La bataille de Noël 18

18 12 2009

calendrieravent.jpg

Il y a deux jours je parlais des dépenses de fin d’année effectuées par les européens, soit 700 euros en moyenne, mais 1000 euros pour la partie occidentale la plus riche. J’aimerais y ajouter un autre grand continent dit « chrétien », l’Amérique du nord, Etats-Unis et Canada confondus. Les sommes dépensées doivent être du même ordre de grandeur mais exprimées en dollars, soit environs 100 milliards de dollars pour ces deux pays. Si on cumule les sommes dépensées par les nations « chrétiennes » pour bâfrer et enrichir des multinationales comme celle qui a la paternité du Père Noël, on dépasse allègrement les 200 milliards de dollars pour une semaine de fêtes. Maintenant mettons en perspective ces chiffres avec ceux que l’on nous présente au sommet de l’ONU sur le climat où se joue un psychodrame grotesque à l’allure de tractations de marchands de tapis. Après les G vains, aux promesses aussi creuses et non tenues que les bourses alloués aux pays pauvres ils y rajoutent celles toutes aussi creuses et vaines du sommet sur le climat.

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a annoncé le soutien des Etats-Unis au plan d’aide des pays riches. Celui-ci prévoit une aide financière immédiate de 30 milliards de dollars (21 milliards d’euros) sur trois ans, de 2010 à 2012, et jusqu’à 100 milliards de dollars (70 milliards d’euros) par an d’ici à 2020 pour aider les pays en développement à faire face aux impacts du réchauffement.. Mazette, mais quel effort extraordinaire, mais enfin rendez-vous compte, les « chrétiens » d’Europe et d’Amérique, unis dans un même et immense effort de solidarité à l’échelle mondiale, vont déverser des tombereaux de dollars sur les pays touchés le plus durement par le réchauffement climatique. Ramené aux seuls pays « chrétiens », cette somme représente 5% des sommes dépensées pour les fêtes de fin d’année… On comprend mieux pourquoi la ville de Copenhague fut choisie, car son nom signifie : le port des commerçants

Obama est arrivé aujourd’hui dans la capitale danoise en vue de conclure un accord à 193 pays sous l’égide des Nations unies, qui permette, grâce à une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, de limiter la hausse du thermomètre mondial à deux degrés. Les grands de ce monde vont définir avec le plus grand sérieux, de combien de degrés la hausse de température sera acceptable, car les discutions portent sur des températures s’échelonnant de 1,5 à 2 degrés, comme s’il s’agissait d’un thermostat que l’on réglait au 1/10 de degré près. Les fous qui nous gouvernent, outre le fait qu’ils jouent à Dieu en espérant régler le climat comme ils l’entendent, ne tiendront de toute façon aucune des promesses qu’ils vont tenir à ce sommet, libéralisation du marché mondial oblige.  

L’étude « Avoid » (Eviter), réalisée avec plusieurs autres centres de recherche britanniques, a conclu que limiter la hausse des températures à 1,5 degré était « virtuellement impossible » à cause de la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Même si les émissions s’arrêtaient complètement, les températures augmenteraient quand même de 1,3 degré à cause des gaz à effets de serre déjà émis. De toute façon la cupidité de ceux qui dirigent ce monde est telle, que rien n’arrêtera leur appât du gain et donc n’altérera le dogme libéral de la croissance à tout prix. Il ne faut donc rien attendre de tous ces sommets ridicules qui se déroulent en ce moment et les choses continueront comme avant, c’est-à-dire comme décrites dans la Bible.

copenhaguesirene.jpg

L’expression “le chant des sirènes” tire son origine de la légende qui octroie aux sirènes la faculté de séduire les hommes par leurs voix mélodieuses. Les sirènes, autrefois représentées mi-femmes, mi-oiseaux, étaient des monstres marins, avides de chair humaine. Pour se nourrir et assouvir leur appétit, elles envoûtaient et captivaient l’attention des hommes par leurs chants harmonieux afin de les dévorer ensuite. Figure emblématique de la ville de Copenhague, elle nous rappelle que les voix mélodieuses qui montent du sommet sur le climat entraînent inexorablement des dizaines de millions de réfugiés climatiques vers les rochers de notre perdition. 


Actions

Informations



Une réponse à “La bataille de Noël 18”

  1. 19 12 2009
    Jérémie (20:30:30) :

    Même en cette période, l’esprit de rébellion de duperie et de tromperie prévaudra et l’iniquité grandira, au point que l’amour et la charité du plus grand nombre diminuera (Matthieu 24 : 10-12).

    La prime de noël sera même davantage supprimé demain dans certaines régions françaises, là ou bien sur la plupart des gens sans valeur, auront réellement perdus le souci du prochain. Et on se prétend encore Chrétien ?

    Oh mon Dieu, Oh mon Dieu que cela ne soit pas toujours l’esprit d’iniquité et de malice qui règne dans le monde, cela est déjà bien douloureux à subir pour beaucoup de monde …

Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers