Goldman Capone pris la main dans le Sachs

17 02 2010

Le Veau d’or s’est réincarné en Homme d’or ( Gold-Man). Lloyd Blankfein, s’est vanté de “faire le travail de Dieu« I’m doing God’s work », et compte tenu de ce que Goldman Sachs accomplit en Europe, le marchand du temple de Wall Street va rapidement apprendre à ses dépends que le dieu dominant en Grèce est Zeus, le dieu de la foudre, tout comme Baal le fut chez les peuples sémites. A n’en point douter, les prophètes de Bâle à la BRI vont appeler sur les marchands du temple américain le feu du ciel, la grêle et les vents impétueux.

grececrisis.gif

Les choses vont bien plus vite que je ne le pensais. Il y a peu, j’écrivais dans l’article http://schoenel.unblog.fr/2010/02/08/tempete-chez-loncle-sam/  Lilith va se planquer en Australie avec le corps sacerdotal de la BRI.  Comme c’est ballot, je suis encore tombé dessus. 24 banques centrales et des autorités monétaires, y compris la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne, sont réunis à Sydney pour se rencontrer dans un lieu secret. De quoi vont-ils parler ? De stabilité monétaire bien sûr, mais surtout de la manière de soumettre des banques comme Goldman Sachs et JPMorgan Chase qui n’ont pas jugé utile de se soumettre aux maîtres de Bâle, notamment en ne participant pas aux réunions de janvier à Bâle. Ces banques là peuvent numéroter leurs abattis, car elles sont dans le collimateur de la BRI.

Depuis dix-huit mois, les révélations se succèdent sur les méthodes de gangsters qui régissent le capitalisme du XXIesiècle. Moins de dix jours après le raid spéculatif contre l’euro, Der Spiegel, le New York Times et l’agence Bloomberg révèlent que c’est la banque d’affaires Goldman Sachs, aidée par quelques autres, qui avait proposé au gouvernement grec un astucieux produit dérivé permettant de camoufler une partie de ses dettes. Et ce au vu et au su de Bruxelles! En d’autres termes: à l’heure où l’Union européenne veut mettre les Grecs au pain sec et à l’eau pour «rassurer» les milieux d’affaires, on comprend que les seuls qui ignoraient la magouille étaient ceux qui aujourd’hui sont appelés à payer les pots cassés… Quant à la banque étasunienne, elle aurait perçu 300millions de dollars en commissions pour cette manoeuvre, paraît-il, parfaitement légale.

Qu’ont donc fait les Nosferatu de la division comptable de la banque bien nommée «l’homme en or»? Selon le magazine allemand Der Spiegel, qui le premier a consacré un article au sujet, les cracks de Goldman ont sorti des dettes du bilan, les ont transformées en un véhicule financier baptisé swap. Le tout ayant été articulé sur des taux de change fictifs. On répète, on souligne, les taux de change étaient fictifs. Bref, on a caché une dette sous la forme d’un contrat de devises. Le pire, c’est que ce qui a été fait en Grèce l’a été ailleurs. En Espagne, en Italie, les tontons flingueurs de Goldman et leurs petits camarades de JP Morgan, de la Chase et autres ont appliqué la recette élaborée en Grèce. À Berlin et à Paris, une des raisons qui expliquent la volonté de Merkel et de Sarkozy de secourir la Grèce se nomme justement l’Espagne et l’Italie. L’Union Européenne est attaquée sur ses bases monétaires, il ne fait aucun doute que la riposte prendra le même chemin, mais en sens inverse, direction Wall Street puis la FED.

Le congrès américain enquête en ce moment sur la manière dont 200 milliards de dollars d’argent public dépensés pour sauver le plus gros assureur américain, AIG, ont finalement bénéficié pour une bonne part à Goldman Sachs, client d’AIG, et dont les bénéfices et les bonus ont continué à exploser l’an dernier. La Maison-Blanche, elle, reste très ambiguë sur ces sujets. D’un côté, Barack Obama annonce une loi pour encadrer les banques. De l’autre, il vient de qualifier de très doués les PDG des plus grands établissements de Wall Street. Il faut dire que beaucoup d’ex-dirigeants de Goldman Sachs occupent toujours des places de choix dans l’administration américaine.

Simon Johnson, l’ancien chief economist du FMI, appelle de ses voeux un « audit spécial » de la Commission de Bruxelles sur les agissements de Goldman Sachs et la manière dont la firme a été impliquée dans d’autres « arrangements » du même type, avec la bienveillance tacite de Mario Draghi, actuel président du Forum de stabilité financière et dirigeant de Goldman Sachs Londres à l’époque. Il s’interroge aussi sur la passivité des régulateurs américains et de la FED. « Ont-ils approuvé ces activités qui portaient directement atteinte à l’intégrité de l’Union européenne ? »

Du laisser-faire américain entre les banksters et la dette publique et privé il n’y a qu’un petit pas qui est presque franchi, alors il deviendra évident que la Grèce n’aura en fait que révélé les lacunes des Etats-Unis qui sont identiques et même pires. Le monde financier se lézarde et se fissure de plus en plus entre l’Amérique et l’Europe, entre le dollar et l’euro, les dettes américaines et européennes. Un nouveau monde économique se dessine sous nos yeux, voyant l’émergence d’une nouvelle puissance économique et monétaire mondiale. Cette entité bâtie sur des alliances fragiles, politiques, économiques et monétaires,  rejoint  dans les écritures les prophéties de Daniel et de Jean dans l’Apocalypse, pour en épouser tous les contours jusque dans les moindres détails.  

Esaïe 43 : 9  Que toutes les nations se rassemblent, Et que les peuples se réunissent. Qui d’entre eux a annoncé ces choses? Lesquels nous ont fait entendre les premières prédictions? Qu’ils produisent leurs témoins et établissent leur droit; Qu’on écoute et qu’on dise: C’est vrai! 10  Vous êtes mes témoins, dit l’Eternel, Vous, et mon serviteur que j’ai choisi, Afin que vous le sachiez, Que vous me croyiez et compreniez que c’est moi: Avant moi il n’a point été formé de Dieu, Et après moi il n’y en aura point. 11  C’est moi, moi qui suis l’Eternel, Et hors moi il n’y a point de sauveur. 12  C’est moi qui ai annoncé, sauvé, prédit, Ce n’est point parmi vous un dieu étranger; Vous êtes mes témoins, dit l’Eternel, C’est moi qui suis Dieu. 13  Je le suis dès le commencement, Et nul ne délivre de ma main; J’agirai: qui s’y opposera?


Actions

Informations



Une réponse à “Goldman Capone pris la main dans le Sachs”

  1. 20 02 2010
    HERVE (10:30:15) :

    BO0NJOUR
    99 POUR CENTS DES COLLABORATEURS D’ OBAMA SORTENT DE GOLDMAN SACHS
    L ÉLECTION DU PRÉSIDENT EST DU PRINCIPALEMENT AUX BANQUES D AFFAIRES
    (GOLD..JP MOR……)
    TENU DE CETTE FAÇON JE NE VOIS PAS UNE QUELCONQUE RÉGULATION ABOUTIR

    SOYEZ BÉNIS,CONTINUER

Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers