Les déracinés de GAZA 5 (Gush Katif)

14 06 2010

Esaïe 40 : 6  Une voix dit: Crie! -Et il répond: Que crierai-je? Toute chair est comme l’herbe, Et tout son éclat comme la fleur des champs. 7  L’herbe sèche, la fleur tombe, Quand le vent de l’Eternel souffle dessus. -Certainement le peuple est comme l’herbe: 8  L’herbe sèche, la fleur tombe; Mais la parole de notre Dieu subsiste éternellement.

gushkatifhothouses.jpg

30% du Goush vivait de l’agriculture. En 35 ans, ils avaient développé une haute technologie, exportant leurs produits dans le monde entier pour 100 millions de dollars. Le gouvernement leur avait promis de les installer ailleurs mais rien de définitif n’est encore fait. Pourtant sur les 220 familles d’agriculteurs, seul un petit nombre ont réussi à réinvestir dans des cultures de géraniums, de légumes ou de plants, en particulier dans la région du Néguev. A tout cela s’ajoute une situation absurde: des agriculteurs expulsés du Goush Katif sont poursuivis en justice par leurs anciens ouvriers palestiniens. Ces derniers leur réclament des indemnités, en raison de la perte de leur emploi après le retrait israélien de la bande de Gaza.

D’après le site NRG du quotidien Maariv, des centaines d’ouvriers agricoles palestiniens, employés à l’époque par des cultivateurs israéliens dans le Goush Katif, ont entamé récemment une procédure judiciaire devant les prudhommes de Beersheva contre leurs anciens patrons. Se plaignant d’avoir été licenciés en raison du retrait israélien de la région, ils comptent réclamer des indemnités pour la perte de leur emploi à près de 70 expulsés, pour un montant total d’une dizaine de millions de shekels.

Le président du comité des agriculteurs du Goush Katif, Aaron Hazout, a réagi avec indignation à cette procédure: « L’Etat nous a jetés hors de nos maisons et de notre travail, a-t-il protesté, nous n’avons pas congédié nos ouvriers, c’est l’Etat qui l’a fait en nous privant nous aussi de notre emploi ». Il a ajouté: « La situation de mes anciens employés est meilleure que la mienne: eux au moins ont conservé leur logement alors que j’habite depuis cinq ans dans un taudis. Et pour ceux qui nous accusent de les avoir licenciés: ramenez-nous chez nous et nous les réembaucherons immédiatement ».

Hazout a encore indiqué qu’une partie des cultivateurs avaient déjà dépensé des milliers de shekels pour payer leurs avocats, alors qu’ils n’avaient pas d’argent, « sans que les autorités, responsables de leur état, n’aient cherché à les défendre ».

http://www.israel7.com/2010/05/des-ouvriers-palestiniens-reclament-des-indemnites/

A Nitsanim (bourgeons), le souffle de l’Eternel ne faiblit point, jusqu’à ce que la fleur tombe et qu’il ne reste rien, si ce n’est sa Parole. Genèse 12:3  Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. Exactement comme les ennemis d’hier, réclament des comptes et un salaire, pour les ouvriers qui ont hérité les terres et les serres de leurs patrons, Le Seigneur tient ses comptes et rétribue ceux qui haïssent son peuple.

Aujourd’hui Sarkozy déjeune avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas à l’Elysée alors qu‘en France la profession agricole voit ses revenus baisser de 34% en 2009 après une chute de 20% en 2008. Le bilan est terrifiant pour le monde agricole : pertes substantielles de revenus, surendettement, maladies graves liées à l’usage intensif de produits chimiques, mal être et taux élevé de suicide… La France perd tous les ans entre 40 000 et 60 000 ha de surfaces agricoles (terres agricoles non bâties dont la destination quitte la production agricole pour des usages d’infrastructures publiques, la construction de résidences privées ou de zones d’activités), l’équivalent tous les 7 ans de la surface agricole d’un département. Cette artificialisation n’est pas sans conséquence sur le volume de production de l’agriculture. En effet, le potentiel agricole national diminue plus vite que la perte de surfaces car ce sont les meilleures terres qui sortent prioritairement du domaine agricole (notamment les terres de plaine, en zone périurbaine, à fort potentiel agronomique). Ces terres perdent leur fonction agricole de façon quasi irrémédiable, leur remise en culture est inenvisageable.

Mais tous ne sont pas comme Sarkozy. Dans le torrent d’incompréhension, d’hypocrisie et de haine qui frappe Israël, il convient de souligner la prise de position courageuse et lucide exprimée par l’ancien Premier ministre espagnol José-Maria Aznar dans le journal londonien « Times » de jeudi. Le titre de l’article est déjà en soi éloquent, et reprend ce qu’avertissent en vain depuis longtemps certains dirigeants israéliens à l’encontre de l’Occident : « Si Israël tombe, nous tomberons tous ! »

Lire l’article: Une voix lucide dans le désert


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers