La commedia dell’arte Grecque.

10 02 2010

On connaissait les tragédies grecques, hop, grâce aux comédiens européens et le théâtre de la BCE, voilà le burlesque grec. Evidemment le peuple grec trouve cela moins comique, car il passe à la moulinette de l’austérité budgétaire.

Un retour précipité d’Australie de Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne en Europe, des fuites dans la presse révélant l’élaboration d’un plan d’aide à Athènes… Les marchés financiers ont très bien accueilli ces informations. La prime de risque sur la dette grecque, très élevée, a chuté. Le prix d’une assurance sur le risque de défaut de l’Etat grec (CDS) a baissé de 80 points, à 340 points, selon Markit. Les autres pays visés par les marchés, Portugal, Espagne et Irlande, ont suivi la même tendance. Par ailleurs, Bruxelles travaillerait à la mise en place rapide d’une gouvernance économique commune pour éviter la répétition du scénario grec… Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, aurait transmis en début de semaine un document aux 27, évoquant la création d’un « gouvernement économique » entre les pays de la zone Euro, via des incitations financières octroyées aux « bons élèves ».

sarkogrec.jpgLes discussions se poursuivent cet après-midi lors d’une télé-conférence des ministres des Finances de la zone euro organisée à l’initiative du président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker. Le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet et le nouveau commissaire aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn doivent également y participer. Le Premier ministre grec George Papandreou était de son côté à Paris pour des entretiens avec Nicolas Sarkozy et François Fillon avant de rejoindre Bruxelles dans la soirée pour y rencontrer le Président du gouvernement espagnol José Luis Zapatero et d’autres dirigeants socialistes.

Le gouvernement grec a décidé de prendre de nombreuses mesures drastiques pour établir un plan de rigueur jamais vu dans ce pays. En Grèce ou en Espagne, les promesses des gouvernements de ramener le déficit budgétaire dans les clous des critères de convergence viennent se heurter à l’opposition des syndicats, notamment de ceux des fonctionnaires, qui refusent de faire les frais des cures d’austérité. Le syndicat grec de la fonction publique Adedy, qui a lancé un appel à une grève nationale de 24 heures mercredi pour protester contre le plan d’austérité du gouvernement, n’a pas exclu de nouvelles actions dans les semaines à venir. Il est certain que tous les pays d’Europe vont connaître une sévère cure d’austérité. La crise économique se déplaçant du secteur financier vers le secteur public, les risques augmentent, tout comme l’intensité avec laquelle on en ressent les conséquences. En Lettonie, dont la monnaie est ancrée à l’euro, les coupes dans les dépenses publiques ont accéléré la chute du pays dans la dépression. Le PIB a baissé de 24 % en deux ans. L’Irlande, qui réduit son déficit par des baisses générales des salaires des fonctionnaires, a vu son PIB décroître de 8 % au cours de la même période. La semaine dernière en Grèce, les agriculteurs ont déclenché des émeutes pour refuser un gel de leurs subventions.

Les contours d’une nouvelle Europe politique et économique se dessine, avec ses bâtiments hautement symboliques, comme Le Conseil de l’Europe à Strasbourg (http://schoenel.unblog.fr/2009/05/06/60-eme-anniversaire-du-conseil-de-leurope/) et bientôt le siège de la BCE à Frankfort. La charge spirituelle inscrite dans la symbolique de leur architecture est très révélatrice de l’esprit qui anime la Bête qui sort de la mer. Tour de Babel et Colisée pour le conseil de l’Europe, Twin Towers et Grossmarkthalle pour le siège de la BCE. Vous pouvez la visiter ici : http://www.ecb.int/ecb/premises/intro/tour/html/index.en.html

Les visiteurs accéderont au siège par la Grossmarkthalle, l’ancien marché de gros de Francfort, ce qui prête à polémique en cette période de commémoration de la libération des camps nazis. Construit en 1928, ce bâtiment servait, sous le régime hitlérien, à regrouper les juifs avant leur déportation. 13500 juifs furent menés dans les caves du marché de gros avant d’être envoyés dans les camps de la mort. Ce bâtiment est un monument historique qui sera intégré dans la structure des tours jumelles de la BCE, et particulièrement son entrée. Franchement là Lilith se surpasse dans la symbolique et renvoie à l’image du billet de cinq euros. J’espère qu’ils conserveront la plaque commémorative à l’entrée de la BCE.

grossmarkthallejuden.jpg
Texte de la plaque : Die Großmarkthalle war von 1941 bis 1945 Sammelpunkt für die Deportation jüdischer Männer, Frauen und Kinder aus Frankfurt und Umgebung. Auf Anordnung der Gestapo war ihnen mitgeteilt worden, sie sollten „evakuiert“ oder „zum Arbeitseinsatz nach Osten“ gebracht werden. Man raubte ihnen die letzte Habe und mißhandelte sie in den Kellern der Halle. Dann wurden sie wie Vieh in Güterwaggons geladen. Die Ziele der Transporte waren Orte der Vernichtung.

Le marché de gros était le point de ralliement de 1941 à 1945 pour la déportation des Juifs, hommes, femmes et enfants de Francfort. Par ordonnance de la Gestapo, on leur avait dit qu’ils devraient être «évacuée» ou utilisé «comme main-d’œuvre à l’Est ». Ils les ont dépouillés de leurs dernières possessions et maltraités dans les caves du marché. Puis ils ont été embarqués comme du bétail dans les wagons. Les destinations des transports étaient des lieux d’extermination.


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers