Sionisme et vérité 2

17 08 2009

Un Etat juif et non légitime, Mordechai Kedar

http://www.upjf.org/contributeurs-specialises/article-16921-145-7-etat-juif-legitime-mordechai-kedar.html

knessetmenorah.jpg

Le Premier ministre Netanyahu a posé cinq conditions à la conclusion d’un accord de paix israélo-palestinien incluant un Etat palestinien aux côtés d’Israël. La première – et la plus difficile à accepter – est la reconnaissance palestinienne d’Israël comme un Etat-nation juif, ou comme la patrie légitime du peuple juif. En fait, c’est quasi impossible, parce que l’islam est intrinsèquement incapable de reconnaître la légitimité de l’Etat d’Israël pour les raisons profondes suivantes.

 

Première composante : la religion

Selon l’islam, la religion juive a été annulée par la naissance du christianisme, qui, à son tour, a été annulé par l’avènement de l’islam. Cette conception est inscrite dans le Coran : « Certes, l’islam, est pour Dieu, la religion même » (Sourate 3, v. 19). Donc Allah ne reconnaît pas d’autre religion en dehors de l’islam. L’islam, considère qu’il a apporté au monde le message de vérité, après que les Juifs et les chrétiens aient modifié et déformé la parole d’Allah qui leur avait été donnée. Voyant leur conduite, Allah leur a ôté leur rôle religieux et leur message théologique et l’a transféré aux musulmans, qui sont les seuls « croyants ». Aussi, l’approche fondamentale de l’islam n’est pas qu’il est venu au monde pour exister à côté d’autres religions, comme égal entre égaux, mais pour les remplacer.

La conclusion qui en découle c’est que le judaïsme en tant que religion a perdu sa signification et son rôle dans le monde. Puisqu’il en est ainsi, comment peut-on créer un Etat juif ? Et comment prétendre que la terre peut être sainte pour le judaïsme après que sa religion ait été déclaré nulle et non avenue ? Et depuis quand les Juifs, membres d’une religion sans valeur, ont-ils droit à un Etat dans quelque pays que ce soit, après qu’ils aient trahi Allah et refusé d’accepter Din al-Haqq, « la religion de la vérité » – l’islam ? En pratique, l’islam reconnaît les Juifs comme « peuple du Livre » et non comme des infidèles, mais à condition qu’ils vivent sous la loi de l’islam et qu’ils « paient la Jizya (l’impôt individuel) avec une humble soumission ». (Sourate 9, v. 29). Mais, à partir du moment où ils ont conquis un pays et tué et déporté des musulmans, ils ont perdu les privilèges qui leur ont été accordés par le « Pacte d’Omar ».

Par conséquent, l’exigence d’Israël d’être reconnu par l’islam comme un Etat pour le peuple juif contredit les principes les plus fondamentaux de l’islam, qui considère le judaïsme comme nul et non avenu. L’exigence d’Israël revient à demander à l’islam de reconnaître le judaïsme comme une religion légitime, en dépit du fait que Dieu lui-même a déclaré dans le Coran que « quiconque recherche une religion autre que l’islam, n’acceptera jamais [l’islam] » (Sourate 3, v. 85).

 

Deuxième composante : la nationalité

Le judaïsme est perçu dans le monde islamique comme la religion d’une communauté, sans fondement ethnique ni national. Il y a d’autres exemples de ce genre. Les gens qui vivent en Iraq consistent en de nombreux groupes religieux : musulmans, chrétiens, sabéens, mandéens, yazidis, et juifs. Ils font tous partie de la nation arabe, sont tous membres du peuple iraqien et ont tous leur place sur la terre d’Iraq. Il y a des musulmans arabes iraqiens, des chrétiens arabes iraqiens et des juifs arabes irakiens : ce sont tous des membres de communautés religieuses qui font partie du peuple iraqien. Il en va de même pour le Yémen – qui a des musulmans arabes yéménites et des juifs arabes yéménites ; et pour le Maroc et pour le reste des Etats islamiques, qui ont des communautés juives, musulmanes, et chrétiennes. De plus, selon le point de vue islamique, c’est une manière de voir d’autres pays : le juif, en Pologne, est Polonais du point de vue ethnique, et juif du point de vue religieux. Le juif français est un membre de la nation française qui pratique le judaïsme. Il n’y a donc pas d’ethnie juive dans le monde, exactement comme il n’y a pas d’ethnie chrétienne ou musulmane.

Et voici que des communautés juives déclarent qu’elles sont un seul peuple, qui a les mêmes origines ethniques, comme si tous les juifs du monde se ressemblaient, parlaient la même langue, avaient les mêmes coutumes, les mêmes habitudes culinaires, et s’habillaient de la même manière ! C’est, selon les islamistes, le « grand mensonge » du mouvement sioniste : créer un peuple juif à partir de rien, et essayer de convaincre le monde entier qu’un peuple juif existe bel et bien. Pire même, ces communautés juives ont décidé d’émigrer en Palestine, de « déplacer » les autochtones et de fonder un Etat, dont le nom n’a aucun lien avec le peuple juif, si ce n’est avec les mythiques Fils d’Israël. Aussi, le point de vue islamique est-il : Comment peut-on reconnaître cet Etat comme l’ »Etat du Peuple juif » – alors qu’un tel groupe ethnique n’existe pas en réalité ?

 

Troisième composante : la terre

La Palestine a été consacrée terre musulmane par deux actes. Le premier a été sa conquête durant la période du Calife Omar bin al-Hattab, dans la troisième décennie du septième siècle. Cela a fait entrer la Palestine dans le groupe de pays qui avaient été sous domination islamique, comme l’Espagne, la Sicile et une partie des Balkans, et qui devaient revenir dans le sein de l’islam. Le second acte a été l’affirmation de la tradition islamique selon laquelle le Calife Omar a déclaré la Palestine, de la Méditerranée au Jourdain, comme étant une terre Wakf (bien foncier sacré), réservée aux générations musulmanes pour toujours. Aussi, comment les juifs – dont la religion est illégitime et qui ne sont pas un peuple au sens ethnique du terme – peuvent-ils exiger que les musulmans reconnaissent la conquête de la terre de Palestine, qui est sacrée uniquement pour les musulmans ?

 

Réalités idéologiques

Selon l’islam, donc, l’Etat d’Israël n’est pas légitime. D’un point de vue religieux, le judaïsme est invalide. La nation juive est une invention du mouvement sioniste. La terre appelée « Israël » est considérée comme terre du Waqf islamique, consacrée aux musulmans.

L’insistance de Netanyahu sur la reconnaissance d’Israël en tant qu’Etat-nation contredit la foi islamique et remet en cause l’essence même de l’islam, dont la validité se prévaut de l’invalidité du judaïsme (comme du christianisme).

Par conséquent, on ne peut échapper à la conclusion que la lutte d’Israël pour sa survie a une base religieuse, même si, extérieurement, elle prend la forme d’une lutte territoriale. Quelle que soit sa dimension, Israël ne sera jamais reconnu par le monde arabe et musulman comme un Etat légitime. Pareillement, les documents internationaux qui légitiment l’ »Etat juif », telle la Résolution 181 de l’Assemblée Générale des Nations Unies, du 29 novembre 1947, sont considérés comme illégitimes par les musulmans.

Beaucoup disent : « Vous transformez un conflit territorial en conflit religieux », voulant dire par là que des concessions territoriales faciliteraient la reconnaissance de la légitimité de l’Etat d’Israël par les Arabes et les musulmans. Une telle affirmation présume que le monde arabe et musulman est laïque comme le nôtre, et a les mêmes conceptions, valeurs et priorités que les nôtres. C’est le résultat de l’ignorance israélienne et occidentale de tout ce qui a trait à l’islam et au monde arabe ; elle résulte du fait que les Occidentaux ne comprennent pas l’arabe, ni la culture arabe et islamique. Les Israéliens, comme les Occidentaux, ne sont pas confrontés aux dures vérités exprimées dans les langues locales, et soigneusement dissimulées par les porte-parole du « dialogue interreligieux ».

La reconnaissance d’Israël comme Etat-nation juif légitime n’a aucune chance tant que l’islam considère que lui seul constitue « la vraie religion aux yeux d’Allah » [*].

Mordechai Kedar *

* Le Dr Mordechai Kedar, chercheur associé du Centre Begin-Sadat d’Etudes Stratégiques et maître de conférences aux départements d’arabe et d’études du Moyen-Orient de l’Université Bar-Ilan, a passé 25 ans dans le renseignement militaire de Tsahal, avec, pour domaines de spécialisation, la Syrie, le Liban, les Palestiniens et les groupes islamiques.

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers