La fin du décompte

19052010

Le décompte de l’Omer s’achève, et pour moi, celui des chroniques historiques de l’Omer 2010. Après cet article, je suspends l’activité du blog pour environ 3 semaines et me consacre exclusivement à Israël pendant cette période.

glaneuseruth.jpg

La fête de Chavouot (pentecôte) aujourd’hui en Israël, est dans sa lecture spirituelle le terme d’un décompte de 7 X 7 jours et également la fête des prémices du froment et des premiers fruits. Cette fête a donc le statut d’un festival de fermeture de la récolte du grain et peut donc par nature, être aussi considéré comme celui du glanage. Certaines communautés ont aussi l’habitude de lire le livre de Ruth, ce qui pour ma part se justifie parfaitement, à la vue de l’immense charge spirituelle contenue dans les quatre chapitres de ce petit livre. Ce sera le thème que je présenterai  comme enseignement pour Chavouot. Je mettrai en ligne les deux enseignements sur le décompte de l’Omer et sur Ruth courant juin-juillet, car ils sont le message nécessaire pour notre temps. Ruth étant l’image de l’Epouse de la fin des temps.

Mais qui dit moisson du Seigneur, dit : paille, chaume, balle, destinés à être rassemblés et brûles. Voyons donc comment les choses progressent à ce niveau-là.

En Europe : L’hémorragie se poursuit et les gouvernements de la zone euro vont accélérer le mouvement en contraignant l’Europe à la rigueur budgétaire pour « concrétiser l’idée de gouvernance économique » et donner à la Bête les prémices du fédéralisme.

Les ministres européens des Finances de la zone euro ont donné leur accord lundi à un examen des projets de budgets nationaux par Bruxelles. Un pas supplémentaire dans une gouvernance économique européenne.

Le président français Nicolas Sarkozy et le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero dont le pays préside l’Union européenne ce semestre, sont convenus mardi à Madrid de la nécessité de « renforcer » la coopération économique en Europe face à la crise, a-t-on indiqué de source officielle espagnole. Les deux leaders, qui ont eu un entretien d’une demi-heure en marge du sommet Union européenne-Amérique latine, sont tombés d’accord pour « accélérer les mesures prises pour dissiper les doutes des marchés », après la récente crise financière en Grèce, a-t-on ajouté de même source. Il s’agit notamment de « renforcer l’Eurogroupe » et de « concrétiser l’idée de gouvernance économique » en Europe, ainsi que les mesures de coordination entre les 27, toujours selon cette source.

La Commission européenne a défendu mercredi à Strasbourg son projet de contrôle a priori des budgets des Etats de la zone euro, une mesure qui ne vise, selon elle, qu’à garantir le respect des règles communes.

La chancelière Angela Merkel a déclaré mercredi devant les députés allemands que l’Europe était confrontée à un test « existentiel » dans ses efforts pour surmonter la crise de l’europ.

Devant le Bundestag, Angela Merkel a expliqué qu »’il est question ni plus ni moins de l’idée européenne. C’est notre devoir historique: si l’euro échoue, l’Europe échouera« .

La chancelière a fait un point sur la crise grecque et la zone euro. Elle affirme que « la culture de la stabilité n’est pas négociable » et que la stabilité financière de la zone euro est « inséparable » de la solidarité entre les pays. « Ce qui signifie avoir des finances solides et intégrer les critères du pacte de stabilité et de croissance, comme l’exige le traité de Maastricht », explique-t-elle. « La crise à laquelle l’euro est confrontée actuellement est le test le plus important pour l’Europe depuis des décennies, en fait depuis la signature du Traité de Rome en 1957″, a encore lancé la chancelière. « L’appartenance à la zone euro ne peut donner naissance à une union faite de transferts financiers », souligne Angela Merkel. « Notre objectif doit être que tous les pays de l’Union européenne deviennent un jour membre de la zone euro », poursuit-elle. Mais pour cela, elle affirme que la zone euro « a besoin de régulations supplémentaires sur les marchés financiers. Les spéculations sont des excès absolus doivent être tempérés ». Elle a exhorté l’Union européenne mercredi à accélérer la supervision des marchés financiers et à mettre en place une nouvelle taxe les concernant. L’Allemagne a déclaré avec fracas la guerre aux spéculateurs, en annonçant une mesure choc visant à contrer radicalement toute spéculation sur la dette d’Etat, Berlin a pris de court les marchés et à contre-pied l’Union européenne. L’Allemagne interdit désormais les ventes à découvert sur les dix plus importantes institutions financières, ainsi que sur les emprunts d’Etat de la Zone Euro et les CDS adossé à ces obligations. L’Allemagne est la première nation européenne à riposter à l’arme lourde contre les « marchés », en sortant la Grosse Bertha de la régulation financière. Le président de la Commission européenne, José Manuel Durao Barroso, a soutenu mercredi l’Allemagne dans sa démarche d’interdire certaines ventes à découvert sur les marchés et invité les régulateurs européens à étudier une action concertée sur ce thème.

Aux Etats-Unis : Pour eux les choses se résument à ça :

rimafakih.jpg

Une nouvelle Miss Amérique reine de ‘pool dancing’ Rima Fakih

Alors, de Ruth ou de Rima, quel est votre Choix ?




Saigné à blanc

17052010

BCE et FMI fusionnent doucement dans un même but, façonner l’Europe de demain.

Dans la crise de l’euro, le FMI et la BCE et les gouvernants sont à la manœuvre. Le but affiché ouvertement, accélérer l’intégration politique et économique de la sone euro. Le moyen d’y parvenir est de contraindre les pays de l’euro zone à réduire leur déficit, seul moyen pour eux de guérir la Bête de ses plaies béantes.

trichetdsk.jpg

En fin de semaine, la chancelière allemande a multiplié les appels à la rigueur. Vendredi, lors d’un discours à l’occasion de la rencontre œcuménique annuelle entre les catholiques et les protestants allemands, Angela Merkel avait estimé que les Allemands « ne peuvent pas vivre indéfiniment au-dessus de leurs moyens ». La chancelière avait aussi concédé ce week-end que le plan accordait un répit à la zone euro mais ne réglait en rien les problèmes budgétaires. « Nous n’avons fait rien de plus que de gagner du temps pour remettre de l’ordre dans les différences en matière de compétitivité et de déficit budgétaire des pays de la zone euro », avait-elle déclaré.

La solution, pour Angela Merkel, réside dans une plus large coopération sur le plan financier et économique en Europe pour assurer la stabilité de l’euro sur le long terme. Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet a fait écho à la chancelière allemande, déclarant au quotidien allemand « Der Spiegel » que le plan permettait d’acheter « du temps, rien de plus », et qu’il était désormais nécessaire d’opérer un « bond en avant » dans la « gouvernance de la zone euro« .

Jean-Claude Trichet défend l’idée, dans un entretien au Spiegel daté du 15 mai, d’une meilleure coordination budgétaire entre les gouvernements de la zone euro, alors que les marchés financiers craignent que la crise de la dette grecque ne finisse par briser l’union monétaire.  L’Europe doit réaliser un « saut quantique » dans sa manière de gérer ses finances publiques, selon le président de la BCE. « Des améliorations majeures sont nécessaires [en matière de coordination budgétaire] afin de prévenir les mauvais comportements, d’assurer la mise en oeuvre effective des recommandations faites par les pairs et de garantir des sanctions réelles et efficaces en cas d’infractions », déclare-t-il.

Saigné à blanc dans politique clip_image001

Les Européens doivent profiter de la crise actuelle pour « remodeler » leurs institutions et parfaire l’euro, déclare le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn sur la chaîne de télévision Euronews. « L’euro d’aujourd’hui n’est pas achevé« , estime-t-il dans un entretien qui devait être diffusé lundi soir par la chaîne d’informations en continu. « S’ils veulent une Europe qui avance, s’ils veulent que la zone euro soit une réussite », les dirigeants européens « doivent terminer ce qui a été commencé avec la construction et le lancement de l’euro », ajoute-t-il. « Je m’attends à ce que les Européens tirent avantage de la crise pour remodeler et rénover les institutions européennes« , affirme Dominique Strauss-Kahn, soulignant que la monnaie unique ne dispose pas d’un « environnement économique qui la rende viable en période de crise ».

Saigné à blanc

Apocalypse 13:3  Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort (sphazo en grec signifie immoler, égorger, blesser); mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l’admiration derrière la bête.

Apocalypse 6 : 4  Et il sortit un autre cheval, roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d’enlever la paix de la terre, afin que les hommes s’égorgeassent (sphazo) les uns les autres; et une grande épée lui fut donnée.

Pour comprendre ce qui se passe en ce moment un retour à mon étude sur les 4 sceaux s’impose : http://lettrealepouse.free.fr/menora/4sceaux/4sceaux.html

La clé de compréhension du second sceau se trouve dans le mot « s’égorgeassent ». En vieux français égorgé quelqu’un, c’est faire payer quelqu’un trop cher et le pousser à la ruine, on pourrait aussi dire le saigner à blanc.
La révolution française fut la cause de la chute des monarchies en Europe et ce faisant elle stoppa 1000 ans de règne sans partage de l’église catholique romaine. Avec la renaissance des républiques, l’économie puis la finance prennent le relais de la gouvernance mondiale. Satan s’appuie depuis cette époque sur le pilier économique pour s’assurer la gouvernance du monde. La mondialisation du commerce, la libéralisation des marchés, les mouvements de flux financier soumettent sans partage les nations. Que les nations soient démocratiques, totalitaires ou monarchiques est désormais sans importance, car les décisions se prennent en comité restreint dans les banques ou l’industrie pour former des multinationales regroupées en cartels pour harmoniser les règles de commerce internationales, supprimer les taxes douanières, ETC…

Selon mon interprétation des choses, nous sommes parfaitement en phase avec les écritures. Ce qui se passe en Apocalypse 13 :3 serait le résultat de l’action menée en Apocalypse 6 :4. Traduction en clair : L’Amérique est devenue une nation de marchands, corrompue par l’argent, c’est la Babylone des marchands. Désormais le monde est sous la férule des « marchés », comprenez, agences de notation, banques, hedge funds, établissements financiers comme Goldman Sachs, etc… La tête pensante de toutes ces cupides racailles est US et ne vit que pour l’enrichissement personnelle. Par leur action concertée, ils saignent à blanc le monde afin d’en tirer un lucratif profit. Au début ils s’attaquèrent comme des sauterelles sur tout ce qui vit afin de le dévorer complètement. Les particuliers avec les subprimes, puis les entreprises et maintenant les Etats, voire au travers de l’euro qui est l’Europe, un continent entier.

Je me suis toujours demandé quelle était la nature de cette mystérieuse blessure de la Bête d’Apocalypse 13. L’actualité brûlante du moment nous donne une réponse claire sur la nature mortelle de cette blessure. Elle est économique et financière. Le Etats-Unis par le biais des marchés, cherche à saigner à blanc les Etats européens, en leur imposant une cure d’austérité mortelle pour l’euro, mais salvatrice pour le dollar. Si l’euro coule, la Bête meurt. Mais que dit la parole : Apocalypse 13:3  Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l’admiration derrière la bête. Le temps désormais, devient le lecteur et l’interprète des prophéties bibliques, gloire à Dieu qui a tout annoncé à ses enfants.




Le second front

15052010

Une semaine après le vendredi noir qui a secoué la zone euro, une nouvelle réplique a fait trembler les bourses européennes hier. Le méga plan de 750 milliards voté dans l’urgence pour endiguer la crise financière européenne a n’a pas fait longtemps illusion. En l’espace d’une semaine, les bourses sont passées de l’euphorie à la panique. Résultat, l’euro, principal baromètre de «confiance» des marchés s’est lui aussi effondré, atteignant son plus bas niveau depuis l’automne 2008, à moins d’1,2360 dollar.

eurowar2010.jpg

Défiance et rumeurs

Pourquoi de tels hoquets? La raison semble pourtant connue: une défiance persistante des marchés, qui doutent de la capacité de l’Europe à surmonter la crise de confiance provoquée par le dérapage des dettes publiques européennes. Le plan massif présenté lundi devait, certes, y remédier. Mais voilà que les marchés spéculent désormais sur les effets pervers des politiques de rigueur budgétaire adoptées, une à une, par les capitales européennes. Une austérité qui, à leurs yeux, va étouffer la consommation intérieure et repousser les faibles perspectives de reprise. Cette défiance a été alimentée hier par les propos très virulents envers l’euro de Paul Volcker, conseiller économique du président Barack Obama, évoquant une «désintégration» de la monnaie européenne. Pire, à cela, est venue s’ajouter une simple rumeur d‘El Pais, selon laquelle le président Nicolas Sarkozy aurait menacé de retirer la France de la zone euro pour forcer Angela Merkel à accepter le plan de sauvetage de la Grèce. Madrid, Paris et Berlin ont eu beau démentir à l’unisson, le mal est fait. L’article a fait le tour des sites web, attisant la tension d’un cran sur des marchés déjà très fébriles.

On le voit, les US ont ouvert un nouveau front contre l’euro. Après avoir mis en doute la capacité à rembourser leur dette pour les pays de la zone euro, désormais on fait mine de s’inquiéter des mesures d’austérités que prennent ces mêmes pays pour faire face à leurs déficits. Dans un cas comme dans l’autre, et quelles que soit les mesures prises, elles sont jugées mauvaises par les US. Dans ce combat à mort contre l’euro, tout est bon, manipulations ourdies par les agences de notation, rumeurs et déclarations assassines, désengagement boursier en Europe, etc…

Le FMI également à la manœuvre

Mais le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn ne reste pas inerte et s’attaque lui aussi à l’hégémonie du dollar.  Hier, en fin d’après-midi, une petite phrase du FMI a jeté un peu plus d’huile sur le feu boursier. Selon le Fonds monétaire international, « les risques financiers se sont accrus dans les pays du G 20 ». En clair, les européens ne sont pas les seuls à avoir des problèmes, suivez mon regard….

Mais le français a fait bien mieux, car il a appelé mardi les gouvernements de la planète à réduire leur dépendance au dollar, fragilisant le système monétaire international déjà éprouvé par la crise, en introduisant d’autres monnaies comme l’euro ou le yen dans leurs réserves de change. « Un certain nombre de mesures peuvent être prises pour renforcer les systèmes monétaires internationaux », notamment une meilleure surveillance des flux de capitaux, des filets de sécurité financiers plus importants et une plus grande utilisation des droits de tirages spéciaux, a souligné Dominique Strauss-Kahn, le patron du Fonds monétaire international à l’issue d’une conférence de banquiers centraux à Zurich. Une réponse à la proposition des sénateurs républicains souhaitant que les Etats-Unis s’opposent à tout prêt du Fonds monétaire international à un pays qui risquerait de ne pas rembourser, on pense à la Grèce évidemment.

Grandes manœuvres continentales.

Le président Nicolas Sarkozy lors de son voyage en Chine a aussi œuvré dans ce sens là. Il a exprimé le soutien de la France au renforcement du poids de la Chine au sein du Fonds monétaire international (FMI) lors d’une rencontre avec son homologue chinois Hu Jintao. Déjà en mars, une source gouvernementale russe autorisée a exprimé un soutien à l’appel de la Chine pour discuter sur la manière de remplacer le dollar comme monnaie mondiale de réserve primaire.  La Chine est devenue en avril le troisième plus important actionnaire de la Banque mondiale. Ses 186 membres ont accepté une augmentation de 5,1 milliards de dollars de son capital, dont 1,6 milliards de dollars apportés par les pays en développement, qui détiendront désormais 47,19 % du capital de l’institution, contre 44,06% jusqu’à présent. En contribuant à cette évolution, la Chine monte ainsi en grade et obtient 4,42% des votes à la Banque mondiale, alors qu’elle en avait 2,78% auparavant. Le directeur-général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, a déjà nommé, mercredi 24 février, un Chinois, Zhu Min, ancien vice-président de la banque centrale de son pays, au poste de conseiller spécial.

La proposition du gouverneur de la banque centrale chinoise de réactiver les DTS, monnaie de réserve mondiale, en remplacement du dollar vise à faire monter la pression. Le discours inhabituellement diffusé en anglais et en chinois sur le site de la banque confirme qu’il est destiné à une audience internationale. L’affirmation de l’agence Novosti, que Zhou Xiaochuan appuie « l’initiative russe » de charger le FMI de créer une monnaie de réserve supranationale, indique qu’il s’agit d’une proposition concertée, au moins entre Pékin et Moscou et appuyée par Paris. Le DTS est un instrument de réserve international créé par le FMI en 1969 pour compléter les réserves officielles existantes des pays membres, dont la valeur n’est basée que sur un panier de quatre grandes devises. Mais les DTS, sorte de monnaie intérieure comme les jetons de casino, peuvent être échangés en fin de partie contre des devises librement utilisables. L’attaque américaine contre l’euro est aussi une réponse aux grandes manœuvres monétaires en cours entre l’Europe, la Russie et la Chine. Car si l’Asie réoriente ses flux de capitaux vers l’Europe, le financement de l’économie américaine devient impossible. On voit les enjeux.




De part le monde. No comment…

14052010

Pape à Fatima.

Jérémie 5:7  Pourquoi te pardonnerais-je? Tes enfants m’ont abandonné, Et ils jurent par des dieux qui n’existent pas. J’ai reçu leurs serments, et ils se livrent à l’adultère, Ils sont en foule dans la maison de la prostituée.

papefatima1.jpg

http://esaie.free.fr/niveau2/prostituee.html

Dollar VS euro

La bataille monétaire se poursuit. Paul Volcker, conseiller économique du président américain Barack Obama, a jugé jeudi lors d’une conférence à Londres que la crise grecque pourrait entraîner une « désintégration de la zone euro » si sa gouvernance économique n’était pas réformée. Ces commentaires ont renforcé le sentiment très négatif du marché vis-à-vis de l’euro qui poursuit sa baisse…

Le puit de l’abîme reste ouvert

Image de prévisualisation YouTube

Cette vidéo montre la plus grosse des deux fuites sur la colonne montante de la plate-forme pétrolière à 1.500 mètres de profondeur. On voit deux fluides sortir d’un tuyau jaunâtre: selon les experts, il s’agit de pétrole (en noir) et de gaz naturel (en blanc). Il est estimé que plus de 15 millions de litres se sont échappés depuis que la plateforme exploitée par BP a été touchée par une explosion et a coulé en avril. A cela il faut ajouter 1 million de litres de produit dispersant pour masquer l’étendu du désastre. La pression politique monte pour la compagnie pétrolière britannique BP, qui n’a toujours pas réussi à boucher la fuite à l’origine d’une marée noire catastrophique dans le Golfe du Mexique.

Les abeilles disparaissent

Vieilles de 60 millions d’années, les abeilles sont aujourd’hui menacées d’extinction. Depuis 2006, un mal foudroyant décime des colonies entières d’abeilles. Les apiculteurs perdent en moyenne entre 50 et 80 % de leur cheptel. Chaque fois, le même scénario se répète : en une nuit les ruches sont retrouvées désertes, à l’extérieur pas de cadavre, à l’intérieur une reine en bonne santé qui continue même à pondre et des larves affaiblies qui ne résisteront pas longtemps.  Dans toute l’Alsace, ce printemps, c’est le même scénario, en plaine et en montagne : « Il n’y a plus d’abeilles, plus de reines, plus de couvins. Les abeilles ont déserté les ruches pour aller mourir ailleurs, dit André Frieh, président de la Fédération des apiculteurs du Haut-Rhin et de la Confédération des apiculteurs d’Alsace. La mortalité des abeilles augmente d’année en année. À la sortie de cet hiver, elle touche 50 à 70 % des colonies ». Aujourd’hui un tiers de notre nourriture dépend directement de l’abeille, le pollinisateur agricole le plus important de notre planète. Le transport des grains de pollen sur le pistil de la fleur est majoritairement assuré par les abeilles. Sans elles, pas de pollinisation et sans pollinisation pas de fruits ni de légumes. C’est donc la production alimentaire elle-même qui s’en trouve menacée et par là même, la survie de l’humanité.

 

Quelques extraits de l’actualité du jour… Shabbat shalom!
 




Reflexion, sur le décompte de l’Omer

13052010

Le décompte de l’Omer cette année, se transforme en chronique de l’Omer, dont le contenu s’apparente plus à celui d’un chroniqueur de guerre qui donne des nouvelles du front, que d’un simple commentaire de l’actualité eschatologique. Plus que 7 jours et je pourrais enfin suspendre mon travail, car pour Chavouot je retourne en Israël et le blog fera Shabbat.

Si on observe les choses vues du ciel, la marée noire américaine, débute de manière spectaculaire et sous certains aspects, comme en Europe avec l’éruption du volcan Eyjafjallajokull en Islande. De l’eau, du feu, des explosions et une immense colonne de fumée qui s’élève dans le ciel, annonçant des lendemains funestes….
Concordance dans les images, qui sont loin d’être anodines.  

bp1.jpg

eyjafjallajokull.jpg

Chronologie des évènements : Le volcan Eyjafjallajokull s’est réveillé le 20 mars dernier, (date du printemps, solstice et accessoirement mon anniversaire) et après s’être frayé un chemin dans le glacier éponyme il explose le 30 mars à Pessa’h, au même moment une forte éruption solaire – la plus importante depuis plus de 3 ans – secoue la magnétosphère terrestre. Les particules ionisent la haute atmosphère et provoque une aurore boréale qui mêle le feu, la cendre et le soleil dans une même image inouïe. Le nuage de cendres provoque une semaine de chaos dans le ciel européen, qui préfigure la future guerre monétaire qui touche l’euro, puis ébranle toutes les pays européens.

Ainsi débute le décompte de l’Omer cette année. 21 jours plus tard de l’autre côté de l’Atlantique, Deepwater Horizon une plate-forme pétrolière située dans le golfe du Mexique explose le. Elle coule deux jours plus tard le 22 avril, et repose désormais par 1 500 m de fond. Le 23 avril, une fuite de pétrole est détectée, d’abord évaluée à 1 000 barils par jour par BP, elle est revue à la hausse à 5 000 barils (800 000 l). Nous sommes à la mi-temps du décompte de l’Omer, et débute la plus grande catastrophe écologique des Etats-Unis, avec une nappe de pétrole qui s’étend inexorablement dans le golfe du Mexique. Force est de constater une superposition des dates qui est loin d’être anodine. Il convient donc d’introduire une lecture spirituelle à tout ceci.

LA SUITE…




12 MAI une datte historique!

12052010

La nouvelle du jour qui apparaît à la une de tous les journaux est incontestablement la présentation des dieux du stade par Raymond Domenech. Les idoles du mondial du football écrasent l’actualité de leur omniprésence médiatique.

idole.jpg

Et pourtant aujourd’hui il est une nouvelle qui va faire date dans l’actualité eschatologique et que le monde ne verra pas, car il est aveugle et sourd spirituellement. Aujourd’hui sera prise une décision qui scellera définitivement le sort de l’Europe et qui par son action conduira à l’accomplissement des derniers versets du chapitre 13. Apocalypse 13 : 17  et personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. 18  C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

En lisant ce blog, les chrétiens qui sont sensés être des êtres spirituellement aboutis, se demandent en quoi des articles traitant d’économie peuvent avoir un contenu spirituel. La réponse est dans l’architecture textuelle du chapitre 13 de l’Apocalypse. Ce chapitre dévoile la montée en puissance politique de l’Europe, puis du catholicisme qui est sa religion dominante, et enfin la souveraineté totale sur ses citoyens par le contrôle monétaire. En suivant le mouvement économique qui mène à la gouvernance absolue associée à une monnaie, elle-même frappée du sceau de la reine du ciel, le lien avec l’autorité spirituelle apparaît. Une monnaie ayant une telle charge spirituelle, conjuguée avec une telle autorité, confère au divin. Elle est se réclame כֵּאלֹהִים, comme Elohim, comme Dieu. La valeur numérique de כֵּאלֹהִים est 666.

Ce qui c’est produit dans le jardin d’Eden se reproduit aujourd’hui à l’échelle des nations et trouve son aboutissement au terme des jours. Les deux semences spirituelles qui apparaissent dans la Genèse, celle du Seigneur et celle du serpent ont crû et trouve aujourd’hui leur maturité. Genèse 3 :14  L’Eternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. 15  Je placerai l’inimitié entre toi et entre la femme, entre ta semence et entre sa semence. Les chapitres 12 et 13 de l’Apocalypse révèlent l’Epouse de Christ (la semence de la femme) et la Bête (la semence du serpent) dans leur aboutissement et les ramènent face à l’arbre au centre du jardin, avec toujours cette même affirmation de la part du serpent : Genèse 3 :4  Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; 5  mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, (du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal) vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux (כֵּאלֹהִים – 666), connaissant le bien et le mal.

Il faut avoir un sens prophétique très développé pour saisir toutes ces choses je le concède, mais cela doit être dit, afin que le diable sache qu’il y a une autorité spirituelle qu’il ne domine pas. Sortons du contexte spirituel et voyons comment concrètement les choses se passent et comment le diable ramène progressivement les nations vers l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Image de prévisualisation YouTube

La fille aînée de l’Eglise,  comprenez la France, par la voix de son Grand Chanoine, le président Sarkozy, a dit dernièrement que « l’euro, c’est l’Europe » et qu’il convenait de défendre cette monnaie coûte que coûte. Mais aussi La BRI, le FMI et la BCE, toutes ces institutions dirigées par des français sont également mobilisées pour défendre la monnaie unique. D’une certaine manière, la France, qui par le biais du président Sarkozy a pris le commandement politique européen de la défense de l’euro,  complété par le contrôle des grandes instances financières tenues par d’autres français, représente et incarne l’euro aujourd’hui. Si une seule image devait représenter aujourd’hui la Bête de l’Apocalypse, dans sa puissance politique, religieuse et économique, elle le serait par une pièce d’un euro français. Ce qui nous ramène inexorablement, vers l’Arbre…

 

eurofr.gif

http://schoenel.unblog.fr/les-elections-europeennes/

 La proposition choc de Bruxelles

Revenons à la grande nouvelle du jour. Après le plan d’urgence adopté par l’Union européenne, Bruxelles veut aller plus loin. La Commission veut examiner les budgets des Etats avant leur adoption par les Parlements nationaux.

La zone euro en crise va franchir une nouvelle étape aujourd’hui dans sa transformation avec des propositions de Bruxelles pour mieux coordonner les politiques économiques des pays, via notamment un contrôle renforcé des budgets nationaux. Ces mesures, sur lesquelles la Commission européenne travaille depuis des mois, vont prendre un relief particulier juste après la mise sur pied du vaste plan de secours de 750 milliards d’euros pour l’Union monétaire mis sur pied lundi.

Il s’agit tout d’abord de renforcer le Pacte de stabilité européen, qui encadre la surveillance des déficits. Les pays de la zone euro s’y sont déjà engagés sur le principe. La Commission veut surtout « améliorer la surveillance préventive » du Pacte, explique le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn dans une interview au quotidien français Les Echos mardi.

Principale idée: soumettre les projets de budgets des Etats à l’examen de Bruxelles et des ministres des Finances de la zone euro, qui donneraient ou non leur feu vert, avant qu’ils ne soient présentés aux Parlements nationaux. « C’est le coeur de notre proposition, une mesure que nous jugeons absolument nécessaire si l’on veut renforcer l’Union économique et monétaire », souligne M. Rehn.

Si elle est adoptée, la proposition de Bruxelles serait une révolution. Après la création dans l’urgence d’une sorte de FMI européen, elle constituerait une amorce de gouvernement économique européen et, donc, un virage historique vers une Europe fédérale. Elle conduirait aussi l’ensemble des Etats membres a se soumettre à une sévère cure d’austérité. « Le prix à payer pour protéger l’euro et le secteur bancaire des spéculateurs sera très élevé », a prévenu hier la Confédération européenne des syndicats (CES). Ainsi les souverainetés nationales sur les budgets des différents Etats de l’Union Européennes seraient soumises à l’autorité de Bruxelles qui représente l’Europe, et comme « l’euro c’est l’Europe », la boucle serait enfin bouclée et le diable prendra possession de son nouveau royaume, celui de la Bête.

Le grand jour de la fête de la reine du ciel.

papeviergefatima.jpg

Devant plusieurs centaines de milliers de pèlerins venus prier avec lui à Fatima, le pape a manifesté son attachement à la reine du ciel et consacre tous les prêtres du monde au Coeur Immaculé de Marie. Le diable exulte aujourd’hui. A Bruxelles on va lui donner la gouvernance temporelle, alors que le pape, le même jour à Fatima, l’honore en tant que reine du ciel. Le pape Benoît XVI aborde mercredi le coeur de son voyage au Portugal en se rendant au sanctuaire de Fatima, l’un des principaux centres de pèlerinage de la chrétienté, où une foule nombreuse devrait l’accueillir. Benoît XVI, lui-même, a rappelé que la ville-sanctuaire était sa « principale destination, à l’occasion du dixième anniversaire de la béatification des petits bergers Jacinta et Francisco ». Le 13 mai 1917, ces deux enfants de 7 et 10 ans et leur cousine Lucie auraient, selon l’Eglise, vu la Vierge Marie qui leur aurait ensuite révélé, au cours de nouvelles apparitions, trois « secrets » jugés prophétiques de l’histoire du 20e siècle. Au deuxième jour de sa visite au Portugal, il entend ainsi témoigner de son attachement au culte populaire de la Vierge Marie, loin de son image d’universitaire et de théologien.

Pourquoi le diable fait il tout cela en ce moment ? Car le mois de mai est le mois de Marie, les apparitions de Fatima ont eu lieu au mois de mai. Le diable superpose au décompte de l’Omer ‘Son’ mois, comme alternative spirituelle à celle de l’Eternel. Venir aujourd’hui à Fatima n’est pas anodin, mais rappelle le rôle essentiel de l’Eglise catholique et du pape dans la construction européenne, en y entraînant les pays de l’est et notamment la Russie. C’est le sens du message de la Vierge dans le troisième secret de Fatima ; http://www.missa.org/fatima.php. Il est intéressant de suivre la logique vaticane dans la compréhension de cette prophétie mensongère, c’est très instructif.

Il y va du symbole aujourd’hui, avec le pape à Fatima et le vote à Bruxelles. A 7 jours de Chavouot, ce 12 mai est une datte qui sera à jamais frappée du sceau de l’infamie pour tous les enfants de Dieu.




Ruine et misère : les jumeaux de l’Oncle Sam

11052010

L’Etat fédéral américain « reste exceptionnellement solvable » et il n’y a pas de raison que cela change avant une dizaine d’années, a estimé lundi l’agence de notation financière Fitch Ratings. « Malgré une dégradation sans précédent de ses finances publiques, il bénéficie du soutien que lui apportent son rôle clef dans le système financier mondial et la flexibilité de son économie affluente et diversifiée, qui lui fournissent la base de ses revenus », ajoute l’agence dans un communiqué. Fitch a confirmé les notes AAA et F1+, les plus élevées dans son échelle, à la dette publique des Etats-Unis à long et court terme respectivement. L’agence a indiqué par ailleurs qu’elle n’envisageait pas de changement pour ces notes avant la fin de la décennie qui s’ouvre.

fitchratings.jpg

Si ce n’était le côté dramatique de la crise en cours, cette nouvelle déclaration de Fitch pourrait être la meilleure blague du jour. Mais cela démontre de manière très claire que les agences de notation américaines ne sont qu’un instrument entre les mains de la finance américaine au service du dollar. La preuve en quelques chiffres.

Côté pile en Europe. Le gouvernement grec réclame un premier versement du plan d’aide de l’UE et du FMI de 20 milliards pour éviter la banqueroute…

Côté face aux Etats-Unis. Acculé par des résultats financiers déplorables, le géant américain du refinancement hypothécaire Freddie Mac s’est vu contraint, vendredi dernier, de faire encore appel à la générosité de l’Etat américain, à hauteur de 10 milliards de dollars. Aujourd’hui, c’est au tour de son jumeau, Fannie Mae, de venir mendier à la porte, pour 8,4 milliards de dollars…

L’oncle Sam a déjà dépensé 111 milliards de dollars pour renflouer les deux institutions. Et la facture pourrait être bien plus lourde au final : discrètement, à la veille de Noël, le Trésor a indiqué que le plafond d’aides directes de l’État fédéral de 200 milliards fixé initialement pour Fannie et Freddie était levé. Les jumeaux Fannie Mae, Freddie Mac, ont été placés sous l’autorité des pouvoirs publics en pleine crise des «subprimes», l’Administration américaine craignant que l’accumulation de pertes compromette sa capacité à assurer un fonctionnement normal du marché du crédit immobilier américain. washington s’est d’ailleurs engagé il y a quelques mois à couvrir sans fin les pertes de Freddie Mac et de Fannie Mae jusqu’en 2012. Ces deux entreprises jouent un rôle crucial dans le marché du crédit hypothécaire car il détiennent ou garantissent à eux deux près de 5.500 milliards de dollars (soit l’équivalent de 4.290 milliards euros), c’est à dire environ 40% de tous les crédits hypothécaires aux Etats-Unis.

Sur le terrain, la réalité reste difficile pour les ménages. Le nombre de propriétés saisies par les banques auprès d’emprunteurs tombés en défaut continue de grimper. 2,8 millions de logements ont ainsi été repris l’an dernier. Cette année, le record sera battu. Le cabinet RealtyTrac anticipe 4,5 millions de saisies en 2010. Le taux de défaut dépasse désormais 5 %. Tout aussi alarmant : la forte détérioration des retards de paiement des ménages appartenant pourtant à une catégorie jugée moins risquée. Le pire de la vague de défaut sur le créneau du subprime (foyers surendettés) est certes passé. Mais le défaut des classes plus aisées atteint des records et approche désormais 10 %. Il s’agit de la fameuse deuxième vague de prêts hypothécaires hautement toxiques, les Alt-a et surtout ARM, qui va déferler sur les Etats-Unis et dont je vous mets en garde depuis des mois.

Cette situation est tout aussi problématique pour les banques dont les bilans ne reflètent pas encore pleinement la montée des défauts de paiement des foyers américains pris au piège du chômage et de l’effondrement de leur patrimoine. «Dans l’ensemble, nous estimons que les banques américaines n’ont réalisé qu’un tiers de leurs pertes sur leurs prêts immobiliers résidentiels», estime Robert McNatt de l’agence Standard & Poor’s. Les établissements financiers ont beau retarder le plus possible les saisies de logements, le chômage élevé et la multiplication des «défauts stratégiques» continuent de plomber leurs bilans.

A cela il faut ajouter les défauts de paiement records sur les prêts à la construction d’immeubles de bureaux, de centres commerciaux et de lotissements. Qui explique que depuis le début de l’année les petites banques de dépôt aient dû être saisies par les autorités fédérales, et dont le nombre risque en 2010 de dépasser celui des banques saisies au bord de la faillite de l’année dernière, et qui avait été de 140. «La proportion de prêts à la construction qui ont dû être classés en pertes a atteint 7, 8 % au quatrième trimestre 2009. C’est un record», explique Martin J. Gruenberg, vice-président du FDIC, le fonds fédéral de garantie des dépôts, spécialisé dans la saisie et liquidation de banques de dépôts. Dans le même temps, la proportion de ce type de prêts qui se trouvent en retard de paiement a presque atteint 16 %, ce qui est également un record de mauvais augure.1 400 milliards à rembourser d’ici à 2014

Comparons maintenant les besoins de financement de la Grèce et des Etats-Unis. Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a indiqué lundi que le plan d’aide à la Grèce de 110 milliards d’euros (environ 145 milliards de dollars) sur trois ans mis au point par l’Union européenne en concertation avec l’organisation qu’il dirige devait aider ce pays à ne pas avoir recours au marché pendant 18 mois.

La Maison blanche prévoit un budget de 3800 milliards de dollars avec un déficit budgétaire record de 1.600 milliards de dollars pour l’année fiscale en cours, selon une source Reuters proche du Capitole. Le Congressional Budget Office l’avait évalué la semaine dernière à 1.350 milliards de dollars. Malgré l’écart assez conséquent avec les 1.600 milliards évoqués dimanche, les deux estimations tablent sur un déficit flirtant durablement avec les 10% du PIB, ce qui serait sans précédent depuis la Seconde guerre mondiale. Selon le Trésor, les autorités américaines devraient avoir encore besoin de lever 376 milliards de dollars sur le marché obligataire au troisième trimestre, après les 340 milliards de dollars au deuxième trimestre, soit sensiblement autant qu’un an plus tôt. La dette publique américaine atteignait près de 12.949 milliards de dollars fin avril, selon les chiffres du Trésor, soit environ 88% du PIB prévu par le gouvernement pour l’année. Il apparaît de manière évidente, que l ‘Etat fédéral américain « reste exceptionnellement » solvable…

Et déjà aujourd’hui, l’euro reculait à nouveau face au dollar, alimenté par les craintes sur la zone euro, après la mise en garde de l’agence de notation Moody’s qui envisage d’abaisser les notes de la Grèce et du Portugal, comme l’a fait Standard and Poor’s, malgré le colossal plan annoncé par l’UE. Comme les avions furtifs américains échappant aux radars, de nouveaux éléments pénètrent le nouvel espace monétaire européen afin d’en tester la perméabilité et repérer les prochaines cibles à bombarder prochainement.   

f117.jpg




l’Europe présente son missile monétaire intercontinental

10052010

Crise financière : l’Europe a sorti l’artillerie lourde : http://www.rfi.fr/contenu/20100510-crise-financiere-europe-sorti-artillerie-lourde

Il aura fallu plus de huit heures de discussions avant que les 27 ministres des Finances de l’Union européenne trouvent un accord dans la nuit de dimanche à lundi 10 mai 2010. Ce sont 720 milliards d’euros, au moins, qui seront consacrés au mécanisme d’aide pour les pays européens en difficulté. Les ministres se sont finalement accordés sur un premier «paquet» de 500 milliards d’euros pour la participation européenne. Un montant proposé par Berlin avec l’aval de Paris, semble-t-il.

missileintercontinental01.jpg

Ce montant est composé de 60 milliards d’euros que la Commission européenne aurait à sa disposition, plus 440 milliards d’euros de garanties des pays de l’UE, qui seraient placés dans une société de droit particulier, un fonds de garantie qui lui serait habilité à prêter. Ce sont les deux premiers étages de la fusée.

Christine Lagarde, ministre des Finances, explique le fonctionnement du dispositif, comme une sorte de fusée à deux étages : « Les Européens se sont mis d’accord pour une fusée de protection à deux étages. Premier étage, soixante milliards d’euros qui sont aujourd’hui disponibles et qui peuvent être mis en œuvre sous forme de prêts pour soutenir des Etats fragilisés… Deuxième étage de la fusée de stabilisation, c’est 440 milliards d’euros que les Etats membres vont donner à titre de garantie –donc ce n’est pas un prêt, ce n’est pas un don, ce sont des garanties- qui sont fournies à un fonds de stabilisation européen qui lui pourra prêter, pourra acheter de la dette émise par des pays en difficulté. Cela forme un total de 500 milliards d’euros, un chiffre sur lequel le président de la République a trouvé un accord avec la chancelière Angela Merkel… »

La Banque centrale européenne a annoncé pour sa part qu’elle prendrait des «mesures significatives» pour défendre la monnaie unique. Elle prendra une mesure exceptionnelle : acheter de la dette publique et privée dans les pays de la zone euro. La BCE ouvre les vannes du quantitative easing (la planche à billets), ce qui est une arme monétaire non conventionnelle du type nucléaire. L’arme du dernier recours, que la FED américaine utilise depuis des mois déjà.

L’Europe n’agira pas seule

C’est en quelque sorte le troisième étage de la fusée. Le FMI n’entend pas être en reste et apportera également sa contribution. Dominique Strauss-Kahn a déclaré que le Fonds était prêt à soutenir des programmes d’aides européens à leur demande et que les dispositions du plan étaient des «mesures fortes qui contribueront à la stabilité économique et financière globale». Selon la ministre espagnole des Finances, Elena Salgado, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, la contribution du FMI pourrait s’élever à 220 milliards d’euros.

La somme totale mobilisée pour venir en aide aux pays européens défaillants est donc ce lundi de 750 milliards d’euros. De surcroît, à Bâle les banquiers centraux ont entamé dimanche une série de réunions dans le cadre d’une rencontre bimensuelle au siège de la Banque des règlements internationaux (BRI) où la crise grecque et la fragilité de l’euro devraient s’imposer. Le fonds de centaines de milliards d’euros mis en place dimanche par les pays de l’Union européenne « est un grand pas en avant », a déclaré aujourd’hui le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn en arrivant à Bâle pour une réunion des banquiers centraux. De très importantes mesures ont été prises des deux côtés, de la part de l’Union européenne et de la part de la Banque centrale européenne », a-t-il jugé, ajoutant que le FMI serait « heureux d’apporter sa contribution » si on lui demandait de l’aide. « Si certains pays demandent de l’aide au nouveau mécanisme européen, et en même temps demandent un effort supplémentaire au FMI, nous sommes heureux d’apporter notre contribution », a-t-il déclaré. Et les banques centrales des pays du G7 vont se mobiliser pour permettre si nécessaire l’afflux de devises vers l’Europe. Lilith vient de mettre toute sa puissance en action afin de soumettre les nations à sa volonté pour sauver « SA » monnaie.

La stratégie de « puissance de feu massive » mise en place dans la nuit a été utilisée avec succès, car l’euro et bourses européennes repartent à la hausse. L’euro repassant la barre des 1.30 contre le dollar. Mais attention, ceci n’est que le début de la guerre monétaire entre le dollar et l’euro, dont le but est la domination monétaire mondiale.




Apocalypse 13 fête son soixantième anniversaire

9052010

« La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent. La contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques. En se faisant depuis plus de vingt ans le champion d’une Europe unie, la France a toujours eu pour objet essentiel de servir la paix. L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre… »

schumanhorloge.jpg

Ainsi débute le texte de la proposition, lancée par Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, et considéré comme l’acte de naissance de l’Union européenne. Ce texte nous rappelle que l’Union Européenne fut fondée pour éviter de nouvelles guerres sur le continent. Mais l’Eternel qui fixe les temps, se plait à rappeler aux hommes que le seul fondement sur lequel l’humanité puisse fondée la paix est Jésus-Christ. Jean 14:27  « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point. »

La déclaration du 9 mai 1950 est considérée comme le texte fondateur de la construction européenne. Prononcée par Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères français, dans le Salon de l’Horloge du Quai d’Orsay, à Paris, cette déclaration propose la création d’une organisation européenne chargée de mettre en commun les productions françaises et allemandes de charbon et d’acier.  Le texte est fortement inspiré par Jean Monnet, premier commissaire au Plan de l’après-guerre. Il fait écho à un discours resté célèbre, prononcé en 1946, à Zurich, par Winston Churchill. Le Premier ministre britannique avait énoncé l’idée « d’une sorte d’États-Unis d’Europe » où régnerait paix et prospérité de « l’Atlantique à l’Oural ». Il débouchera sur la signature, le 18 avril 1951, du Traité de Paris qui fonde la CECA, la Communauté européenne du charbon et de l’acier entre six États européens (France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Italie). Aujourd’hui cette union est devenue une union du fer et de l’argile, quand au charbon, il c’est mué en nuage de cendres, symbole biblique du deuil, des larmes et de l’humiliation.

1 Thessaloniciens 5:3  « Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. » Aujourd’hui on peut dire que cette parole prophétique de l’apôtre Paul est accomplie. L’Europe fête son 60 ième anniversaire, non dans la paix, mais en pleine guerre monétaire, économique et sociale. Précisément les points faisant l’objet d’un traité d’union et qui aujourd’hui menace de ruine et d’éclatement l’unité européenne. Le puit de l’abîme ouvert au large des Etats-Unis et le nuage de cendres qui passe et repasse sur l’Europe, sont autant de messages que l’Eternel envoie aux nations chrétiennes, afin qu’elles se détournent de leurs mauvaises voies et reviennent au Seigneur.

La réalité que révèle la crise en cours est que les Etats chrétiens sont ruinés et couvert de dettes. Aux Etats-Unis, en Angleterre ou encore France, à peine la moitié du budget de l’Etat est couvert et ces nations courent avec peine après l’illusion trompeuse d’une croissance impossible de leurs économies, qui résorberait leurs déficits. Les désordres sociaux qui résultent de ces économies à l’agonie, réveillent et ravivent les ferments des extrémismes qui conduisirent l’Europe aux fascismes, la guerre et la ruine. Face à l’inefficacité et la corruption des hommes politiques actuels, des partis extrémistes émergent et grandissent partout en Europe.

En Hongrie il y a eu une percée spectaculaire de l’extrême droite qui a obtenu pratiquement 17% des voix.  Le mois dernier, c’est la ligue du nord en Italie. C’est à dire en fait l’extrême droite là aussi xénophobe qui a de loin progressé le plus. Au mois de juin prochain, aux élections législatives en Hollande, on envisage sérieusement que ce soit l’extrême droite qui arrive en tête de tous les partis. On constate que dans les pays où il n’y a pratiquement pas d’immigration comme au Danemark ou en Finlande, il y a une extrême droite qui progresse. On sait bien qu’en Autriche ou en Suisse, c’est le cas, et bien sûr en France où le Front National revigoré par la gouvernance catastrophique de Nicolas Sarkozy repart de plus belle. Ces partis sont l’expression politique de l’esprit antéchrist qui agit dans le monde, ils sont dans la politique ce que le catholicisme est à la religion chrétienne. L’issu est inéluctable si on continue ainsi, c’est la gouvernance antéchrist totale sur la politique et la religion.

Le Seigneur a annoncé toute ces choses, elles sont inscrites dans la Bible, annoncées par les prophètes, par des signes dans le ciel et jusqu’au fond des mers, mais les hommes n’écoutent plus et perdent la foi et seul un reste en petit nombre avec Israël seront préservés et sauvés.

Habakuk 2 : 1 J’étais à mon poste, Et je me tenais sur la tour; Je veillais, pour voir ce que l’Eternel me dirait, Et ce que je répliquerais après ma plainte. 2  L’Eternel m’adressa la parole, et il dit: Ecris la prophétie: Grave-la sur des tables, Afin qu’on la lise couramment. 3  Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas; Si elle tarde, attends-la, Car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement…




L’Union Européenne décrète la mobilisation générale

8052010

Cette fois les médias ont enfin compris que nous sommes en guerre et les titres sont évocateurs. « Branle-bas de combat dans la zone euro », dans Métro, « L’UE enfin en ordre de bataille face à la crise grecque » sur TF1, « Sarkozy à Bruxelles: mobilisation générale de la zone euro face à une « crise systémique«  », cite l’AFP,  ETC…

L’Europe se met en ordre de bataille et autant dire que ça va barder dans les prochains jours.

euroarmada.jpg

Les politiques suivent

Réunion d’urgence ou réunion de crise ? Les deux! Les marchés coulent, l’euro s’effondre, les attaques spéculatives se multiplient, les rendements des obligations d’Etats augmentent… Les dirigeants de la zone euro ont fini par se réunir d’urgence vendredi soir, afin de décréter la mobilisation générale pour sauver l’euro. L’objectif est de formaliser l’accord sur les prêts à la Grèce (…). Il s’agit aussi de réfléchir aux enseignements que l’on peut tirer, de discuter de l’avenir de la zone euro’ a expliqué le secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires européennes, Diego Lopez Garrido, dont le pays préside l’UE.

Lors d’une conférence de presse vendredi à minuit après le sommet tenu par les dirigeants de la zone euro, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a déclaré que les dirigeants ont réaffirmé leur engagement à assurer « la stabilité, l’unité et l’intégrité » de la zone euro dans cette crise exceptionnelle. « Toutes les institutions de la zone euro (Conseil, Commission, Banque centrale européenne) ainsi que tous les États membres de la zone euro ont convenu d’utiliser le large éventail de moyens disponible pour assurer la stabilité de la zone euro, a-t-il dit. Bref le président décrète la mobiblisation générale.

Les Seize vont mettre en place « une ligne de défense de la zone euro imperméable », qui doit être concrétisée ce week-end et à l’oeuvre dès l’ouverture des marchés lundi matin, selon le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

Pour la chancelière allemande Angela Merkel, une « bataille » s’est engagée entre les gouvernements et les marchés. « Mais je suis fermement déterminée, et je pense que tous les gouvernements le sont aussi, à remporter cette bataille« , a-t-elle affirmé jeudi.

Tout sera fait pour « sauvegarder la stabilité financière de la zone euro » et « défendre l’euro« , a déclaré ce soir le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

« De toute évidence nous ne sommes pas sur une attaque contre un pays ou d’une autre, c’est une attaque sur l’union monétaire européenne « , a déclaré un haut fonctionnaire sous forme de synthèse sur un sens partagé de la réunion.

L’Europe renforce sa gouvernance économique.

 bruxellesmai2010.jpg

Au-delà des réponses immédiates à la crise grecque, le communiqué final adopté par les chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro annonce un renforcement de la gouvernance économique de l’UE et plus de régulation des marchés financiers.

« Nous avons décidé de renforcer la gouvernance de la zone euro. Nous sommes préparés à : élargir et renforcer la surveillance économique et la coordination politique dans la zone euro y compris en surveillant de près les niveaux de dette et les évolutions de la compétitivité ; renforcer les règles et procédures pour la surveillance des Etats membres de la zone euro, y compris par le renforcement du Pacte de croissance et de stabilité et par des sanctions plus efficaces. La Commission présentera ses propositions le 12 mai« . Cette crise accélère considérablement le processus qui mène la bête d’Apocalypse 13, vers un renforcement de l’exécutif et d’une gouvernance politique unique.

A Bruxelles, Sarkozy déclare la guerre aux spéculateurs et prend le commandement de la manœuvre sur le front.

 sarkozynapoleon.jpg

Retrouvant les accents qui avaient contribué au succès de la présidence française de l’UE en 2008, Nicolas Sarkozy se présente en leader de la défense communautaire. Après huit heures de discussions bilatérales avec ses pairs des seize pays membres de la zone euro, le président français a estimé que celle-ci traversait la crise « sans doute la plus grave » de son existence. Mais il a assuré que les spéculateurs en seraient « pour leurs frais », grâce aux décisions prises par les Seize lors de ce sommet extraordinaire consacré à la crise grecque et à ses retombées. « Nous sommes décidés à tout mettre en oeuvre, toutes les institutions européennes et tous les Etats membres de la zone euro, pour assurer la stabilité et l’unité de la zone euro. Nous sommes maintenant dans des mécanismes communautaires, c’est toute la zone euro qui a décidé de se défendre« , a-t-il déclaré. « C’est donc une mobilisation absolument générale qui est décidée, pour faire face à une crise systémique« . Le conflit prend une dimension mondiale.

Il a assuré que les pays de la zone euro étaient décidés à combattre « sans merci«  la spéculation, notamment par le biais d’un mécanisme européen d’intervention, dont il n’a cependant pas voulu révéler les modalités. « Je ne peux pas rentrer dans le détail car je n’ai pas l’intention de dévoiler l’ensemble de notre plan afin que celui-ci soit le plus efficace possible« , a-t-il dit. Il s’est borné à expliquer que si les Seize activaient pour la Grèce des mécanismes bilatéraux, ils en étaient maintenant à des mécanismes communautaires pour défendre toute la zone euro.

Sous des accents très gaullien, il ajoute ; « Aujourd’hui, c’était l’heure de vérité pour la zone euro : soit nous laissions les marchés décider de l’avenir de l’euro à notre place, soit nous étions capables de prendre les mesures nécessaires pour faire échec à la spéculation et pour sortir de cette crise plus forts et plus unis« , a-t-il expliqué. « Nous ne pouvons pas laisser aller l’euro au gré de la spéculation et des intérêts de quelques spéculateurs. L’euro c’est l’Europe, l’Europe c’est la paix sur ce continent. Nous ne pouvons pas laisser défaire ce que les générations précédentes ont construit. C’est ça qui est en cause« , a-t-il ajouté. 







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers