• Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Deuxième bilan du blog LAE

31122010

Le blog c’est installé dans sa dimension prophétique avec la guerre monétaire en cours actuellement. Au mois de janvier bien avant l’ouverture des hostilités, le premier message du Seigneur fut « En avant ! » http://schoenel.unblog.fr/2010/01/01/en-avant/

Puis vint la série des rappels de Bâle qui nous ouvrirent les yeux sur ce que préparait Satan dans l’ombre de sa tour du diable à la BRI. C’est là que les plans de la future guerre monétaire furent élaborés. Puis en avril, le Seigneur annonce l’ouverture prochaine des hostilités monétaires. http://schoenel.unblog.fr/2010/04/15/bataille-monetaire/

Après il suffisait de suivre l’actualité qui mit beaucoup de temps à prendre la mesure du problème, jusqu’à ce que les médias ne parlent plus que de ça. Le corolaire de cette guerre fut une dégringolade du dollar et de l’euro par rapport à l’or et au franc Suisse. Pour la Suisse l’effet richesse ne précédera que sa ruine, un autre prophétie très ancienne celle-là. Mais l’élément le plus important, fut le renforcement de l’exécutif européen pour sauver sa monnaie, l’euro. Lilith manœuvre de manière magistrale pour ruiner l’Amérique protestante au profit de la Bête de l’Apocalypse, l’Europe catholique.

Ce que nos yeux voient n’étant qu’un pâle reflet du combat spirituel en cours pour la gouvernance de ce monde. L’autorité est en train de changer de main, et le diable sait que le rôle de l’Epouse du Christ est essentiel dans le processus. Les choses bougent, avec l’enfoncement des dénominations chrétiennes et le réveil d’Israël et des juifs à Yeshoua. Là encore le Seigneur parla puissamment quand j’étais à Jérusalem. (Voir les articles sur les netzarim de Jérusalem en juin).

D’autres éléments parlent d’eux-mêmes, comme toutes ces catastrophes, uniques, extraordinaires, jamais vue, record battu, etc.. qui secouent le monde en ce moment. Pour les enfants de Dieu il devrait être évident aujourd’hui, que notre temps s’inscrit dans les prophéties. Du retour des juifs en Israël, à la monté en puissance de la Bête de l’Apocalypse c’est par l’actualité au quotidien que l’on s’inscrit dans l’Histoire biblique.

Au fur et à mesure que l’on s’avance vers le retour du Seigneur, les oppositions vont aller crescendo pour finir par un combat total à tous les niveaux, spirituel et temporel. Pour affronter ces temps durs, il faut être prêt et manifestement c’est là que bât blesse. Car le retour proche du Seigneur est concomitant du sommeil de l’Epouse de Christ. L’Eglise d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle des apôtres, car toutes les compromissions sont désormais possibles. Avec l’Eglise catholique, la montée en puissance des femmes dans les ministères, des homosexuels et plus généralement l’entrée du monde et ses mœurs dans le corps du Christ.  

Quand vient le temps de la moisson, on prépare les fléaux pour battre la moisson, afin de séparer le grain  de sa tige dénominationnelle, puis le grain sera vanné pour le séparer de la bale constitué par sa nature humaine. Alors, et seulement à ce moment-là, l’Epouse sera prête pour recevoir l’Epoux. Les lettres à l’Epouse s’inscrivent dans cette logique et nulle autre. J’ai durci volontairement le ton cette année, car le temps le veut et contrairement à mon attente, le nombre des lecteurs quotidiens a augmenté. Je le dis et le répète, je n’écris pas pour plaire, mais pour servir et mon service pour le Seigneur prendra de l’ampleur dans le sens où j’effectue aujourd’hui mon dernier jour de travail en entreprise. 10 ans avant l’heure le Seigneur me libère des contraintes humaines en me donnant l’indépendance financière et surtout le temps nécessaire pour son service. Je suis donc plus libre pour bouger et peaufiner mon travail, tout en gardant une totale indépendance par rapport aux différents courants religieux. Je ne me pose pas de question sur l’avenir, car il appartient à Dieu seul, l’important c’est d’avancer vers Lui, toujours, sans faiblir.

En Christ Schoenel.




2010 dans les douleurs de l’enfantement

29122010

Le Premier ministre australien Julia Gillard a averti mercredi que les inondations « sans précédent », qui touchent l’est du pays pourraient s’aggraver… Après des années de sécheresse et d’incendies historiques l’Australie nous offre un de ces contrastes qui souligne la nature des douleurs de l’enfantement. Eté caniculaire, puis hiver polaire, avions cloués au sol par la cendre puis la glace, les évènements se suivent avec une intensité toujours plus soutenues et contrastées. Les expressions comme, historique, record battu, unique, sans précédent, etc… deviennent la norme pour décrire les évènements de cette génération.

australieinondationqeensland.jpg

Depuis le début de l’année 2010, tous les records ont été battus, en matière de catastrophes naturelles. Mais ce n’est rien, en comparaison de ce qui nous est annoncé dans le Livre de l’Apocalypse. Il serait trop long de détailler les catastrophes naturelles qui se sont abattues sur le monde entier depuis le début de l’année 2010: tremblements de terre, inondations, sécheresses, famines, épidémies, ouragans, vagues de chaleur, changements climatiques, il suffit de suivre les média pour réaliser que tous les records sont en train d’être battus!

Ces catastrophes naturelles vont de pair avec une profonde dégradation des mœurs. La violence, la rébellion, l’immoralité, les meurtres et délits en tout genre se multiplient et s’accroissent. Tout cela correspond aux signes que le Seigneur et Ses apôtres nous avaient prédits pour la fin des temps, dans Matthieu (24-25), dans Marc (13) et dans Luc (21,5-36), certains passages des épîtres de Paul (2 Th 1,6-12 ; 2,3-12) ou de Pierre (2 P 3,10)..

Ces douleurs augmentent en fréquence et en intensité, à mesure que le moment de l’enfantement approche. Il en est de même pour les catastrophes et les crises multiples que nous pouvons observer depuis plusieurs années. Les désastres naturels ont entraîné des pertes économiques de 222 milliards de dollars US en 2010 et l’année n’est pas finie.

Séismes, canicules, inondations, volcans, super tempêtes, glissements de terrain et sécheresses se sont unis pour faire au moins 250 000 victimes en 2010. «On aurait dit que les catastrophes arrivaient une derrière l’autre et en vagues, a dit Craig Fugate, de la Federal Emergency Management Agency des États-Unis. Cette année, l’expression «événement qui n’arrive qu’une fois par siècle» a perdu son sens.» Même si plusieurs des catastrophes ont pu sembler aléatoires, l’impact de l’activité humaine a contribué à faire de 2010 une année particulièrement mortelle, coûteuse, extrême et bizarre.

Aux catastrophes naturelles ajoutons la crise économique et financière en 2010. Une année qui a vu l’économie mondiale réelle gravement affectée par la crise financière. Les économies des pays riches ont été fortement fragilisées par des déficits budgétaires élevés et une lourde dette nationale, ce qui a placé plusieurs d’entre eux dans une situation les obligeant à sabrer dans les dépenses publiques mettant en péril les programmes sociaux. En février 2010, un an après l’analyse prospective du Laboratoire européen d’anticipation politique (LEAP) concernant l’avenir de l’économie mondiale, « on a pu constater qu’un tel processus est bien en cours : États au bord de la cessation de paiement, montée inexorable du chômage, chute de millions de personnes hors des filets de protection sociale, baisses de salaires, suppressions de services publics, désagrégation du système de gouvernance globale (échec du sommet de Copenhague, confrontation croissante Chine/USA, retour du risque de conflit Iran/Israël/USA, guerre monétaire globale, etc…)» (LEAP, 2010). Pourtant, selon le même organisme, nous ne sommes qu’au tout début de cette phase.

Cette situation exerce et exercera un impact considérable sur les économies des pays pauvres en les rendant encore plus vulnérables aux fluctuations des prix des matières premières et aux manœuvres spéculatives dans le marché mondial. Selon les organismes des Nations Unies l’appauvrissement de millions de personnes va s’accentuer et ainsi le cortège des affamés et des sans-abri va s’accroître. Selon la FAO, 925 millions de personnes sont victimes de faim chronique dans le monde en 2010 dont 15 millions dans les pays riches. Selon la Croix-Rouge internationale, plus de 827,6 millions vivent dans des logements insalubres étant contraints de se réfugier dans des bidonvilles (AFP-Genève, 2010). Selon la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) « le nombre de pays très pauvres a doublé en quarante ans passant de 25 en 1971 à 49 en 2010 et il en fut de même pour le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté depuis les années 1980 » (AFP Genève, 2010). Dans son rapport 2010 sur les 49 pays les moins avancés (PMA) du monde la CNUCED « estime que le modèle de développement qui a prévalu jusqu’à présent pour ces pays a échoué  et que son architecture est à revoir».




L’oeil du lion de Jerusalem 2

27122010

Luc 23 : 32 On conduisait en même temps deux malfaiteurs, qui devaient être mis à mort avec Jésus. 33  Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l’un à droite, l’autre à gauche. 34  Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort. 35  Le peuple se tenait là, et regardait. Les magistrats se moquaient de Jésus, disant : Il a sauvé les autres ; qu’il se sauve lui-même, s’il est le Christ, l’élu de Dieu ! 36  Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant et lui présentant du vinaigre, 37  ils disaient : Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! 38  Il y avait au-dessus de lui cette inscription : Celui-ci est le roi des Juifs. 39  L’un des malfaiteurs crucifiés l’injuriait, disant : N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous ! 40  Mais l’autre le reprenait, et disait : Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation ? 41  Pour nous, c’est justice, car nous recevons ce qu’ont mérité nos crimes ; mais celui-ci n’a rien fait de mal. 42  Et il dit à Jésus : Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. 43  Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.

Après avoir connu un mois de juillet très chaud, voilà un mois de décembre historiquement froid. Puis comme la cendre jeta le chaos dans le ciel et cloua les avions au sol, maintenant c’est la glace. D’énormes contrastes soulignent de manière visible, le combat spirituel qui a lieu en ce moment pour la gouvernance et l’autorité dans le monde. Parmi tous ces contrastes j’aimerais revenir à l’incendie du Carmel, car le lieu est emblématique, il représente la lutte d’Elie contre Jézabel. Du bien contre le mal ou de la vie contre la mort. Les corps de 41 personnes, dont 36 gardiens de prison, ont été recensés dans ce gigantesque incendie, le plus meurtrier de l’histoire d’Israël. Que dans le symbole du Carmel s’inscrit celui de la prison, par la mort de ceux qui avaient la charge de sauver les prisonniers des flammes, c’est le monde entier et ceux qui y dominent qui sont interpelés, c’est la justice des hommes, contre celle de Dieu qui est mise en opposition.

incendiecarmel031.jpg

En effet derrière ces murs, un combat nouveau pour la foi est en cours, car le feu de l’Esprit-Saint est à l’œuvre pour sauver les âmes d’un feu qui ne s’éteindra pas. Au mois d’octobre j’avais parlé brièvement de l’œil du lion de Jérusalem : http://schoenel.unblog.fr/2010/10/18/loeil-du-lion-de-jerusalem/

Il convient d’être extrêmement prudent quant à la manière d’agir pour l’œuvre du Christ en Israël, car les oppositions sont puissantes et très déterminées, aussi bien du côté gouvernemental que religieux. Les assemblées messianiques juives sont violemment combattues dans le pays et l’Eglise véritable relève plus de celle de l’ombre des résistants en temps de guerre. Une malheureuse publication chrétienne à grande échelle a totalement bloqué une action individuelle en cours récemment, donc prudence. Je ne citerais donc ni nom, ni lieu, et comme la dernière fois je délivre juste des extraits de correspondances entre le front et la base arrière. Je m’investis personnellement dans cette œuvre car elle est difficile, voire impossible à accomplir pour certains et surtout rejetée par les instances religieuses en place. Sachez simplement que tout ceci a commencé quand deux personnes à l’article  de la mort se sont retrouvées à l’hôpital dans la même chambre et que l’une venais de prison et l’autre est juif messianique, ce jour-là Jésus c’est invité dans la chambre….

…Je pense que sur ton site tu peux dire que des prisonniers deviennent croyants en Yéshoua en Israël et écoutent les cultes [de ceux qui acceptent] par téléphone mais sans donner trop de détails et de noms…

 … car beaucoup lui demande [les autres prisonniers] et personne ici n`a l`air de s`intéresser à eux. xxxx a aussi le cancer, il reçoit des rayons qui le fatiguent beaucoup….

…L’argent nous le gardons pour l`école (biblique) mais si ça ne marche pas nous l`utiliserons chaque mois pour les cartes de téléphone, les aides alimentaires et autres besoins car nous savons que la prison ne donne  rien . Nous avons pensé à faire mettre un interphone pour que plusieurs prisonniers écoutent les messages par téléphone mais ça nous a été refusé.

C`est une prison très dure.[C`est l`enfer !]

C`est vrai il y a la solution des disques et livres mais ça n`arrive pas en ce moment, Nos envois par la poste ont été refusés par la prison et renvoyés. S’il fait une école biblique il aura le « droit  » de recevoir de la lecture et acheter un ordinateur.  Ils aiment beaucoup téléphoner pour écouter les réunions car c`est plus vivant pour eux, ils se sentent parmi nous, ce n`est pas comme un message à écouter ou à lire. Ce n`est pas toutes les assemblées qui ont des téléphones fixes dans leur réunion et pour les prisonnier c`est impossible d`appeler un portable qui serait hors de prix, ça mangerai les cartes très rapidement. Aussi ce n`est pas toutes les assemblées qui acceptent d`être écoutée car tous peuvent les entendre, les gardiens comme les religieux …

La réunion messianique est quand même un peu « secrète » dans notre pays…

 … Au dernier moment [jeudi soir] les gardiens ont demandé à xxxx [aussi un détenu qui est comme le "pasteur" des prisonniers devenus croyants ] de trouver des visiteurs qui parlent espagnol pour xxxx [ un nouveau détenu d`Amérique du sud ] il a essayé de se suicider récemment et les gardiens craignent pour sa vie . Xxxx m`a demandé de m`occuper de ça  mais je ne pouvais pas à cause de mon état de fatigue jeudi , donc Xxxx a téléphoné partout et a trouvé au dernier moment  2 personnes qui ont accepté de venir . Un jeune frère [qui est venu du Vénézuela] , il est marié avec une israélienne et ils ont 4 filles , et un autre [venu du Pérou mais a fait sa vie en Israel] , il est maintenant en retraite , lui et sa femme ont 5 enfants et 9 petits enfants, ce frère a un formidable témoignage car il a reçu Yéshoua alors qu`il était soldat pendant la guerre du Kippour et il était alors perdu dans le désert du Sinaï . Xxxx était très ému par cette visite et en pleurait de joie. Prions qu`il donne sa vie au Seigneur….

…Les guitares doivent arriver bientôt , on attend aussi pour envoyer l`argent et les payer , en ce moment c`est hanouka alors c`est plus lent , je vais demander à xxxx si il a un lecteur de CD, nous avons aussi la volonté de lui permettre d`acheter un ordinateur , donc c`est au programme mais tout prend du temps….

…Priez aussi pour Rxxx , un canadien emprisonner qui a reçu Yéshoua dans sa vie . Il ne veut pas de contact par téléphone actuellement et pas de visites car il a été déçu, c`est à dire les gens qui avaient contact avec lui ont arrêté et ça a été dur pour lui….

…Depuis l`entrée de la prison ,il faut environ 1/2 heure afin de faire les papiers , donner les cartes d`identités , faire les contrôles et marcher dans des passages grillagées dans la prison afin atteindre les prisonniers . La visite est de 1/2 heures seulement et ça se fait derrière une grille et vitre, nous leur parlons avec des téléphones !

…Nous avons pu voir aussi Sxxx qui doit sortir bientôt. Nous avions cherché une solution pour lui après la prison mais personne n`a accepté de le prendre car il a un sida avancé, mais grâce à Dieu depuis une semaine nous avons trouvé ce jeune de l`organisation chrétienne : xxxx [réinsertion des marginaux ] qui est à Jérusalem il a accepté d`aller le chercher à la prison ,de le prendre chez lui et de l`aider , Merci Seigneur.

… Sxxx arrête petit à petit la méthadone [drogue "légale"] mais on voit que la drogue l`a rongé et il est malade du sida , il a fait 7 ans de prison . Avant il a été longtemps dans la drogue dure . Il est nouveau croyant mais a encore des choses qui le dérangent , enfin le frère de Jérusalem veut le prendre chez lui et s`occuper de lui , lui-même a été délivré par Jésus de plusieurs années d`héroïne , il est maintenant complément libre et il est responsable d`un guest house , il veut s`occuper de Sxxxx et l`envoyer en Espagne dans un centre de réadaptation avec qui il est en contact . Sxxxx est très content de ça et touché .

Yéshoua l`aime et veut donner une vie complètement nouvelle a Sxxxx mais il faudra un miracle dans sa vie , il faut donc prier pour lui car l`ennemi n`est pas content de ça , heureusement notre Dieu est plus fort et fait des miracles , Alléluia !

Voilà quelques extraits du journal du front. Merci à ceux qui ont contribué financièrement à l’aide aux prisonniers. J’apprécie particulièrement le fait que cela fut fait en toute discrétion, comme il se doit pour un vrai soldat en Christ. Priez pour les prisonniers, car c’est la seule œuvre missionnaires en Christ que le gouvernement israélien accepte, car cela apporte de vrais résultats sur eux, ils sont plus calme et donc leur cause moins de soucis. Vous noterez que la première personne à avoir suivi le Seigneur au Paradis fut un brigand. Ne reproduisez pas cet l’article et pour ceux qui veulent contribuer, contactez moi personnellement.  




De la nuit de Noël à la veille de l’Epouse

26122010

Le second oracle papal de Noël, est pour la ville et le monde. Benoît XVI a prononcé sa bénédiction urbi et orbi devant des dizaines de milliers de personnes rassemblées devant la basilique Saint-Pierre, au Vatican, à l’issue d’une année difficile pour l’Église, marquée par des scandales de pédophilie. La bénédiction urbi et orbi (à la ville et au monde), est, dans la liturgie catholique, une bénédiction solennelle prononcée par le pape à Noël, à Pâques et en de rares autres occasions.

noel2010pape02.jpg
Le souverain pontife s’est exprimé dans plus de 60 langues. « Que le Christ sauveur vous garde dans l’espérance, qu’il vous fasse le don de la paix profonde », a-t-il déclaré en français.

Benoît XVI a également réitéré son appel au dialogue entre Israéliens et Palestiniens

« Puisse la lumière de Noël resplendir de nouveau sur cette Terre où Jésus est né et inspirer Israéliens et Palestiniens dans leur recherche d’une cohabitation juste et pacifique! (…) Que l’annonce consolante de la venue de l’Emmanuel allège leur douleur et réconforte dans leurs épreuves les chères communautés chrétiennes en Irak et dans tout le Moyen-Orient« , a déclaré le Pape Benoit XVI.

Ça c’est pour entretenir l’esprit de Noël. Mais dans les faits voilà la vraie position du Vatican.

Israël ne peut pas s’appuyer sur le terme de « Terre promise » figurant dans la Bible pour « justifier le retour des juifs en Israël et l’expatriation des Palestiniens ». C’est ce que déclare  le Vatican qui explique qu’il « n’est pas permis de recourir à des positions bibliques et théologiques pour en faire un instrument pour justifier les injustices ». Le synode pour le Moyen-Orient, réuni par le pape, demande qu’il soit mis fin à l’occupation israélienne des « différents territoires arabes ». http://schoenel.unblog.fr/2010/10/25/croisade-synodale-antiisraelienne/

La position du Vatican est clairement la séparation du pays en deux Etats et une mainmise sur Jérusalem. Pour rester dans les positions du Vatican j’aimerais revenir sur le morceau d’anthologie papale de la nuit de Noël. Le Vatican prétend se référer à Esaïe 9 : 4  (9-3) Car le joug qui pesait sur lui, Le bâton qui frappait son dos, La verge de celui qui l’opprimait, Tu les brises, comme à la journée de Madian. 5  (9-4) Car toute chaussure qu’on porte dans la mêlée, Et tout vêtement guerrier roulé dans le sang, Seront livrés aux flammes, Pour être dévorés par le feu.

6  (9-5) Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. 7  (9-6) Donner à l’empire de l’accroissement, Et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, L’affermir et le soutenir par le droit et par la justice, Dès maintenant et à toujours : La jalousie de l’Éternel des armées fera cela.

On ne peut dissocier la première partie du texte de la seconde, qui annonce le règne du Christ à partir de Jérusalem et l’affermissement du royaume. Mais avant, le temple doit être rebâti et l’antéchrist avec son faux prophète doit y être intronisé, voilà l’œuvre qui doit être accomplie par cette génération perverse.  1 Th 5 : Pour ce qui est des temps et des moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous en écrive. 2  Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. 3  Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. 4  Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ; 5  vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres. 6  Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres.




Le message de Noël de Benoît XVI

25122010

Le mot Léviathan est mentionné par Rashi dans ses commentaire sur la genèse 1:21 : « Dieu a créé grands monstres de mer – Taninim. « Jastrow traduit le mot « Taninim » en tant que « monstres de mer, crocodiles ou grands serpents « . Le léviathan (de l’hébreu: לויתן, liwjatan) est un monstre marin évoqué dans la Bible, dans les Psaumes (74,14 et 104, 26), en Isaïe, 27, 1 et au Livre de Job (3:8 et 40:25 et 41:1). Ce nom désigne un monstre colossal, dragon, serpent et crocodile, dont la forme n’est pas précisée ; il peut être considéré comme l’évocation d’un cataclysme terrifiant capable de modifier la planète, et d’en bousculer l’ordre et la géographie, sinon d’anéantir le monde. Si on reprend la symbolique de la mer représentée dans l’Apocalypse 17:15  Et il me dit : Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues. Alors ce qui s’y meut sous la forme du dragon, ne peut symboliquement représenter que le diable, le serpent ancien.

Le cri du léviathan/crocodile de l’hébreu: לויתן , est le vagissement. Qui donne le verbe vagir. On a coutume de dire que le mot Vatican doit son nom aux oracles (vaticinia) qui s’y rendaient fréquemment, et que l’on croyait devoir à la divinité qui préside à ce quartier de Rome. On appela Vaticanus deus, le dieu qui présida aux premiers accents de la voix humaine, car dès l’instant que les enfants viennent au monde, ils prononcent la première syllabe de Vatican ; c’est ce que nous appelons vagir, terme qui exprime le premier son qui sort de la bouche des nouveau-nés. L’Etat de la Cité du Vatican ne date que de 1929, mais l’histoire du lieu remonte donc à la plus haute antiquité. À l’Est du Janicule, entre cette colline et le mont Mario actuel, s’étend ce que l’on appelait dans l’antiquité l’ager Vaticanus, qui se compose d’une petite plaine aux bords du fleuve se relevant à quelque distance en une colline d’une faible élévation. Selon les étymologistes anciens, ce nom de Vaticanus tirerait son origine du mot Vaticinium = oracle, parce que beaucoup de devins ont habité de ce côté.

Lorsque le Léviathan vagit, sa voix résonne comme celle de l’oracle d’un faux prophète qui proclame le message de son maître. Ainsi lorsque Joseph Alois Ratzinger l’ancien préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, anciennement fondée sous le nom de Sacrée congrégation de l’inquisition romaine et universelle, devenu pape alors que ce titre est condamné explicitement par Jésus Mt 23:9  Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux, s’exprime, on peut être certain d’entendre une autre voix que celle du Christ, surtout le jour de Noël. Rappelons qu’au Moyen-Age l’inquisition combattit les hérétiques juifs et chrétiens avec la volonté farouche de les exterminer, ce qui valut au catholicisme d’apparaitre sous ces termes dans la Bible : Ap 17 : 4  Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. 5  Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. 6  Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.  

noel2010pape.jpg
Cette année le Léviathan est prolixe, car ses vagissements vont résonner par trois fois dans la cour des oracles vaticanes. La fête de Noël est célébrée cette année par trois grandes interventions de Benoît XVI. Hier, il est apparu quelques instants à une fenêtre de ses appartements dominant la place Saint-Pierre pour allumer une bougie représentant « la lumière et la paix » et saluer la foule venue assister au spectacle, sous la pluie. L’adversaire répond à sa manière aux symboles affichés sur le blog. Suivons la logique du premier oracle. Le pape Benoît XVI a condamné dans des termes très durs ceux qui sèment la violence et la guerre dans le monde, vendredi soir en célébrant la messe de la nuit de Noël à la basilique Saint-Pierre de Rome. « Seigneur, réalise totalement ta promesse: brise les bâtons des tortionnaires, brûle les chaussures bruyantes, fais que finisse le temps des manteaux couverts de sang« , a déclaré le pape dans son homélie, devant les milliers de fidèles assemblés dans la basilique au Vatican.

Nous sommes là dans la logique du langage spirituel et il convient de « voir » ce qu’il y a au-delà des mots. L’expression brise les bâtons des tortionnaires renvoie à Esaïe 14 : 5  L’Eternel a brisé le bâton des méchants, La verge des dominateurs. 6  Celui qui dans sa fureur frappait les peuples, Par des coups sans relâche, Celui qui dans sa colère subjuguait les nations, Est poursuivi sans ménagement. Ce texte s’intègre dans le champ plus vaste de tout le chapitre 14 qui révèle Satan sous les traits du roi de Babylone. C’est dans ce texte que le premier nom du diable est révélé. 12  Te voilà tombé du ciel, Astre brillant, fils de l’aurore (hélél bén shakhar) ! Tu es abattu à terre, Toi, le vainqueur des nations ! http://lettrealepouse.free.fr/menora/babylone%202/bab02.htm

Concernant ce nom, « fils de l’aube », et pas Astre brillant, fils de l’aurore,  il convient de démonter une incroyable supercherie initiée à l’origine par l’église catholique romaine qui tient absolument à faire de Satan un porteur de lumière. Les catholiques ont traduit directement de l’hébreu au latin, ben shakhar en « fils de l’aurore » et par analogie en « étoile du matin », puis par contraction en Lucifer. L’étymologie de Lucifer en latin est, lux (lumière) dont le génitif lucis est accolé à ferre (qui veut dire porter en latin), soit luciferre qui donne ce nouvel éponyme. La traduction française est, portant lumière ou porteur de lumière pour le mot d’origine du septante en grec «phosphoros ». Satan par ce subterfuge devient un porteur de lumière. Le diable ambitionne donc d’usurper au Christ sa divinité, en s’appropriant ses symboles. Ceci explique l’allumage de la bougie par le pape.

En s’exprimant la nuit de Noël par la voix du pape, le diable délivre implicitement un message inspiré de cette traduction : Martin Bible (1744) Comment es-tu tombée des cieux, Etoile du matin, fille de l’aube du jour? toi qui foulais les nations, tu es abattue jusques en terre. En hébreu l’étoile du matin désigne Vénus, mais dans l’Apocalypse c’est de Jésus dont il est question, Malachie 4 : 2 Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera Le soleil de la justice, Et la guérison sera sous ses ailes; Vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d’une étable. L’étoile pourpre, symbole d’autorité sur les nations est l’apanage du Fils de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, l’oint de Dieu et Messie d’Israël, lumière du monde et roi des rois. Apocalypse 22:16 Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Eglises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin.

Comme toutes les valeurs bibliques sont inversées la nuit de Noël, l’oracle du pape l’est aussi. Il faut donc traduire le message ainsi : Moi Satan, qui usurpe le titre d’Etoile du matin au Christ Jésus, Dieu fait homme, je proclame cet oracle : (JE) brise les bâtons des tortionnaires (Le jubilé libère les esclaves. Luc 4 : 18-19 L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur), (JE) brûle les chaussures bruyantes (Éphésiens 6:15 mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix), (JE) fais que finisse le temps des manteaux couverts de sang » (Ap 7:14  Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l’agneau).

Le message est limpide, car en se superposant ainsi aux valeurs les plus saintes que représentent le Messie et son Epouse, Satan déclare la guerre au Christ et ses saints !




NO ‘EL’ avec ou sans Dieu ?

24122010

Shabbat ou messe de minuit ? Retour à l’idolâtrie de Noël ou sanctification du shabbat ? Allumerez-vous les bougies du sapin ou celles du shabbat ? Bûches de Noël ou brioches ? Chants de Noël ou cantiques ? Il va falloir faire des choix, car le temps de la patience est terminé. Choisissez entre Dieu et César, l’ombre et la lumière, la vie et la mort. Le monde occidental et chrétien est en crise car il vit son jugement, et ce ne sont que les premiers soubresauts des vraies douleurs à venir. Alors suivrez-vous toujours et encore la Grande Prostituée et son faux prophète, la Reine du ciel et son fils solaire ? Si tel est votre choix, alors sachez que votre monde porte un nom biblique, BABYLONE.

noelbougie.jpg

Aujourd’hui je me permets de décomposer le nom Noël entre la préposition anglaise NO qui signifie SANS et  qui marque la négation, la privation, l’absence ou l’exclusion d’une personne ou d’une chose, avec le nom sémitique de la divinité qui se dit EL. Si vous fêtez Noël, alors vous participerez aussi en esprit à la messe de minuit célébrée par le pape à Rome car dans cette fête tout est lié, mais également avec le message de Noël et la bénédiction « Urbi et Orbi » (à la ville et au monde) samedi midi, de même que la messe pour la journée mondiale de la paix. Le rôle antéchrist de l’Eglise universelle de Rome ne consiste pas uniquement à détourner les chrétiens de l’Evangile et du Seigneur Jésus-Christ pour les lier à la Reine du ciel, ou à bâtir une Union européenne dénommée la Bête dans l’Apocalypse, mais elle ambitionne également par ses appels répétés à la paix, à revendiquer une autorité sur Jérusalem en soutenant les palestiniens contre Israël.

Voulez-vous être jeté à terre comme le fut le pape l’année dernière pour la célébration de la messe de minuit ? Car nous sommes dans une bataille spirituelle et religieuse où l’enjeu est la domination du monde sans partage. Les forces du mal jettent toutes leurs forces dans ce combat. Par l’endettement massif des pays occidentaux le diable qui règne sur la finance mondiale, lie et enchaîne le monde chrétien par des pactes comme celui de stabilité et de croissance qui impose aux États de la zone euro une cure d’austérité massive pour sauver la monnaie frappée du sceau marial. En inondant le monde d’œuvres à la gloire de Satan, comme Harry Potter le sorcier, qui est devenu le livre le plus lu après la Bible. Ou encore en soumettant le monde à l’industrialisation et la technique, ce qui a pour effet d’empoisonner tout ce qu’on mange, boit ou respire.

Si vous êtes acteur dans ce monde maudit, vous êtes condamné, si vous vous dites cela ne me regarde pas et je ne fais rien, vous êtes aussi condamné, car le système vous absorbe et intègre à son corps, que vous le vouliez ou non. Il n’y a qu’un engagement volontaire et déterminé à intégrer le corps de Christ et rejoindre l’Epouse véritable, qui vous préservera et sauvera de la colère de Dieu. Reconnaitre sa condition de pécheur, se baptiser au nom de Jésus, renoncer au œuvres mortes, honorer le jour du Seigneur, pendre la sainte cène, bref vivre l’évangile vous extrait de ce monde en vous intégrant dans le royaume de Dieu. Les vertus chrétiennes ne peuvent se satisfaire d’être revêtues juste pour la nuit de Noël, ou on est chrétien tous les jours en portant le Saint Esprit dans le temple de notre corps à chaque instant, ou vous vivez sans Dieu. ‘NO-EL’

Jean 3 : 13  Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel.

14  Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé,

15  afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.

16  Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

17  Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

18  Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

19  Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.

20  Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ;

21  mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu.

chabbatchalom.jpg




Le trésor des sages – partie 2

19122010

Alors que le système politico-religieux de la Bête de l’Apocalypse est en passe d’être restauré, il convient de définir formellement une position personnelle qui soit une réponse claire aux autorités spirituelles et temporelles de ce monde. La puissance de Rome restaurée aujourd’hui, représente le septième royaume annoncé en Apocalypse 17 et qui n’est rien d’autre que l’Union européenne associée à l’Union méditerranéenne. Les dénominations chrétiennes ne voient rien et laissent faire ou évacuent le problème ou attendant l’enlèvement. L’aveuglement est la caractéristique de l’Eglise de la fin des temps, la vierge folle qui dort dans la nuit, quand à l’enlèvement, il arrivera au dernier jour et n’épargnera pas à l’Epouse la confrontation avec l’antéchrist. Si on écarte le laissez-faire, il reste la collaboration active avec les catholiques ou la résistance en Christ.

Les enfants de Dieu, comme le fut Jésus en son temps, doivent être le reflet parfait de la Parole divine afin qu’elle devienne chair et prenne vie en nous. C’est notre détermination par la foi, qui marque comme un sceau notre appartenance au royaume de Dieu ou de la Bête. «Que les commandements que je te prescris aujourd’hui soient gravés dans ton cœur ; tu les inculqueras à tes enfants, tu en parleras constamment, dans ta maison ou en voyage, en te couchant et en te levant. Attache-les en signe sur ta main, et porte-les comme un fronteau entre tes yeux (Deutéronome 6:4-9). Si cette loi qui est supérieur à toutes les lois  ne s’applique pas à vos existences, alors c’est celle-ci qui lui est inférieur s’applique. Apocalypse 13:16  Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, 17  et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

Aujourd’hui comme par le passé, face au royaume de Dieu nous sommes confronté à ce choix Deutéronome 30:19  J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité.  Cette année le hasard du calendrier oppose le shabbat à l’esprit de Noël et force donc au choix du seigneur que l’on veut servir. Ce jour permet également de choisir à qui nous allons donner nos trésors, à la nouvelle Rome ou à Dieu. J’ai donc soumis cette question personnellement au Seigneur et voici la réponse qui me fut donnée. « Maître, nous savons que tu parles et enseignes de façon correcte, que tu es impartial et que tu enseignes les chemins de Dieu selon la vérité. Nous est-il permis oui ou non de payer l’impôt à César ? » Pénétrant leur fourberie, Jésus leur dit : « Faites-moi voir une pièce d’argent. De qui porte-t-elle l’effigie et l’inscription ?  » Ils répondirent :    « De César ». Il leur dit : « Eh bien, rendez à César    ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » » (Lc 20, 20-26 ; Mc 12, 13-17 et Mt 22, 15-22).

ledenierdecsar.jpg

À relire les évangiles, nous nous trouvons devant un paradoxe : alors que Jésus semble relativement ouvert à ceux qui exercent à son époque le pouvoir politique, il se montre intraitable vis-à-vis de ceux qui exercent le pouvoir religieux. Si Jésus parle volontiers des grands de ce monde, de leur luxe, de leurs festins et de leurs guerres, s’il dénonce leur prétention à se faire appeler « bienfaiteurs », jamais on ne le voit contester le pouvoir de l’empereur ou du roi Hérode Antipas. Tout au plus affirme-t-il à ceux qui lui apprennent qu’Antipas veut le tuer, que rien ne l’empêchera d’accomplir sa mission ou, lorsqu’il avertit les siens qu’ils auront à comparaître devant les gouverneurs et les rois, que les persécuteurs ne pourront rien contre eux.

Jésus ne donne pas de directives proprement politiques à ses disciples, pas plus qu’il ne demande aux publicains ou aux centurions qu’il rencontre d’abandonner le service de l’État. Il invite à aimer et à prier pour ses ennemis (Lc 6, 27-35). Ainsi, lorsqu’on vient l’arrêter, ordonne-t-il à ses disciples de ne pas utiliser les armes et il proteste contre ceux qui le prennent pour un brigand (Lc 22, 47-53). Certes, le message de Jésus et ses appels à la justice ou à l’amour des ennemis ont des incidences sur la réalité politique. Mais il faut reconnaître qu’en tant que messager et artisan du Royaume de Dieu, il n’a jamais prétendu que son pouvoir se substituait à celui des rois de ce monde (voir Lc 4, 5-6 ; Ac 1, 6). Un passage mérite ici notre attention, celui du denier à César. « Eh bien, rendez à César    ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu »

D’une certaine manière, le Seigneur recadre habillement les choses, en dépossédant le caractère divin du culte impérial qui avait divinisé César en ce temps-là, pour lui donner une dimension purement temporelle et non plus spirituelle. Le second message qui est attaché en filigrane dans la réponse du Christ est celle-ci : « Le Seigneur donne toute autorité à César sur la terre d’Israël, car ceux qui y habitent, n’adorent pas le Dieu d’Israël en esprit et en vérité. S’opposer à cette volonté, c’est s’opposer à la volonté de Dieu. » Pour avoir voulu ignorer cette volonté du Christ, la génération suivante sera déportée à Rome, le pays rayé de la carte, le temple détruit et son trésor payera le Colisée de Rome. La chose est développée par l’apôtre Paul.

« Que chacun se soumette aux autorités en charge. Car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent sont constituées par Dieu. Si bien que celui qui résiste à l’autorité se rebelle contre l’ordre établi par Dieu. Et les rebelles se feront eux-mêmes condamner. En effet, les magistrats ne sont pas à craindre quand on fait le bien, mais quand on fait le mal. Veux-tu n’avoir pas à craindre l’autorité ? Fais le bien et tu en recevras des éloges ; car elle est un instrument de Dieu pour te conduire au bien. Mais crains, si tu fais le mal ; car ce n’est pas pour rien qu’elle porte le glaive : elle est un instrument de Dieu pour faire justice et châtier qui fait le mal. Aussi doit-on se soumettre non seulement par crainte du châtiment, mais par motif de conscience. N’est-ce pas pour cela que vous payez les impôts ? Car il s’agit de fonctionnaires qui s’appliquent de par Dieu à cet office. Rendez à chacun ce qui lui est dû : à qui l’impôt, l’impôt ; à qui les taxes, les taxes ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l’honneur, l’honneur » (Rm 13, 1-7).

Replaçons le passage dans son contexte. Paul vient d’exhorter les chrétiens de Rome à  « ne rendre à personne le mal pour le mal, ayant à cœur ce qui est bien devant tous les hommes, en paix avec tous si possible, autant qu’il dépend de vous » (Rm 12, 17-18). Il a défini les rapports et les devoirs concrets de chaque chrétien vis-à-vis des autorités, en particulier magistrats et percepteurs des taxes. Il enchaîne maintenant sur la seule attitude possible : « Que chacun se soumette aux autorités en charge » (Rm 13, 1).

Pour Paul, cette soumission répond à un ordre voulu par Dieu « car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu… » En  insistant sur la nécessité de payer les impôts ou les taxes, il lui importe que soient accomplis les devoirs civiques. Le bon citoyen n’a rien à craindre, les « rebelles » si. Dans un monde marqué par une conception de l’autorité héritée de l’Ancien Testament et d’une certaine culture grecque, Paul dit aux chrétiens de Rome qu’ils ne peuvent se placer ni au-dessus ni à côté de ceux qui exercent le pouvoir. Les autorités et les institutions civiles ne sont pas mauvaises. Reflets de la Puissance divine, elles participent même à son œuvre.

Et aujourd’hui, qu’en est-il ? Nous sommes dans une situation parfaitement identique, mais dans des rôles inversés. La question n’est plus posée aux juifs, mais aux chrétiens : « Maître, nous savons que tu parles et enseignes de façon correcte, que tu es impartial et que tu enseignes les chemins de Dieu selon la vérité. Nous est-il permis oui ou non de payer l’impôt à César ? » La Bête de l’Apocalypse est la reconstitution de l’empire romain, qui lui-même est la réponse de Dieu aux chrétiens d’Europe qui se sont détournés de Sa volonté pour accomplir celle de Satan et l’adorer. Ne voulant  plus servir le Seigneur et lui rendre le culte qui lui est dû, l’Eternel les soumet à l’ennemi, le diable à qui ils doivent se soumettre et rendre un culte nouveau, jusqu’à les contraindre par la force : Ap 13:16  Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, 17  et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

Nous avons aujourd’hui le sceau de la couronne mariale apposé sur tous les symboles d’autorités en Europe, le politique et le monétaire. Toute personne est contrainte à sa soumission, car ainsi le veut le Seigneur. Pour s’en extraire il existe un moyen simple auquel le Seigneur a pourvu, la conversion. Du temps de Jésus cela revenait à prendre du trésor du temple pour le donner à César par le biais de l’impôt, alors qu’aujourd’hui il suffit de faire l’inverse. (J’interromps la poursuite de mon exposé, car au moment précis où j’écrivais le mot ‘inverse’,  tout c’est inversé dans mon texte et c’est en hébreu en partant de la droite vers la gauche que le texte c’est poursuivi, alors que je ne sais même pas comment on effectue cette opération  dans mon traitement de texte ???. J’ai dû annuler la mise en forme pour revenir au texte en français. Clairement le Seigneur est intervenu pour soutenir cette lettre aujourd’hui, un miracle de plus, parmi ceux qu’Il effectua cette semaine).

Puisque le Seigneur a pris le relais, le reste sera ainsi dit l’Eternel !

Voici le choix que je mets devant vous :

50shekalim.jpg Le trésor des sages - partie 2 dans religion moz-screenshot

billet5euros1 dans religion

Aujourd’hui Israël représente la partie émergée d’un iceberg qui dans sa partie profonde révèle que le temps des nations touche à sa fin et que le temps de la fin débute. La restauration de cette nation fut annoncée par Jésus et de nombreux prophètes, il signifie aussi qu’un temps de grâce est accordé aux juifs afin qu’ils puissent reconnaitre leur Messie en Yeshoua. Comme chrétiens, il nous appartient de soutenir et d’accompagner cette œuvre divine dans nos prières et nos actes au quotidien.

Puisque l’impôt permet d’une certaine manière de se déterminer spirituellement par rapport aux autorités, tant spirituelles que temporelles, notre famille a fait le choix de manière collective de payer ses impôts à Israël, puisque le système fiscal français le permet. Le principe est le suivant: Les dons ou cotisations accordés sans contrepartie au profit de certains organismes (organismes d’intérêt général, fondations ou associations reconnues d’utilité publique, partis politiques) peuvent faire l’objet d’une réduction d’impôt. http://vosdroits.service-public.fr/F426.xhtml . Pour bénéficier de dons, les organismes doivent respecter certaines conditions : être à but non lucratif, avoir un objet social ou une gestion désintéressée, ne pas fonctionner au profit d’un cercle restreint de personnes. Ce qui est le cas du KKL de France, représentant français de Keren Kayemeth LeIsraël (fonds national juif, littéralement : « fonds pour la création d’Israël ») Le KKL de France a pour mission essentielle de collecter des fonds en France en vue de réaliser des projets concrets en Israël (plantation de forêts, construction de réservoirs d’eau, d’aires de jeux ou de repos, de routes de sécurité, d’infrastructures diverses…). http://www.kkl.fr/Les-realisations-du-KKL-uid590.html

kkl.jpg

Pour ce qui nous concerne, la décision fut prise pendant les fêtes de l’Eternel en septembre et se concrétisera par la plantation de 3000 arbres près de Jérusalem dans le parc de France-Adoulam avec mise en place d’une stèle pour marquer l’évènement en faisant un don au KKL. Cela augmente nos impôts indirectement de 50% pour le Seigneur, mais les réduits à zéro pour financer la Bête en Europe, car le don est déductible des impôts. Ce fut notre décision à l’époque, mais c’est approuvé par le Seigneur aujourd’hui.

Alors aujourd’hui, où allez-vous placer votre trésor en cette période de Noël ?




Le trésor des sages – partie 1

14122010

Alors que le monde se prépare à déverser ses richesses aux pieds de Mithra et de la Reine du ciel pendant la nuit de Noël, que vont faire les fils de Dieu cette nuit-là ?

Cette année un heureux hasard joint le shabbat à la fête antéchrist de Noël, c’est donc le jour parfait pour se détourner de l’idolâtrie et du paganisme ambiant pour revenir en toute pureté vers le Seigneur et l’honorer pour le Shabbat. Mais que va-t-on faire de notre trésor ?

J’ai donc posé cette question au Seigneur et me suis promis de suivre à lettre sa Parole : Malachie 3 : 10 Apportez toutes les dîmes aux lieux ordonnés pour les garder, et qu’il y ait provision dans ma maison; et dès maintenant éprouvez-moi en ceci, a dit l’Eternel des armées, si je ne vous ouvre les canaux des cieux, et si je ne répands en votre faveur la bénédiction, en sorte que vous n’y pourrez point suffire. Dans le cadre de la Loi, le but premier du système de la dîme était le soutien du temple et de la prêtrise d’Israël. Par conséquent, l’obligation de prélever des dîmes cesserait lorsque l’alliance de la Loi mosaïque arriverait à son terme après avoir été accomplie grâce à la mort du Christ sur le poteau de supplice (Ép 2:15 ; Col 2:13, 14). Il est vrai que les prêtres lévitiques continuèrent à servir au temple de Jérusalem jusqu’à sa destruction en 70, mais à partir de 33, les chrétiens étaient devenus membres d’une prêtrise nouvelle et spirituelle qui n’était plus entretenue par des dîmes. — Rm 6:14 ; Hé 7:12 ; 1P 2:9.

Le Seigneur ne s’est pas opposé au principe, car au moment où ils arrivent à Capernaüm, Jésus et les disciples rencontrent les agents qui percevaient l’impôt pour le temple, probablement celui que Moïse avait prescrit en Exode 30, 11-16, ou peut-être celui fixé par Néhémie (10, 32-33). Les receveurs de ces didrachmes demandent à Pierre: «Votre maître ne paie-t-il pas les didrachmes? Il dit: oui». Par cette réponse spontanée, Pierre, sans consulter son maître, le met au rang des Juifs zélés. Dans le système politique et religieux officiel, il ne veut pas qu’on traite son maître comme un étranger. D’ailleurs le Seigneur en tant qu’homme, né sous la loi, dans son chemin d’obéissance et d’humiliation, se soumettait aux ordonnances et aux autorités en place. Dès son entrée dans la maison, Jésus, selon sa divine connaissance de toutes choses, s’adresse à Pierre: «Que t’en semble, Simon? Les rois de la terre, de qui reçoivent-ils des tributs ou des impôts, de leur fils ou des étrangers? Pierre lui dit: Des étrangers. Jésus lui dit: Les fils en sont donc exempts. Mais, afin que nous ne les scandalisions pas, va-t’en à la mer, jette un hameçon, et prends le premier poisson qui montera; et quand tu lui auras ouvert la bouche, tu y trouveras un statère; prends-le, et donne-le-leur pour moi et pour toi.» Ici le Seigneur associe son disciple avec Lui dans sa dignité de fils. Pierre comme chef de l’Eglise représente l’Epouse de Christ et dans ce cas l’Epoux pourvoit à la charge de l’Epouse.

tresortemple.jpg

C’est épisode de la vie de Jésus nous enseigne qu’il est une attitude à avoir face aux autorités de ce monde et une autre face à celle de notre Père dans le ciel. Bien qu’étant roi et identifié au temple lui-même, Jésus laisse le choix à chacun de se déterminer par rapport à ce qu’Il représente. L’impôt du Temple, pour un juif, était d’un demi-sicle d’argent par an. A l’époque de Jésus les Juifs ne pouvaient pas frapper des pièces d’argent et devaient donc utiliser les pièces romaines ou grecques. Pour le temple ils n’utilisaient que le sicle de Tyr. En effet les juifs ne voulaient pas du statère romain avec un empereur divinisé, ni de la tétradrachme grecque qui leur rappelait la profanation du temple par Antiochus Epiphane; Il ne leur restait plus que le sicle de Tyr (le plus pur en argent) mais qui portait d’un côté l’effigie du dieu de la ville: Melquart, et de l’autre un aigle avec l’inscription: « de Tyr, lieu saint et sanctuaire ». N’ayant pas le droit de frapper des pièces en argent ils se contentaient de cela.

Le culte de Baal Melkart est introduit à Samarie par Jézabel, dans le but de nier le fait que Yahvé soit le seul dieu d’Israël. Comme fils du dieu sémitique El le grand taureau, il est représenté par un veau, les fameux veaux d’or bibliques, dont il représente le principe. A Tyr, il est vénéré tout à la fois comme un dieu solaire et comme le dieu du commerce. Tous les ans on lui brûlait un bûcher d’où l’on faisait voler un aigle, symbole du phénix, qui devait revenir au bout de chaque grande année. Cette fête du phénix, instituée en l’honneur de Melqart et célébrée probablement aux environs de l’équinoxe du printemps, était une des fêtes les plus solennelles. Melkart mêlé au Phénix, symbolise la résurrection de toute la nation au travers de son dieu. C’est une préfiguration satanique de l’œuvre de Jésus sur son Epouse divine, qui meurt et renaît par le baptême et qui aussi appelé le soleil de justice, l’étoile du matin. Malachie 4:2  Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera Le soleil de la justice, Et la guérison sera sous ses ailes; Vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d’une étable…

On ne peut que féliciter le choix extrêmement judicieux des prêtres qui choisirent le sicle de Tyr comme monnaie du temple, au moment où le Messie d’Israël s’y tenait, Lui qui représentait le temple et la monnaie en circulation son contraire antéchrist. La charge symbolique et spirituelle de tout ce commerce ne pouvait qu’enflammer la colère du Seigneur. “12 Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons. 13 Et il leur dit: Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs.” (Matthieu 21 : 12 – 13).

Le lendemain, la surprise étant passée, des gens mécontents de s’être fait bousculer avaient réussi à mobiliser les responsables du Temple et les pharisiens qui ne se privèrent pas d’interpeler Jésus assez rudement : « As-tu un signe à nous donner qu’il te revient à toi de prendre soin du Temple de cette façon-là? » Jésus leur répondit avec des mots qu’ils reçurent comme un défi: « Essayez de détruire ce Temple de Dieu et je le relèverai en trois jours. » Trop aigris par la fermeté de Jésus qui les affrontait, ils ne lui demandèrent pas quel sens avaient ses paroles; ainsi ils ne surent jamais qu’il faisait référence à son corps plutôt qu’au monument de pierre. Partant de ce qu’ils avaient compris, ils répliquèrent: « Ce temple construit en quarante-trois ans par nos ancêtres, tu ne nous feras pas croire que tu peux le relever en trois jours! » Puisqu’ils ne cherchaient pas à comprendre le vrai sens de sa parole, Jésus jugea inutile de répondre et les quitta. Aujourd’hui cette parole est accomplie.

Mais vous actuellement, quel temple bâtissez-vous et avec quelle monnaie ?




Le trésor des mages

12122010

Mt 6:21  Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

Cette année il n’y aura pas de « bataille de Noël« , comme l’année dernière,  contre ce puissant esprit antéchrist qui gagne tant les cœurs que les esprits dans le monde occidental dit chrétien. Laissons donc le monde soigner avec Lilith son cholestérol et son diabète, à coup de doses massives de foie gras et de Châteauneuf du Pape, pour revenir à l’actualité du moment.

albrechtroismages.jpg

Le combat spirituel dans lequel est plongé notre monde est intense et le nerf de cette guerre est pour le diable l’argent. Aujourd’hui son trône est à Bâle à la BRI, car en contrôlant celle-ci il contrôle le monde, mais de tout temps le diable c’est appuyé sur la richesse pour corrompre le monde, il a même essayé grossièrement avec Jésus en lui offrant la richesse et la gloire en échange de sa soumission. En règle générale les cadeaux d’argent du diable sont toujours empoisonnés et mènent à la mort. C’est par ce biais qu’il est entré dans le cœur de Juda pour vendre son maître aux religieux, mais il a déjà essayé bien avant de détruire le Christ par le biais des mages d’Orient à sa naissance.

Noël oblige, j’aimerais revenir sur un aspect des choses qui traditionnellement est traité de manière diamétralement opposée à la mienne. Le monde va déverser ses richesses au pied de l’ashéra représentée aujourd’hui par un sapin, et qui dans l’antiquité était l’arbre planté dans les temples pour représenter la reine du ciel. La Bible indique qu’un culte lui était rendu dans le temple de YHWH. Ainsi, le roi Josias, vers -630, « ordonna [...] de retirer du sanctuaire de Yahvé tous les objets de culte qui avaient été faits pour Baal, pour Ashera et pour toute l’armée du ciel [...]. Il supprima les faux prêtres que les rois de Juda avaient installés et qui sacrifiaient [...] à Baal, au soleil, à la lune, aux constellations et à toute l’armée du ciel. [...] Il démolit la demeure des prostituées sacrées, qui était dans le temple de Yahvé[...] ». Deuxième livre des Rois, 23:4 et suivants. Sur ce blog je traite de ce sujet de long en large et en travers depuis des années, je n’y reviendrais donc pas aujourd’hui. C’est la manière dont la richesse est utilisée, qui m’intéresse aujourd’hui.

Dans le culte païen et idolâtre de Noël, le diable et les ennemis du Christ ont introduit une dimension nouvelle de la perversité au travers de la tradition des Rois mages. On appelle traditionnellement Rois mages (en fait « les mages », dans l’Évangile selon Matthieu) les visiteurs qui, ayant appris la naissance de Jésus, vinrent de pays étrangers lui rendre hommage en lui apportant des présents d’une grande richesse symbolique : or, encens et myrrhe. Il n’est nullement fait mention, dans l’évangile, qu’ils aient été trois, ni même qu’ils aient été rois. Le nombre de trois est supposé du fait que trois cadeaux aient été apportés. Il n’y a absolument aucun nom d’indiqué dans l’évangile, mais la tradition populaire dit que les trois rois Mages se nommaient Melchior, Baltazar et Gaspard.

Les rois mages venant adorer le Christ, symbolisent pour la Grande Prostituée de Rome la reconnaissance du christianisme comme religion conforme à la Tradition primordiale (à l’origine de toutes les religions, donc catholique qui signifie universelle) : les mages venant d’Orient représentent les trois pouvoirs : pouvoir royal (l’or), pouvoir sacerdotal (l’encens) et pouvoir spirituel (la myrrhe). Ces trois pouvoirs correspondent aux trois mondes représentés par les trois couronnes sur la tiare du vicaire et pape de Rome. Les mages se prosternant devant le Christ signifient que les trois pouvoirs reconnaissent l’orthodoxie du christianisme par rapport à la Tradition primordiale. Cette tiare papale, symbole d’autorité chez les perses, Strabon en dit que celles des grands de la Perse ressemblaient à celle des mages, dont la tête était enveloppée dans des bonnets de laine foulée, fait en forme de tour qui descendaient sur les joues. Par ce symbole d’autorité, le pape perpétue la tradition des mages perses qu’il remplace aujourd’hui.

tiarepapale.jpg

Les mages sont évoqués uniquement par l’Évangile selon Matthieu, mais celui-ci n’en fait pas des rois, ne leur donne pas de noms et ne précise pas leur nombre. Il signale seulement que ces mages venaient d’Orient. Il devait donc s’agir de membres d’une classe sacerdotale importante, comme il en existait alors chez les Perses, ayant à la fois un rôle politique, religieux et scientifique. En fait, les Mages formaient la caste sacerdotale des Mèdes, comme les Brahmanes sont la caste sacerdotale des Indiens. Certains Mages sont prêtres. Ils ont diverses fonctions : interpréter les songes, pratiquer la divination, sacrifier au Soleil, à la Lune, à la Terre, au Feu, à l’Eau et aux Vents, chanter la théogonie, participer au pouvoir politique, faire des sacrifices royaux, procéder à des rites funéraires. Comme le montre une sculpture de Kizkapan, ils portent un bonnet, ils officient sur un autel du feu. Le mot « mage » existe donc en Occident depuis le V s. av. J.-C. En perse, mag signifie « science, sagesse ». Héraclite (vers 500 av. J.-C.) est le premier à utiliser le mot, en énumérant « les somnambules, les mages (μάγοι), les bacchants, les ménades, et les initiés. » Hérodote, vers 420 av. J.-C., précise le sens : « Les tribus mèdes sont : les Bouses, les Parétacènes, les Strouchates, les Arizantes, les Boudiens, les Mages (μάγοι).

Les mages sont des occultistes et astrologues. À l’époque hellénistique (depuis la conquête d’Alexandre le Grand, vers 330 av. J.-C.), « on ne trouvait rien de mieux que de placer tout écrit de magie, d’alchimie, d’occultisme sous l’autorité de Zoroastre ou de quelque autre prétendu mage » (comme Ostanès). Mais Héraclite ((500 av. J.-C.) associait déjà les « mages » avec les initiés, les bacchants. Le mot français « magie » vient du latin magia, lui-même issu du grec μαγεία (mageia), « religion des mages perses », « sorcellerie ». Les mages ne sont rien d’autre que la forme sacerdotale la plus éloignée qui soit de celle que rendent les vrais serviteurs de Dieu. Les mages sont les serviteurs et adorateurs du Diable.

Esaïe 2 : 5  Maison de Jacob, Venez, et marchons à la lumière de l’Eternel ! 6  Car tu as abandonné ton peuple, la maison de Jacob, Parce qu’ils sont pleins de l’Orient, Et adonnés à la magie comme les Philistins, Et parce qu’ils s’allient aux fils des étrangers. 7  Le pays est rempli d’argent et d’or, Et il y a des trésors sans fin ; Le pays est rempli de chevaux, Et il y a des chars sans nombre. 8  Le pays est rempli d’idoles ; Ils se prosternent devant l’ouvrage de leurs mains, Devant ce que leurs doigts ont fabriqué. Les chars et chevaux dont il est question ici, représentent symboliquement le soleil et étaient placés dans les temples. Les trésors étaient donc destinés au dieu soleil magnifié par les mages. On le voit, les prophètes comme je le fais aujourd’hui, dénonçaient déjà jadis les mêmes idolâtries qu’aujourd’hui, mettant en opposition le dieu soleil à la lumière de l’Eternel.

Dans les temps les plus anciens, notamment chez les Chrétiens d’Orient, l’Épiphanie était une date plus importante que celle de Noël. Non pas parce que les Rois mages étaient jugés plus importants, mais parce que l’anniversaire de la présentation de l’Enfant Dieu au monde des hommes semblait plus essentielle que celui de sa naissance physique. Aujourd’hui, le 25 décembre s’est imposé afin que par le biais du catholicisme aucune ambiguïté ne soit plus possible et que c’est bien une fête païenne en l’honneur de Mithra qui soit célébrée et non une fête soi-disant chrétienne, mais l’Épiphanie clôt toujours dans la fête, le cycle de Noël.  Les tableaux, mosaïques ou dessins les plus anciens représentent les Rois mages en costume persan, avec des pantalons serrés à la cheville et des bonnets phrygiens qui symbolise Mithra le dieu solaire; ils offrent leurs présents selon le rite de la Perse, en tenant les offrandes dans des mains recouvertes par leurs manteaux. Ce n’est qu’à partir du IXème siècle qu’on prend l’habitude de les désigner comme des rois, avec des couronnes sur la tête.

Il est évident que toutes ses choses vous le saviez déjà, non ? Vous les ignoriez ? Ah bon ! Comme c’est curieux, vous aurait-on menti ? Mais alors que venaient faire les rois mages en Israël ? Adorer le vrai Dieu en Jésus-Christ ? Honorer un grand roi, comme ils le prétendent ?

Écrit au VIème siècle, le Livre de la caverne des trésors raconte l’histoire traditionnelle de ces mages orientaux qui seraient venus adorer le Christ peu de jours après sa naissance. L’ouvrage rappelle qu’une prophétie voulait que de l’or, de l’encens et de la myrrhe aient été déposés par Adam en Perse, sur le mont Nud (un mot qui signifie « paradis »), pour être apportés au Messie dont la venue devait être annoncée par un astre extraordinaire. De génération en génération, douze mages étaient chargés de guetter ce signe du ciel en montant tous les ans sur la montagne et en y priant pendant trois jours tout en observant le firmament. Or, deux ans avant la naissance du Christ, ils auraient aperçu une étoile ressemblant à une jeune fille portant sur son sein un enfant couronné. Ils prirent aussitôt les présents et suivirent l’étoile qui allait les mener jusqu’à Bethlehem.

Le diable qui connait parfaitement les écritures, savait donc que le Messie devait venir et naitre à Bethlehem, mais il ne savait pas quand. Cela il l’apprit le jour où Zacharie, le père de Jean Baptiste, fut rempli du Saint-Esprit, et prophétisa la venue du Messie en Luc 1. A partir de là, la machine diabolique mis en place depuis des siècles par le diable se mit en mouvement, pour honorer le fils de Dieu comme le dit la tradition ? Pas du tout, mais pour indiquer la cible à éliminer à Hérode, ce roi fou et paranoïaque, qui n’hésitera pas une seconde à faire tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethlehem et dans tout son territoire, selon la date dont il s’était soigneusement enquis auprès des mages. C’est uniquement parce que le Seigneur est intervenu, comme avec Balaam, en interdisant par songe, le seul langage qu’ils considéraient comme étant divin, qu’ils ne revinrent pas auprès d’Hérode.

Si je reviens sur cette histoire, c’est pour vous mettre garde. Ce n’est pas parce qu’une personne vient avec les bras chargés de richesses vers vous, qu’elle est animée de bonnes intentions. Aujourd’hui, pendant ces jours de fêtes, des richesses immenses vont être déposées dans les Eglises dites chrétiennes, aux pieds des sapins et offert de diverses manières à l’occasion de Noël, mais sachez que si vous participez à cela, ce n’est pas Dieu que vous honorerez, mais le diable et ceux qui le servent, ceux dont Jésus à dit : Jn 8:44  Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.   




Crise de foi

10122010

On peut s’interroger sur la nature des maux dont souffre la planète, douleurs néphrétiques ou contractions aigües, toujours est-il que le monde reste plié en deux sous la douleur.

2008 crise financière >>> 2009 crise économique >>> 2010 crise monétaire >>> 2011 grand beau temps…

L’Amérique pratique la publication de chiffres énormes comme un sport national. Ceux que publie le Daily Beast reprenant ABC news sont un coup de poing: 42 millions d’Américains  ne peuvent se nourrir sans aide et recourent aux food stamps (cartes alimentaires subventionnées). D’autant que le ministère de l’Agriculture qui mesure ce chiffre depuis 1995 a constaté son explosion depuis 2008. En un an, 10 millions de personnes en plus dans les banques alimentaires ou magasins dédiés. Qui eux-mêmes remarquent que ces nouveaux clients ont descendu l’escalier social sans avoir jamais pensé que cela pouvait même les concerner. Victimes de la crise, leur nombre ne peut qu’augmenter avec les prévisions de hausse des prix du secteur alimentaire en 2011.

Dans le même temps : Bill Gates et Warren Buffett ont lancé une campagne pour convaincre 400 milliardaires américains de donner la moitié de leur fortune à des œuvres de charité, à des fondations…

richpoor.jpg

Personnellement je considère que les choses sont devenues tellement grossières et caricaturales que seul un puissant esprit de mensonge et de séduction peut produire ce genre de situation. Car on est plus dans la plus stupide des bêtises possible, mais dans l’aveuglement total.  Malgré les expulsions par millions pour sauver les banksters et maintenant la distribution par millions de bons alimentaires pour perpétuer l’ignominie du born again christian George Bush qui avait fait voter des déductions fiscales que pour les plus riches.

Ap 3 : 15  Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! 16  Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. L’Amérique est vraiment devenue l’archétype de l’Eglise riche pécuniairement et ruinée spirituellement. La plus belle expression de ce vomi spirituel est le Tea Party, mélange de télé-évangélistes millionnaires  et de marchands d’armes corrompus qui s’associent pour gagner des élections. C’est la plus sinistre farce politique de ce nouveau siècle: les Républicains prennent le contrôle de la Chambre des Représentants et gagnent des sièges au Sénat, portés par une vague populiste qui n’en peut plus du statu quo et des rentes de situation pour quelques-uns à Washington. Aussitôt installés, ils oublient ceux qui les ont portés au pouvoir et décident donc de prolonger les réductions d’impôts pour les plus riches des Américains et non pour les plus modestes.

Barack Obama, à la recherche d’un compromis avec les Républicains (qui, eux, n’en veulent surtout pas), a proposé que la réduction d’impôts s’applique à tous ceux qui gagnent jusqu’à 1 million de dollars par an, soit trois fois plus que le seuil qu’il avait initialement proposé (250.000 dollars). Pour ceux qui n’accepteraient pas cette limite mise sur la table par 44th, les Démocrates ont concocté une étiquette qu’ils espèrent bien collante dans le dos de leurs adversaires: « Tax cut for millionnaires ». La phrase pourrait faire aussi mal que le « death tax » (l’impôt de la mort ») que le GOP avait trouvé pour qualifier les droits de succession au niveau fédéral. Pour le moment, les Républicains présentés souvent comme des fondamentalistes chrétiens, ne veulent pas entendre parler d’une élimination ou même d’une réduction de la déduction fiscale que George Bush avait fait voter pour les plus riches. Dans un même temps, le GOP a refusé de prolonger l’extension des indemnités chômage de longue durée pour 2 millions d’Américains.  Les Démocrates ont donc décidé de soumettre les deux mesures au vote: l’une pour ne pas prolonger la réduction d’impôts de W., et l’autre pour prolonger les indemnités chômage. On patauge dans le vomi !

Mais revenons à la cerise sur le gâteau de vomi, «The Giving Pledge». Tout est parti d’un banal dîner entre milliardaires organisé il y a plus d’un an. Warren Buffett et Bill Gates, les deux plus grandes fortunes américaines, lancent l’idée d’un mouvement réunissant les personnalités les plus riches des Etats-Unis qui s’engageraient à donner au moins la moitié de leur fortune pour des causes caritatives. Baptisé «The Giving Pledge» (la promesse de don), le mouvement prend forme l’été dernier. Le mouvement fait boule de neige. Dix-sept nouveaux milliardaires viennent de rejoindre le mouvement, parmi lesquels le co-fondateur d’AOL Steve Case, le PDG de Facebook Mark Zuckerberg, le financier Carl Icahn ainsi que Michael Milken, l’ancien cadre dirigeant de Wall Street qui fut emprisonné pour avoir enfreint la législation sur les valeurs.

On assiste en ce moment à la plus incroyable captation de pouvoir par l’oligarchie américaine, qui ne se contente plus de contrôler les médias ou les politiques, mais s’investit massivement dans la vertu et la morale, dont les règles étaient jusqu’à ce jour, clairement définis dans la Bible, pour en bouleverser les valeurs jusqu’à les rendre caduques.

Les fondations ont toujours été populaires aux États-Unis. Elles permettent aux riches de mettre leur fortune à l’abri de l’impôt et de s’afficher comme de généreux donateurs. L’éducation a toujours été une des priorités des fondations américaines. Mais selon Diane Ravitch, auteure de The Death and Life of the Great American School System, la mission et le fonctionnement des fondations a changé au cours des dernières années.

À la différence des fondations Ford, Rockefeller, Carnegie, qui se contentaient d’accepter ou refuser les projets qui leur étaient soumis, les nouvelles fondations veulent imposer leurs choix idéologiques et politiques à la société. Ces individus, que le néolibéralisme a permis de placer au-dessus des Etats démocratiques grâce notamment à un jeu démocratique totalement faussé par le déséquilibre croissant de la distribution des richesses que l’impôt devait corriger et qu’il ne fait plus, se préparent la voie et la voix pour justifier l’obsolescence de ces mêmes Etats désormais exsangues et endettés, incapables de contenir ou d’enrayer, épidémies, famines ou pauvretés, avant bien sûr de nous proposer, avec abnégation et contrition, de les remplacer.

Ils ne sont que les icônes bien mises d’une idéologie qui vise avant tout à délégitimer la représentation du collectif au profit de celle de l’individu, mais pas tous les individus, ceux qui ont réussi exclusivement, membre de leur cercle, à la fois donateurs et donataires, pour faire oublier leur existence d’appropriation gargantuesque. Aujourd’hui ils ne captent plus seulement les valeurs qui leurs étaient traditionnelles, comme le marché ou l’argent, la politique ou les médias, mais ils entrent dans le royaume des cieux avec leur arrogance superbe de demi-dieu sauveur. Aujourd’hui ces renards peuvent se vanter d’être très malin, mais il reste une Parole qui leur résiste par la pureté d’un auteur, qui lui est réellement désintéressé Mt 8:20  Jésus lui répondit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21124







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers