’experts, de fonctionnaires, de ministres, avaient suivi jusqu’à un gel des réunions, conséquence du conflit de Gaza.

L’UPM vise à convertir l’espace méditerranéen en zone de paix par le biais de projets, en particulier sur l’environnement ou le transport. Son objectif, porté par le président français Nicolas Sarkozy, était de sortir de l’ornière le processus de dialogue euro-méditerranéen dit de Barcelone, né en 1995.

On l’avait jugée mort-née. L‘Union pour la Méditerranée renaît doucement de ses cendres. Jeudi 25 juin, à Paris, avait lieu la première réunion interministérielle sur les projets de développement durable. La manifestation concrète d’une coopération longtemps mise à mal.  Exit les discours politiques grandiloquents et les grandes tapes dans le dos entre ministres. Après la crise du conflit israélo-palestinien de janvier, qui avait entraîné la suspension de l’Union à la demande des pays arabes, pas question de prendre de risque. L’heure est désormais à une collaboration technique et plutôt consensuelle. Rien de plus.

Comme la zone de paix bute sur la pierre israélienne l’esprit antéchrist de l’Union sous la domination de l’Eglise de Rome pousse désormais ses pions de manière unilatérale.

Javier Solana, Haut Représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité commune, propose de faire reconnaître par l’ONU l’existence d’un Etat palestinien même en l’absence de résultat lors des négociations.

Sur fond de stagnation du processus de la paix, M.Solana, cité par les médias locaux, propose de fixer un terme pour les négociations israélo-palestiniennes qui, une fois échu, permettra au Conseil de sécurité de déterminer lui-même les conditions du règlement et de « reconnaître l’Etat palestinien comme membre de plein droit de l’ONU« .

Israël s’oppose aux déclarations du chef de la diplomatie européenne, Javier Solana. « La paix doit se construire et non être imposée », a répliqué Avigdor Lieberman sur Radio Israël. M. Solana, qui se prononce pour un retour aux frontières d’avant la guerre de 1967, estime que les médiateurs internationaux – ONU, UE, Russie et Etats-Unis – devraient fixer un délai aux parties pour conclure un accord. Le chef de la diplomatie européenne considère qu’à l’issue d’un délai déterminé, la communauté internationale serait légitime pour proclamer unilatéralement la solution de deux Etats. Elle résoudrait alors elle-même les questions des fontières, des réfugiés, du statut de Jérusalem et des arrangements de sécurité.

Dans le feuilleton: Israël toujours plus seul.

La Grande Bretagne imposera un embargo d’arme sur Israël et ne fournira plus d’armement aux bâtiments de la marine israélienne, en raison de leur participation active à l’opération « Plomb durci » dans la bande de Gaza.




Le cirque de Rome s’achève

10072009

15 milliards contre la faim, seul « vrai » engagement du G8. La troisième encyclique papale, “Caritas in veritate“, qui devait influencer le forum de Rome a donc donné la pleine mesure de la toute puissance pontificale. Les dirigeants réunis se sont donc engagés à mobiliser « au moins 15 milliards de dollars sur trois ans » pour garantir la sécurité alimentaire sur la planète afin de mieux lutter contre la faim dans le monde…

Amis africains, on ne rit pas, il est vrai que les dirigeants présents avaient visiblement d’autres chats à fouetter.

mayoratavaresg8.jpg

En juin 2008, lors du sommet de la FAO à Rome puis lors du G8 d’Hokkaïdo de nombreuses promesses avaient été faites pour faire face à l’insécurité alimentaire rendue visible aux yeux du monde par les émeutes de la faim. Dix milliards de dollars avaient notamment été promis à Hokkaïdo pour faire face à la crise. Les Etats assurent aujourd’hui avoir engagé ces fonds et pourtant il n’existe aucune procédure de traçabilité de ces engagements, aucun document récapitulatif de ces investissements, aucune évaluation de leur efficacité… Etaient-ils des fonds additionnels ou des montants habituels d’aide ? Quelle était la durée d’engagement de ces fonds ? Etaient-ce des prêts ou des dons ?… Ce suivi des engagements financiers contre la faim constituait l’un des 3 piliers du Fonds mondial contre la Faim et la Malnutrition initié par Action contre la Faim aux lendemains des émeutes de la faim. Or cet élément a été totalement abandonné dans le projet de Partenariat Mondial pour l’Alimentation, l’Agriculture et la Nutrition qui a fait suite à cette initiative.

Le cap historique du milliard de personnes souffrant de la faim a été franchi en 2009… soit un sixième de la population mondiale. En 2000, tous les chefs d’Etat s’étaient pourtant engagés à diviser de moitié ce chiffre honteux d’ici 2015.Le nombre déjà extrêmement élevé de personnes souffrant de la faim continue aujourd’hui d’augmenter à la faveur des impacts des changements climatiques et de la crise économique mondiale. Loin de reculer, ce scandale du XXIème siècle continue donc de se propager. Pourtant loin des promesses de l’an passé, on constate aujourd’hui que la France a baissé ses budgets alloués à l’aide alimentaire : de 52 millions en 2008, ce budget a replongé à 35 millions en 2009. La France par la voix de Nicolas Sarkozy avait promis un milliard d’euros sur 5 ans pour l’Afrique, mais il s’agit essentiellement de prêts. La différence entre prêts et dons trouvent toute son importance lorsqu’il s’agit de pays dont la plupart sont d’ores et déjà extrêmement endettés, voire non solvable. Accroître la part des dons, notamment envers les pays les plus endettés, serait plus efficace.

Matthieu 6:2  Lors donc que tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues (ou les G8), afin d’être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.

1 Corinthiens 13 : 4 La charité est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n’est point envieuse; la charité ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil, 5  elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, 6  elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité;

A “Caritas in veritate“, « L’amour dans la vérité », j’oppose « la vérité dans l’amour de Christ » qui se dresse contre l’esprit antéchrist de ce forum romain.

obamavaticang8.jpg

Pour finir en beauté, le chef de l’empire chez le « pontifex maximus », où selon un communiqué du Vatican, les deux hommes ont discuté entre autre de la « paix au Proche-Orient », il faut traduire d’Israël, les palestiniens et bien sûr Jérusalem. C’est sur ces sujets internationaux que les deux hommes ont le plus de convergences de vues. Le Vatican avait déclaré avoir « beaucoup apprécié » le discours du président Hussein Obama pour une nouvelle donne entre les Etats-Unis et le monde musulman au Caire. Le Vatican marque donc de son sceau l’ouverture et la clôture du « forum de Rome ».

Heureusement c’est bientôt Shabbat, une vraie bonne nouvelle, alors Shabbat Shalom à ceux qui aime dans la vérité.




Du forum au théâtre de Rome

9072009

La comédie romaine continue, avec de nouveaux acteurs issus des pays émergents et toujours les mêmes mensonges et hypocrisies.

obamag8.jpg

Lévitique 11 : 29  Voici, parmi les animaux qui rampent sur la terre, ceux que vous regarderez comme impurs: la taupe, la souris et le lézard, selon leurs espèces; 30  le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon.

Le président américain Barack Obama a salué devant la presse un « consensus historique » sur la lutte contre le réchauffement climatique, à l’issue jeudi d’une réunion à L’Aquila du Forum des principales économies (MEF).

Contrairement au G8, qui s’est accordé mercredi sur un objectif de réduction des émissions de GES de 50% d’ici 2050 au niveau planétaire et de 80% pour les pays développés, le FEM ne prend aucun engagement chiffré. Le FEM, créé à l’origine par les Etats-Unis, comprend les pays du G8, le G5 des grands émergents (Chine, Inde, Brésil, Mexique, Afrique du Sud), l’Australie, l’Indonésie et la Corée du Sud, ainsi que l’Union européenne en tant que telle.

L’absence d’accord entre ces différents groupes sur un objectif chiffré global n’est pas une surprise, les pays émergents y étant très réticents car ils considèrent que la pollution atmosphérique est historiquement et essentiellement le fait des principaux pays industrialisés.

« Demandez donc aux 230 millions d’Africains sub-sahariens qui subissent déjà les impacts du changement climatique s’ils peuvent attendre 2050 ?« , lance également ActionAid, agence internationale de lutte contre la pauvreté.

Selon le président de la République Sarkozy, la mise en place du G14, pour lequel il plaide depuis longtemps, ne signifiera pas la disparition du G8. Il pourrait y avoir des sommets du G14 à l’intérieur desquels on pourrait «se voir en G8 et en G6 (avec l’Égypte, NDLR)», souligne-t-on dans l’entourage du président français qui encourage par ailleurs l’élargissement du Conseil de sécurité de l’ONU. Avec la crise économique, le G20, dont le troisième sommet se tiendra à Pittsburgh, en septembre, a pris une place incontournable. Certains, comme Nicolas Sarkozy, pensent que le G14 pourrait «se concentrer sur les sujets globaux» tandis que le G20 s’intéresserait prioritairement aux questions économiques et financières.

Ainsi par l’organisation de cercles concentriques qui partiraient du G8 au G14,  puis G20 et finir avec l’ONU, on verrait la mise en place ordonnée d’une véritable « Autorité politique mondiale » qui ne dirait pas son nom. Ces instances imbriquées, constituerait « un degré supérieur d’organisation à l’échelle internationale de type subsidiaire pour la gouvernance de la mondialisation »,…

 

Désormais Israël est seul contre tous !

Dans le livre des psaumes, au chapitre 2 verset 1 à 12, Dieu dit ceci:
« Pourquoi les nations s’agitent elles et les peuples ont ils de vaines pensées ? Les rois de la terre se dressent et les princes se liguent ensemble, contre l’eternel et contre son messie ? …il rit, celui qui siège dans les cieux, le seigneur se moque d’eux….et maintenant, rois, ayez du discernement .recevez mes instructions, juges de la terre ,servez l’eternel avec crainte, soyez dans l’allégresse, en tremblant embrassez le fils (Jésus),de peur qu’il ne se mette en colère, et que vous ne périssiez dans votre voie, car sa colère est prompte a s’enflammer .heureux tous ceux qui se refugient en lui. »

Après Hussein Obama qui s’oppose aux implantations juives  en Israël, le concert des nations suit la voix de son maître.

A l’occasion du cinquième anniversaire de l’avis de la Cour internationale de Justice jugeant illégal le mur élevé par Israël pour se séparer de la Cisjordanie, le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) a présenté mercredi 8 juillet un état de la situation côté palestinien.

« La barrière est l’une des mesures employées pour restreindre les mouvements et la vie des Palestiniens », a déclaré un responsable de l’OCHA dans une conférence de presse. « La barrière fait partie d’un régime général de fermeture (…) qui affecte les mouvements des Palestiniens, restreint leur espace, et ajoute à la fragmentation de la Cisjordanie (…). Elle a eu un impact humanitaire dramatique sur les Palestiniens » depuis le début de sa construction, en 2002.

Dans son avis rendu le 9 juillet 2004, la Cour internationale de justice avait estimé que « la construction par Israël, puissance occupante, du mur en territoire palestinien occupé, notamment dans et autour de Jérusalem-Est, est contraire à la loi internationale. » Elle en a demandé le démantèlement.

Le chargé d’affaires de l’UE à Jérusalem, Roy Dickinson, a affirmé qu’aux yeux de l’Union, les colonies juives construites en Cisjordanie sont illégales. Il a ajouté que les colonies et les mesures prises par l’armée israélienne dans les territoires qu’elle a capturés lors de la Guerre des Six Jours, en 1967, étranglent l’économie palestinienne et rendent les Palestiniens plus dépendants de l’aide extérieure. Or ce sont les contribuables européens qui paient la plus grande partie du prix de cette dépendance, peut-on lire dans le communiqué de la Commission.

Le ministère israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a annoncé qu’il avait convoqué l’ambassadeur de l’UE, Ramiro Cibrian Uzal, pour lui signifier qu’Israël rejette avec force la déclaration de la Commission.




Dans le forum de ROME

8072009

À L’Aquila, petite cité des Abruzzes ravagée par un séisme meurtrier en avril dernier, où Sylvio Berlusconi a choisi de convoquer le G8, le parallèle avec l’état de l’économie mondiale touchée par une récession historique tient presque de l’évidence. D’autant que les mesures envisagées en faveur des victimes du cataclysme apparaissent pour le moins aussi laborieuses et inefficaces que celles qui sont envisagées aujourd’hui par les puissants de ce monde pour atténuer les souffrances des centaines de millions de terriens frappés de plein fouet par la crise.

epouseg8pape.jpg

En marge de la réunion au Vatican, les épouses des dirigeants du G8 sont reçues par le pape, exceptée la maîtresse de cérémonie, Veronica Lario, épouse du président du Conseil Italien Silvio Berlusconi, n’étant pas là pour diriger le programme des dames, étant donné qu’elle a demandé le divorce, excédée par les frasques extraconjugales de son « Cavaliere » de mari. Ainsi l’Eglise de Rome garde le « contact » avec le sommet après les vœux pieux et inutiles de l’encyclique papale. Car il est évident qu’au G8 les dirigeants qui au sommet précédent du G20 ont débloqué rapidement 1 billion de $ soit mille milliards de $ pour sauver un capitalisme corrompu et en faillite, ne débloqueront aucun fond pour les pays pauvres, crise oblige. Tout au plus aurons nous droit à des promesses aussi creuses que les vœux du pape puisqu’ils sont animés du même esprit.

Mais pendant que Babylone fait sa messe, en Afrique.au même moment, au Mali, des altermondialistes venus du continent et d’ailleurs, tiennent un contre-sommet, le « Forum des peuples » pour, disent-ils, dénoncer le G8 qui n’a reçu aucun mandat pour concevoir des plans de développement au nom de l’Afrique.

Le projet du communiqué qui sanctionnera ce G8 préconise l’augmentation de l’investissement agricole dans les pays pauvres pour aider ceux-ci à mettre en placer leurs propres stratégies de sécurité alimentaire. Des contributions financières de 7 à 10 milliards de dollars devraient être annoncées. Encore des promesses comme le G8 en a pris l’habitude depuis 2005, à Gleneagles ?

« Au moment où le G8 se tiendra dans un style bourgeois, en Italie, nous, nous tenons notre sommet des pauvres sur le plateau dogon, dans la localité de Bandiagara (Nord du Mali) », a déclaré mardi Mme Barry Aminata Touré, citée par l’AFP. « Il n’y aura pas de sujets tabou, nous parlerons de tout…des défis que pose la crise financière internationale aux populations, mouvements sociaux et gouvernements africains », a-t-elle ajouté en précisant : « nous voulons donner mauvaise conscience aux pays riches ». Le message des altermondialistes semble clair : il n’appartient pas au G8 d’élaborer des programmes et stratégies de développement pour l’Afrique.

Luc 6 : 20 Alors Jésus, levant les yeux sur ses disciples, dit: Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous! 21  Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés! Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie! 22  Heureux serez-vous, lorsque les hommes vous haïront, lorsqu’on vous chassera, vous outragera, et qu’on rejettera votre nom comme infâme, à cause du Fils de l’homme! 23  Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez d’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans le ciel; car c’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

24  Mais, malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation! 25  Malheur à vous qui êtes rassasiés, car vous aurez faim! Malheur à vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et dans les larmes! 26  Malheur, lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c’est ainsi qu’agissaient leurs pères à l’égard des faux prophètes!




Le plan du pape, « Caritas in veritate »

7072009

Du temps des Bush père et fils, les Etats-Unis affichaient leur ambition de devenir le leader incontesté d’un « nouvel ordre mondial ». Le nouvel ordre mondial (« new world order ») est le nom donné à une vision du monde de l’après-guerre froide immédiat et de la période de l’histoire entamée au tournant de la dernière décennie du XXe siècle, juste après l’effondrement de l’Union Soviétique. L’expression a été utilisée lors d’un discours prononcé au Congrès américain le 6 mars 1991 par le président George H.W. Bush puis régulièrement reprise. L’expression « nouvel ordre mondial » désigne par définition l’alignement idéologique et politique des gouvernements et organismes mondiaux, en opposition à l’ancien ordre mondial ; les choix et idées des dirigeants mondiaux d’avant les derniers grands changements, avant la dernière grande guerre par exemple.

Le nouvel ordre mondial est défini par sa tendance unipolaire (après cinquante ans de bipolarité, incarnée par l’opposition entre le monde occidental et le bloc soviétique), un fort interventionnisme international au nom des Droits de l’homme, et le projet d’un gouvernement mondial

La chose était d’ailleurs annoncée de longue date sur le billet de un dollar. Les mots latins annuit coeptis (annonce la conception) novus ordo seclorum (du nouvel ordre des siècles ou âges) est l’expression reprise du quatrième Eclogue de Virgil, qui contient le passage suivant :

Aetas de carminis d’iam de venit d’Ultima Cumaei ;
ordo de nascitur de saeclorum d’integro du magnus ab.
redit d’iam et Vierge, regna de Saturnia de redeunt,
alto de demittitur de caelo de progénitures de nova d’iam

« La dernière prophétie est venue à la Sibyl de Cumaean, un ordre nouveau des âges est né ; pour maintenant la Vierge et l’âge de Saturne sont retournés ; maintenant un nouvel enfant a été envoyé des cieux.« 

Le mot seclorum ne signifie pas « séculaire », comme on pourrait le supposer, mais c’est la forme plurielle (possessive) du génitif de  saeculum, mot signifiant (dans ce contexte) la génération, le siècle, ou l’âge. Ainsi la devise Novus Ordo Seclorum peut être traduite comme « nouvel ordre des âges².
Pour bien comprendre l’oracle de ce sceau, il convient de le replacer dans son contexte initial, soit le poème de Virgil. Sur le recto du sceau le diable révèle ce qu’il veut être, et au verso ce qu’il veut faire.
Le dernier oracle de la Sibyl (prêtresse ou pythie) annonce un âge nouveau. Maintenant nous retournons dans cet âge, celui de la Vierge (Athéna) et Saturne (Jupiter renversa Saturne son père, qui descendit régner sur le Latium, donnant l’âge d’or de Rome). Traduction : renverser Dieu le Père provoquera un nouvel âge d’or romain.

Las, pour le diable, la « CRISIS », le jugement, emporte dans les limbes les illusions hégémoniques de l’hyper-puissance américaine que la crise a définitivement ruinée.

Mais le diable ne perd pas de temps pour repenser son empire mondial. Puisque le roi dollar est mort, VIVE le roi euro et que vive la bête d’Apocalypse 13.

« Caritas in veritate« 

Le texte en entier

caritasinveritate.jpg

Signature de l’encyclique « Caritas in veritate »

À la veille du sommet du G8, qui aura lieu à L’Aquila, en Italie, le Vatican publie la troisième encyclique du pape intitulée, « Caritas in veritate« , « L’amour dans la vérité », tout un programme.

Dans ce document, le pape Benoît XVI dénonce la mentalité du profit à tout prix et l’appât du gain et appelle à un nouvel ordre financier basé sur l’éthique, la dignité et la quête du bien commun.

Le pape veut ainsi peser de son poids moral sur les décideurs du monde pour qu’ils corrigent les erreurs du passé et qu’ils dessinent les contours d’un ordre financier mondial plus juste et plus responsable socialement.

Sur le plan politique, le pape souligne l’urgence d’une réforme de l’ONU et de la mise en place d’une véritable « Autorité politique mondiale ». Cette instance, qui constituerait « un degré supérieur d’organisation à l’échelle internationale de type subsidiaire pour la gouvernance de la mondialisation », devrait aussi « procéder à un souhaitable désarmement intégral, parvenir à la sécurité alimentaire, assurer la protection de l’environnement et réguler les flux migratoires », estime-t-il.

Dans ce document de 150 pages, le pape estime que cette « Autorité politique mondiale » doit être « reconnue par tous » et jouir d’un « pouvoir effectif pour assurer à chacun la sécurité, le respect de la justice et des droits ».

Le Vatican qui est à la base la construction européenne à qui elle a imposé son drapeau marial, sa monnaie, bientôt une nouvelle constitution, va chercher à propulser l’Europe au sommet du G8 comme le nouveau Leader naturel mondial après la chute de l’empire américain. Cela donnera de facto l’autorité religieuse à l’Eglise Universelle de Rome avec le pape comme son chef. Un règne nouveau s’annonce.

Le règne d’un pape se nomme pontificat. L’origine de ce mot tient à l’un des titres des papes : souverain pontife. La filiation de cette expression doit se trouver dans le titre du principal prêtre dans la Rome antique « pontifex maximus », pontifex étymologiquement signifie « qui fait le pont (entre les dieux et les hommes) ». Une fois de plus la monnaie qui depuis l’antiquité représente le corps des dieux agit comme un oracle. On a vu cela avec les pièces mais cela est vrai également pour les billets.

billet5euros.jpg

Le billet de 5€ évoque l’antiquité classique par une colonnade au recto et un aqueduc au verso (similaire au Pont du Gard) : ces deux constructions sont parfaitement représentatives de l’architecture romaine. Ainsi, les bâtisseurs romains du Pont du Gard sont à l’honneur … 2000 ans après l’achèvement de leur œuvre qui se poursuit spirituellement par le pontifex maximus de Rome!

Le pont sur les 7 versos des billets Euros est sensé symboliser le lien entre les peuples européens puisqu’il permet de « vaincre pacifiquement les obstacles naturels ». Comme pour le drapeau dédié à la Vierge Marie le reste n’est que baliverne, la référence du pont est une allusion à peine voilée au pontife de Rome, le pape catholique.

Apocalypse 17 : 1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. 2  C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. 3  Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. 4  Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. 5  Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. 6  Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.

Tournez désormais votre billet et voici qu’apparaît une porte.

billet5euros1.jpg

Le nom de la ville de Babylone provient du nom pré-sumérien Babulu, que les Akkadiens ont expliqué étymologiquement par bab-ili(m), « la Porte du Dieu », devenu plus tard bab-ilāni, « la Porte des Dieux ». Ce nom a été traduit en sumérien selon le même sens en KA.DINGIR.RA. Les Grecs ont traduit ce nom en Babylon, qui a été repris par la suite par les Européens. Babylone est donc la ville par la quelle les hommes accèdent aux dieux, l’allée processionnelle en permettant l’accès principal étant la porte d’Ishtar, la porte de l’Etoile qui représente la reine du ciel, remplacée par la Vierge Marie aujourd’hui.

Le billet peut donc se lire comme un « oracle » antique qui dirait ceci : « par la voie du pontife de Rome entrez dans la citée des dieux par la porte de la reine du ciel ».

7 billets d’euro comme représentants les sept têtes qui traversent le temps pour former la bête romaine d’Apocalypse 17, dont le pontife romain souhaite donner vie en 77 points exposés dans son encyclique « Caritas in veritate« .

Pour approfondir le sujet:

Les réseaux du Vatican

Comment l’Eglise catholique investit la société civile




Bruit de bottes…

6072009

Putsch au Honduras, émeutes en Chine, approche rapide de la deuxième vague de la crise économique aux Etats-Unis, durcissement du régime iranien, rumeurs renouvelées d’une offensive israélienne contre Téhéran,… Sur plusieurs fronts, l’été 2009 s’annonce lourd et menaçant, même s’il n’a pas encore «sa» crise emblématique comme la guerre Israël-Hezbollah de juillet-août 2006 ou celle de Géorgie il y a un an.

ahmadinejadrocketbeforelaunch.jpg

Il est un danger qui en recoupe beaucoup d’autres, sous ces cieux estivaux pleins de nuages, le retour inquiétant de la question nucléaire.  Le dépoussiérage des accords de désarmement nucléaire entre la Russie et les États-Unis sera l’un des principaux sujets de conversation aujourd’hui à Moscou entre Barack Obama et Dimitri Medvedev ainsi que le problème iranien.

Le chef d’état-major interarmées américain, l’amiral Michael Mullen a affirmé dimanche qu’une « attaque contre les installations nucléaires de l’Iran pourrait s’avérer « extrêmement déstabilisante », pour l’économie mondiale.

L’amiral Mullen a également insisté sur le fait que, selon lui, le gouvernement iranien continue « de financer des terroristes, continue de développer des armes nucléaires et a été, et demeure, une force déstabilisante en Irak et en Afghanistan ».

Des propos qui interviennent alors même que le vice-président américain Joe Biden déclarait parallèlement que les Etats-Unis ne feraient pas obstacle à Israël si l’Etat hébreu juge nécessaire une action militaire pour éliminer la menace nucléaire iranienne.

Les Etats-Unis « ne peuvent pas dicter à un autre pays souverain ce qu’il peut ou ne peut pas faire », a déclaré M. Biden sur la chaîne de télévision ABC. « Si le gouvernement Nétanyahou décide d’agir différemment de ce qui est fait actuellement, cela relève de leur droit souverain. Le choix ne nous appartient pas. » a-t-il ajouté.

Interrogé sur les propos de Joe Biden, l’amiral Mullen a estimé que la position de Washington au sujet d’une intervention militaire en Iran relevait d’une « décision politique ».

Barack Obama a estimé jeudi dans un entretien à l’Associated Press que la possession de l’arme nucléaire par l’Iran était « la recette d’une catastrophe potentielle » car cela aboutirait probablement à une course à l’armement dans toute la région.

La presse se fait pour sa part régulièrement l’écho des projets israéliens de bombarder des sites nucléaires iraniens avec ou sans le feu vert des Etats-Unis.

« Les Saoudiens ont donné leur accord tacite à ce que l’armée de l’air israélienne utilise son espace aérien au cours d’une mission qui serait dans l’intérêt d’Israël comme de l’Arabie saoudite », explique une source diplomatique citée par un journal. A Jérusalem, les services du premier ministre, Benyamin Netanyahou, ont démenti ces informations, les qualifiant de « complètement fausses et sans fondement ».

Le chef du Mossad, Meïr Dagan, a assuré le premier ministre israélien que l’Arabie saoudite fermerait les yeux sur un survol de son territoire si Israël décidait d’un raid contre les installations nucléaires iraniennes, selon le Sunday Times. Le chef du Mossad a eu depuis 2002 des rencontres secrètes régulières avec les Saoudiens à ce sujet, même si les deux pays n’entretiennent pas formellement de relations diplomatique, assure le journal.

John Bolton, l’ancien ambassadeur américain à l’ONU qui a récemment effectué une visite dans le Golfe a observé qu’il était « entièrement logique » pour les Israéliens d’utiliser l’espace aérien saoudien, selon l’hebdomadaire.

Luc 21:9  Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne soyez pas effrayés, car il faut que ces choses arrivent premièrement. Mais ce ne sera pas encore la fin.




Au prince sans opposition le gouvernement est sans gloire

5072009

Ah l’ORTF, pour ceux qui n’ont pas connu, un grand moment de pluralisme et d’ouverture culturelle ! Les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître cette fantastique télévision d’Etat que même la Russie soviétique prenait en exemple.

mediasarko.jpg

Le trou noir présidentiel absorbe avec une incroyable constance et énergie toute forme d’opposition, tant politique que médiatique ou culturelle. Avec le fabuleux coup Frédéric Mitterrand au Ministre de la Culture. Nicolas Sarkozy continue de plumer la gauche avec une aisance jamais atteinte. Le nom de « Mitterrand » aurait pu rester un symbole fort pour le PS, il le devient pour le gouvernement.

N’oublions pas Philippe Val, ex-directeur de Charlie Hebdo bientôt Sarkozy hebdo ? Porte-voix de la gauche libertaire, chansonnier, nommé à la direction de France Inter.  Proche de Carla Bruni-Sarkozy (parolier de son premier album), il apparaît comme une nouvelle caution de gauche de Nicolas Sarkozy. Philippe Val lève les yeux au ciel : « Je ne suis pas sarkozyste et je ne l’ai jamais été. » Non ! On ne rit pas. « L’ouverture à gauche » est un travail de longue haleine. Ce ne sont pas les DSK, Kouchner, Besson, Lang, Karmitz, Rocard et autres qui diront le contraire.

obsval.jpg

Décrié par le Nouvel Obs en son temps voilà le journal aspiré à son tour. L’interview du Président par le patron du Nouvel Observateur, Denis Olivennes en est la dernière démonstration.

L’entretien négocié en exclusivité par le directeur du journal, Denis Olivennes, avec Nicolas Sarkozy contre la Une du journal reste en travers de la gorge des journalistes. Cela s’est passé un dimanche. Franck Louvrier, le responsable communication de l’Elysée contacte le PDG du Nouvel Observateur pour lui proposer sous dix jours un entretien exclusif avec le président de la République en contrepartie de la couverture et d’une bonne mise en scène de l’Evenement. Echanges de bon procédés. Selon rue89, Olivennes envoie alors un mail aux chefs de services du journal « Franck Louvrier souhaitait que l’entretien ait lieu dans une dizaine de jours et avec moi car il voulait que l’entretien prenne la forme d’un dialogue approfondi ». Le même jour, Sarkozy appelle Olivennes. L’entretien est fixé pour l’après-midi, largement de quoi préparer un « entretien approfondi », en présence de Michel Labro, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire. Aucun journaliste politique de l’Obs n’est convié.

La société des rédacteurs n’en revient toujours pas : « Serait-ce pour resserrer des liens avec le président, comme beaucoup le pensent au sein de la rédaction ? » Ajoutant que cette interview « fait craindre une dérive sarkophile qui a été reprochée par de nombreux lecteurs et ne cadre guère avec l’engagement du Nouvel Observateur »

Au lendemain de la publication de l’interview du président dont elle conteste les conditions de sa réalisation, la société des rédacteurs, réunie vendredi matin en AG, a publié un communiqué au vitriol contre les méthodes employées par son directeur de la publication, Denis Olivennes.

La société des rédacteurs, qui avait, plus tôt dans la semaine, mis en garde contre une «dérive « sarkophile »», rappelle également avoir été «choquée par la succession de deux couvertures consacrées au changement d’image de Nicolas Sarkozy» qui veut, à mi-mandat, imprimer un nouveau style, assagi, plus consensuel, notamment pour amadouer un électorat de centre-gauche.

Cette «tentative de séduction nommée « ouverture » ne doit pas passer par le Nouvel Observateur sans contre-enquête ni examen critique», prévient sa rédaction, préoccupée par «l’apparence de complaisance» qui pourrait être renvoyée à son lectorat.

Bientôt toute forme de contestation à Nicolas Sarkozy ne passera plus que par la marge des courants d’oppositions tels que celui d’Olivier Besancenot, le journal Marianne ou les blogs, rien qui puisse empêcher la réélection de notre président soleil.




La Californie en quasi-cessation de paiements

3072009

Afin d’illustrer de manière évidente mon article précédent, suivons le jugement de la Californie qui est sur la pointe de l’épée de l’Eternel. Je rappelle que les réveils religieux majeurs suivirent une voie est-ouest pour finir en Californie avec celui de la pentecôte. Pour le jugement on suit le cheminement inverse, ce qui place la Californie en tête des Etats jugés.

gouvernator.jpg

La Californie, je le rappelle est la huitième plus importante économie au monde, la plus riche des Etats-Unis et compte autant d’habitants que le Canada, soit 38 millions. La crise économique y est la plus profonde. C’est l’une des régions, avec la Floride, qui a vu la valeur des maisons s’effondrer le plus au cours de la dernière année et le chômage y est plus élevé que la moyenne américaine, soit à 12%. L’effondrement de l’économie californienne a rapidement fait des ravages dans les revenus de l’État. Début juin, Gouvernator avait rappelé que les recettes de la Californie avaient chuté de « 27% par rapport à l’année dernière » et affirmé que « le jour du Jugement dernier est là« , avec un déficit de 26 G$ US.

La grande majorité des États américains ont non seulement des lois interdisant les déficits, mais ils n’ont pas le droit de contracter des emprunts pour payer les dépenses courantes. Ils n’ont donc pas le choix : ils doivent puiser dans leurs réserves – quand ils en ont – couper les dépenses ou hausser les taxes et impôts. Il n’y a pas d’autres solutions. Les représentants démocrates et républicains ont été incapables de s’entendre sur les mesures à prendre pour arriver avant le 1er juillet, la date qui marque le début du nouvel exercice financier à voter un budget. De plus, les Californiens ont rejeté en mai dans une proportion de 70 % une hausse des taxes et des impôts pour renflouer les coffres de l’État, et pour accentuer l’impasse, le Congrès américain a rejeté le plan d’aide de 100 milliards de dollars mis de l’avant par l’administration Obama pour venir en aide aux États. (Le jugement doit aller à son terme).

Arnold Schwarzenegger dans la pure logique néolibérale est donc prêt à fermer l’Etat de Californie. Ou, pour être plus précis, à suspendre toutes les activités de l’administration de l’Etat de la côte ouest. Le gouverneur de l’Etat de Californie refuse une augmentation d’impôts ou de tarifs des services publics. Arnold Schwarzenegger a menacé les parlementaires californiens d’aller à leur encontre sur tous projets visant à une hausse d’impôt, respectant ainsi jusqu’à la folie la pure doctrine ultralibérale. Selon le héros célébrissime de «Terminator», le déficit budgétaire de l’Etat – 26 milliards de dollars – passe après ses citoyens.

Pour débloquer la situation, Governator veut passer en force. « Nous avons besoin de couper toutes les dépenses et nous devons donner aux démocrates une petite idée de ce qui arrive lorsqu’un Etat ferme littéralement boutique », a menacé le gouverneur dans une interview au Los Angeles Times. Coup de bluff? S’il tient parole, alors l’Etat de Californie, le plus peuplé des Etats-Unis et la 8ème puissance économique mondiale, serait dans l’impossibilité de payer ses factures.

Le gouverneur de Californie a déclaré « l’urgence fiscale » mercredi, rappelant les députés californiens en session spéciale pour tenter de résorber un déficit budgétaire. La décision est motivée par le risque, pour la Californie, de ne plus pouvoir financer certaines dépenses dès jeudi. Il manque à l’Etat 2,8 milliards de dollars pour pouvoir faire face à ses dépenses immédiates.

Conséquence : en quasi-cessation de paiements, incapable de rembourser ses emprunts, le gouvernement devra payer ses factures au moyen de reconnaissances de dettes («IOUs») qui devraient être émises pour un total de 3 milliards de dollars – une mesure inédite depuis dix-sept ans. L’IOU (I Owe Unto – Je dois sur une période indéterminée – contracté en langage courant en I Owe You – Je vous dois) est une reconnaissance de dette, une promesse de paiement, qui, à la différence d’une traite à 30, 60 ou 90 jours, ne comporte aucun terme échu. Le fournisseur doit se contenter d’un règlement qui lui parviendra en des jours meilleurs, si tout va bien. Des citoyens de l’État devraient recevoir ces titres, notamment ceux en attente de remboursements de trop-perçus d’impôts ou les entreprises qui travaillent pour la Californie, y compris par exemple, une entreprise qui fournit des repas aux prisonniers ou pour les contributions aux personnes âgées et handicapées.

Et déjà Gouvernator taille à la hache avec la froide détermination d’une machine, dans les budgets sociaux. Ecoles en faillite, des professeurs licenciés, des classes de vacances annulées, des cours de sport supprimés… Telles sont quelques conséquences de la grave crise budgétaire que traverse l’État de Californie, auxquelles s’ajoutent des réductions de prestations sociales aux handicapés, la baisse du budget des prisons ou la suppression de l’assurance médicale d’un million d’enfants. Le gouverneur a annoncé aussi son intention d’imposer à 220.000 fonctionnaires un troisième jour mensuel de congé sans solde. Le cabinet d’études économiques de l’université de Californie, Anderson Forecast, pronostique le licenciement de 60.000 fonctionnaires.

Attention, la crise économique n’est qu’un prélude économique au jugement de Dieu qui ira à son terme avec la totale destruction de la Californie et sa plus belle ville qui s’effondrera dans la mer. A ce jour plus aucun fils de Dieu ne devrais plus vivre dans cet Etat.







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers