• Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Encore et toujours des alliances…

7122010

Ap 13:2  La bête que je vis était semblable à un léopard ; ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité.

http://schoenel.unblog.fr/2010/11/23/encore-et-toujours-des-alliances/

Après les accords militaires, viennent les accords commerciaux.

ourserusse.gif

Le rapprochement avec la Russie se poursuit. Alors que la Bête de l’Apocalypse a dévoré les ex pays de l’Est pour les intégrer dans l’Union Européenne, le rapprochement avec la Russie est la suite logique, afin que l’Histoire s’inscrive dans les écritures. Ainsi, du lion britannique à l’ours russe et unis par des alliances fragiles, la Bête sort de la mer des peuples pour paraitre en plein jour, toujours plus visible.

Le sommet Union Européenne-Russie se tiendra ce mardi 7 décembre à Bruxelles. Les présidents Van Rompuy et Barroso, accompagnés de Madame Ashton, rencontreront le président Medvedev et le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov. Ce sommet est le deuxième de ce type depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne il y a un an. Il est le premier depuis la création officielle du Service européen d’action extérieure et la décision des Chefs d’Etat et de Gouvernement des 27 Etats membres lors du Conseil européen du 16 septembre d’adopter une approche plus stratégique pour ce type de sommet.

Ce sommet s’ouvre dans une atmosphère très positive sur deux aspects clés de la relation UE-Russie :
Description : - la levée réciproque de l’obligation de visas de court-séjour : le sommet donnera l’impulsion politique ; il s’agira ensuite de travailler à la définition des étapes devant permettre de progresser vers cet objectif ;
Description : - l’accession de la Russie à l’OMC : L’Union européenne et la Russie ont finalisé mardi un accord ouvrant la voie à une adhésion de Moscou à l’OMC, a annoncé le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, en jugeant « réaliste » qu’elle puisse intervenir l’an prochain. Ce texte a été signé juste avant l’ouverture d’un sommet UE-Russie à Bruxelles, auquel participent le président Dmitri Medvedev et, côté européen, les présidents de l’UE, Herman Van Rompuy, et de la Commission. Il règle les principaux différends commerciaux qui existaient entre l’Europe et la Russie en vue de l’entrée de cette dernière dans l’Organisation mondiale du commerce. Un compromis de principe avait été trouvé à ce sujet le 24 novembre mais devait encore être formalisé. « Nous avons réalisé une percée en vue de l’adhésion de la Russie à l’OMC », a commenté M. Barroso devant la presse, ajoutant que l’éventualité de voir le pays franchir ce cap en 2011 était devenue « une perspective réaliste ».

Ces deux développements marquent des avancées significatives vers la création d’un espace économique, humain et de sécurité commune, que le président de la République Sarkozy avait appelé de ses vœux en mai 2008. Car la France attache une grande importance aux questions qui ont été évoquées : la concrétisation du partenariat pour la modernisation entre l’UE, les Etats membres et la Russie, les négociations en cours sur le futur accord UE-Russie et les questions internationales.




L’heure du bilan au Carmel

6122010

« Tous les feux ont été officiellement éteints à minuit » L’incendie qui ravageait le nord de l’Israël et plus particulièrement le parc national du Mont Carmel, a été maitrisé dimanche au bout de 76 heures. Considéré comme le plus grave incendie de l’histoire du pays, il a causé la mort de 42 personnes. Le bilan est sévère : 42 morts, 17000 personnes évacuées, 173 maisons touchées à divers degrés, dont 74 détruites totalement, 5000 hectares de forêts ravagés, 5000000 d’arbres détruits.

carmelincendie06.jpg

Lundi matin, une fine pluie tombait sur le nord de l’Israël qui a subit durant 76 heures un incendie considéré comme le plus important du pays. C’est après l’incendie que la pluie vint, après l’aide internationale qui envoya de dizaines de bombardiers d’eau. La nation a fait le choix de saisir la main tendue par l’adversaire pour lui venir à l’aide, oubliant le bras puissant de celui qui garde Israël. Il y aura un prix à payer pour cela. Vous avez oint le Carmel d’eau salée, vous boirez une eau saumâtre sous peu pour laver cela. Si vous aviez prié pour l’eau, vous auriez eu la pluie en sa saison, préservé vos forêt et des réserves pour l’été. Mais par votre entêtement vous prolongez votre propre malheur.

carmelincendie10.jpg

Une douzaine de pays, dont la Turquie, la France, les Etats-Unis ou la Grèce ont apporté une aide aux pompiers israéliens, sous la forme de bombardiers d’eau et de matériels de lutte anti-incendie comme des retardateurs de flammes. L’aide extérieure est provenue parfois de régions inattendues comme la Cisjordanie occupée, d’où le président palestinien Mahmoud Abbas a dépêché dimanche vers la région de Haïfa trois camions de pompiers après avoir eu la veille avec Netanyahu une rare conversation téléphonique qualifiée d’amicale. Beaucoup se réjouissent de cela, comme d’un formidable mouvement de solidarité internationale. Mais le pays va rapidement se rendre compte que l’adversaire va réclamer des contreparties à sa généreuse aide, déjà Satan lorgne sur Jérusalem et va réclamer son dû

Alors que les médias reprennent en cœur la minuscule aide palestinienne et que toute l’attention était rivée sur le méga-incendie du Carmel, personne ne prêtait attention au fait qu’une vague de tentatives d’incendies s’étendait jusqu’au Néguev en passant par Jérusalem. Si le départ de l’incendie du Carmel est le fait d’une négligence de la part de deux adolescents, il en va tout autrement des différents tentatives criminelles qui émaillèrent le weekend.  http://observatoiredumoyenorient.blogspot.com/2010/12/les-incendies-criminels-se-multiplient.html

Outre le bilan matériel, un bilan spirituel doit être dressé et il s’avère aussi désastreux que celui de l’administration dans son équipement pour lutter contre les incendies. Le Carmel est un haut lieu symbolique dans la Bible et dans le pays. Aujourd’hui la moitié n’est que cendres, comme la moitié du pays qui n’honore plus son Dieu. Revenir à la Parole de Dieu ne peut être que salutaire aux juifs dans ces moments de détresse. Alors voilà quelques rappels utiles.  

Ca 7:5 Ta tête est élevée comme le Carmel, Et les cheveux de ta tête sont comme la pourpre ; Un roi est enchaîné par des boucles ! …

La belle du Cantique des cantiques est comme une Epouse divine dont la tête serait comme le Carmel. Ce verset renvoie ensuite à l’idée que cette tête est destinée à porter la couronne, mais elle peut selon les circonstances recevoir de la cendre. Lors d’un deuil ou de situations douloureuses, on répandait des cendres sur la tête. Dans un contexte d’un deuil ou de souffrance, les cendres sont parfois accompagnées ou remplacées par de la poussière et jointes à un déchirement de vêtement qui nous montre comment la personne est elle-même déchirée par ce qui se passe. Mettre des cendres sur sa tête ou s’asseoir sur un tas de cendre peut aussi signifier la repentance et la conversion. Ce geste montre qu’on veut changer notre façon d’agir. Aujourd’hui le Carmel est moitié cendres et moitié vie, il représente les deux choix qui s’offrent au pays.

Esaïe 61 : 1 L’esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, Car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance ; 2  Pour publier une année de grâce de l’Eternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu ; Pour consoler tous les affligés ; 3  Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Eternel, pour servir à sa gloire.

Dans Luc 4, c’est ainsi que le Mashia’h d’Israël entame son ministère. Il offre la vie à la place du deuil, la joie à la place des larmes et appelle son peuple à entrer dans Son shabbat. La moitié du Carmel n’est plus que cendres, mais il reste l’autre moitié, qui appelle au renouveau et à l’espoir. Alors peuple de Sion écoute encore la voix d’Elie qui vous crie du haut du Carmel, jusqu’à quand clocherez-vous entre les faces du Carmel, entre la cendre et entre la vie. Prenez la cendre et faites en l’instrument de votre remord en revenant à l’Eternel.

Amos 8:10 Je changerai vos fêtes en deuil, Et tous vos chants en lamentations, Je couvrirai de sacs tous les reins, Et je rendrai chauves toutes les têtes; Je mettrai le pays dans le deuil comme pour un fils unique, Et sa fin sera comme un jour d’amertume.

Zacharie 12:10 Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né.

Si la crucifixion du Mashia’h fut annoncée par Amos, sa résurrection et son retour furent annoncés par Zacharie. Alors belle de Sion, quelle est ton choix, l’huile d’onction pour être reine, ou la cendre ? Deutéronome 30 : 15 Vois, je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal. 16  Car je te prescris aujourd’hui d’aimer l’Eternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies, et d’observer ses commandements, ses lois et ses ordonnances, afin que tu vives et que tu multiplies, et que l’Eternel, ton Dieu, te bénisse dans le pays dont tu vas entrer en possession. 17  Mais si ton cœur se détourne, si tu n’obéis point, et si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d’autres dieux et à les servir, 18  je vous déclare aujourd’hui que vous périrez, que vous ne prolongerez point vos jours dans le pays dont vous allez entrer en possession, après avoir passé le Jourdain.




Que signifie ton nom Israël?

4122010

Dès la sortie du shabbat, le Premier ministre a fait un nouveau point de la situation depuis le quartier général installé dans des locaux de l’université de Haïfa, donnant les dernières informations sur l’incendie géant qui a dévasté la région du Carmel pendant trois jours. Le terrain est devenu trop dangereux et ne permet pas d’interventions directes. Les pompiers ont fait une nouvelle tentative, qui aurait pu se terminer par une nouvelle tragédie, mais ils ont pu fort heureusement échapper à temps aux flammes.

carmelincendie02.jpg

A présent, on n’envisage plus que des interventions aériennes. Tout le pays, bouleversé, a suivi les nouvelles de ce « front » aux airs de catastrophe nationale. Lueur d’espoir vendredi: une douzaine de Canadair et hélicoptères anti-incendie ont enfin commencé à déverser des tonnes d’eau. Or ces interventions aériennes seront le fait d’une aide extérieur, le salut qui vient ciel amené par les ennemis d’Israël, un moment d’anthologie dans l’histoire du pays. Il me semble entendre Elie crier au Peuple :

N’y a-t-il point de Dieu en Israël pour que vous alliez chercher du secours en Russie qui fut incapable d’éteindre ses propres incendies et qui plus est soutient le programme nucléaire iranien que vous souhaitez détruire ?

N’y a-t-il point de Dieu en Israël pour que vous alliez chercher du secours en Europe et sa Reine du Ciel, elle qui soutient et finance les palestiniens contre vous ?

L’Eternel le Dieu de vos pères ne vous a-t-il pas arraché des pogromes russes ou des camps de la mort européens pour vous ramener dans le pays de votre promesse où Il fit refleurir le désert et renaitre les villes ?

Parce que vous ne faites pas de l’Eternel le sujet central de votre vie, le ciel se ferme, la terre se dessèche, les sources se tarissent, vous marchez dans la cendre et connaissez le deuil, vos pires ennemis deviennent votre seul soutient. Où es-tu Israël dont le nom signifie « lutté avec Dieu » ?

Il y a un siècle il n’y avait en terre d’Israël que du sable. Les haloutsim sont arrivés, ils ont asséchés les marais, vaincu la malaria, combattu leurs ennemis, innové dans le domaine de l’irrigation, planté des forêts, des vergers, des palmeraies et fait refleurir le désert et permis aux villes d’être rebâties. La première génération a écrit les premières lignes des prophéties bibliques sur la renaissance du pays et la seconde génération l’a achevé. Que fera la troisième ?  




De feu et de glace ou d’Elie aux fleaux de Dieu

3122010

l’actualité prend le relais sur Noël car un combat plus grand est en cours

וְאֵלִיָּהוּ עָלָה אֶל-רֹאשׁ הַכַּרְמֶל, וַיִּגְהַר אַרְצָה, וַיָּשֶׂם פָּנָיו, בֵּין בִּרְכָּו. (מְלָכִים א’ י »ח, מ »ב)   

Elie monta vers le sommet du Carmel, il se courba vers la terre et mit son visage entre ses genoux. (1 Rois, 18:32)

Jeudi matin profitant de la belle journée qui s’annonce, je monte sur la colline derrière chez moi et dans le froid glacial et la neige j’observe au loin la ville de Bâle, le reposoir de Lilith. Au même moment en Israël le Mont Carmel, dont le nom « Kérem El » signifie en hébreux « le Verger ou le Vignoble de Dieu » s’embrase. Les flammes et la fumée sont visibles à des kilomètres. La forêt du Mont Carmel, près du port d’Haïfa en Israël, est la proie d’un gigantesque incendie depuis jeudi, le pire de l’histoire du pays. Au moins 41 personnes ont déjà péri. Les médias israéliens stigmatisaient vendredi les carences de services d’incendie et de secours « dignes du Tiers monde » s’alarmant de défaillances, connues de longue date dans le pays qui au bout de sept heures a épuisé ses produits d’extinction des feux », ironise le quotidien Maariv. Les autorités israéliennes ont demandé de l’aide à la communauté internationale.

incendiecarmel2010.jpg

Dans les villages arabes du Goush Etzion et en Judée-Samarie, l’annonce de la catastrophe nationale de l’incendie dans le Carmel inspire une liesse non dissimulée. Un peu partout, on a disposé des haut-parleurs géants à l’extérieur pour y faire entendre de la musique à tue-tête qui parvient jusque dans  les implantations juives. De même, un peu partout, des feux d’artifice observés depuis les localités juives. Les Arabes palestiniens exultent depuis que l’annonce de l’incendie le plus terrible de l’histoire d’Israël a été rendu publique.

Une grande zone de la montagne a été déclarée parc national. Il est couvert de forêts sauvages et de forêts plantées, bénéficie de nombreuses précipitations qui offrent un paysage magnifique toute l’année, teinté de vert et des couleurs de la floraison. En dépit de divers gros incendies dans la région, la nature semble ne jamais céder et les plantes se régénèrent et refleurissent année après année. Dans le parc se trouve une réserve d’animaux sauvages appelée le Chai-Bar (חי-בר) qui a pour mission d’aider les animaux qui ont disparu de cette zone géographique à revenir s’y installer et à se réadapter à leur environnement. La chaîne de montagnes Carmel est un site splendide, ou plutôt était…

Jamais les contrastes n’auront été aussi saisissants et les symboles aussi marqués. Alors que la Bête européenne gèle sous la neige, En Israël, les rabbins ont organisé des prières pour la pluie, car novembre n’avait pas été aussi sec depuis la création d’Israël. Le niveau du lac de Tibériade, qui fournit une grande partie de l’eau utilisée en Israël, est descendu à un mètre en dessous du seuil d’alerte. La sècheresse va devenir le problème majeur du pays et avec lui le reste du monde. L’incendie du Carmel n’étant qu’un rappel spectaculaire de cet état de fait.

Dans la Bible, la montagne de Carmel symbolisait la beauté et la fertilité. Elle est également connue comme étant le site de la confrontation d’Elie avec les prophètes du Baal. Sur le Mont Carmel Elie confronta les prêtres païens, lesquels déposèrent un sacrifice sur leur autel en attente d’un miracle de leurs Dieux pour brûler le sacrifice. Après avoir échoué dans cette entreprise, Elie demanda à inonder d’eau son sacrifice, l’autel et les environs et appela Dieu. Le feu du Seigneur tomba et dévora l’holocauste, le bois, les pierres, la poussière, et il absorba l’eau qui était dans le fossé (1 Rois, 18). Cette confrontation est censée avoir eu lieu sur l’un des points culminants de la montagne, plus connue sous le nom de El-Maharrakah (המוחרקה, קֶרֶן כַּרְמֶל) qui signifie combustion.

Dès le début du règne d’Achab, il est manifeste que d’épaisses ténèbres étaient installées sur le pays où le dieu Baal supplanta le Dieu d’Israël. Élie arrive à ce moment-là prophétisant la fermeture du ciel, cela signifiait sur un plan spirituel que pour un temps Dieu allait se cacher : les cieux n’allaient plus exaucer la terre et ici le plan matériel n’était que la résultante d’une situation spirituelle. Pendant un temps, c’est comme si Dieu s’était retiré. Durant 3 ans et 6 mois, à mesure que la terre d’Israël fut privée d’eau, la vraie parole de Dieu se fit rare jusqu’à disparaître totalement du pays : Israël fut privé de vrais Prophètes par qui la parole de Dieu, source d’eaux vives pour son peuple, pouvait venir rafraichir le pays et son peuple. La famine qui sévissait était donc à la fois spirituelle et matérielle. Souvent, les choses visibles et matérielles ne sont en effet que le reflet des choses invisibles et spirituelles. A l’instar de l’eau qui avait tari, la parole de Dieu s’était cachée: le ciel au-dessus d’Israël fut comme d’airain.

C’est Dieu qui avait pris l’initiative de fermer le ciel 3 ans et 6 mois, c’est donc Lui qui avait envoyé la famine dans le pays, ce n’était ni le fait du hasard ni une attaque de l’ennemi. Amos 8. 11 à 14 nous apprend que parfois Dieu envoie la famine au milieu de son peuple dans le but de le ramener à Lui. Le cœur du peuple d’Israël s’était éloigné de Dieu car il s’était tourné vers les dieux de néant, s’adonnant à l’adoration de Baal et Astarté dans le but d’obtenir la fécondité et la fertilité de la terre ; n’était-ce pas un comble pour un peuple dont l’Eternel Dieu était la source d’eau vive ? La fermeture du ciel en ce temps-là était donc aussi un jugement en conséquence de la montée de l’impiété et de l’apostasie d’Israël. Selon la bouche du prophète, à ce moment-là l’alliance avec Dieu était violée, les prophètes tués et les autels consacrés à Dieu renversés.

Aujourd’hui ce n’est plus Baal et Astarté qui domine le pays, mais le roi dollar, le talmud ou la politique et ses ressources humaines. Mais où est l’appel du peuple au Dieu d’Elie ? Il est inaudible et parce que le peuple cherche du secours auprès des ennemis d’Israël, l’Eternel enverra à nouveau Elie, ou du moins des prophètes revêtus de son esprit afin de d’achever l’œuvre de l’Eternel et que les 3 ½ ans  d’Elie soient complétées par les 3 ½ ans des deux témoins d’Apocalypse 11. Ainsi les fléaux de l’Apocalypse rejoindront dans l’histoire biblique leur illustre prédécesseur pour produire les 7 années de lutte contre le prince de ce monde. Dès qu’il vit Elie, Achab lui dit : « Te voilà, toi, le fléau d’Israël ! »

Image de prévisualisation YouTube




Retour à l’actualité eschtologique

2122010

A cause de l’embrasement du Carmel et de la forte charge symbolique qui en découle, toute la journée de jeudi j’ai été tiraillé entre le désir de reprendre le suivi d’une actualité brulante et le combat contre l’esprit de Noël. Je n’arrêtais pas d’écrire et d’effacer des débuts d’articles tant mon cœur balançait entre ces deux choix. Mais j’ai désormais acquis la certitude qu’un combat plus grand est un cours et que l’actualité du moment prime sur Noël. J’abandonne mon idée première de rééditer un calendrier de l’Avent à ma sauce personnel pour revenir à l’actualité eschatologique.

Aussitôt ouvert je referme donc ce chapitre.

Les flammes et la fumée sont visibles à des kilomètres. La forêt du Mont Carmel, près du port d’Haïfa en Israël, est la proie d’un gigantesque incendie, le pire de l’histoire du pays. Au moins 40 personnes ont déjà péri. Les autorités israéliennes ont demandé de l’aide à la communauté internationale.

Image de prévisualisation YouTube




Le combat de l’Avent – Jour 1

1122010

Comme l’année dernière je reprends le combat du calendrier de l’Avent, soit 24 jours pour dénoncer le retour de l’idolâtrie et du paganisme dans l’occident dit chrétien. Pour ne pas faire de pub au Père Noël souvent représenté sur les calendriers de l’Avent, je m’en suis fait un sur mesure et revisité au goût du moment, car cette année Noël coïncide avec shabbat.

knessetmenorahdelavent.jpg

Aujourd’hui tout le monde sait que Jésus-Christ n’est pas né au solstice d’hiver, ou que le Père Noël n’est qu’une invention de Clément Moore et de la firme Coca Cola, pourtant Noël est perçu de plus en plus comme la plus grande fête chrétienne de l’année. Non seulement ce n’est pas une fête chrétienne, mais cette fête est son parfait contraire, la fête antéchrist par excellence, initiée par la Grande Prostituée et les dénominations chrétiennes qui lui ont emboité le pas sur le chemin de la perdition.

Chaque prêtre catholique et à fortiori chaque pasteur chrétien devrait savoir cela et combattre avec détermination cette abomination païenne et exaltation idolâtre. Non seulement ce n’est pas fait, mais en plus ils laissent pénétrer le culte des idoles dans les foyers chrétiens et pire encore dans les églises où chants et prières vantent les vertus de l’esprit de Noël. Je vais donc reprendre mon combat, quasi solitaire avec le reste fidèle, contre l’adversaire en choisissant chaque jour un autre thème, selon l’inspiration du jour et sans préparation préalable, afin de bien faire la démonstration qu’une simple démarche honnête et volontaire, suffit à se faire l’allié du Christ et non son adversaire. Aujourd’hui avec internet rien n’est plus simple, voyez plutôt.

Origine de la fête du 25 décembre 

La fête pré chrétienne du 25 décembre à Rome

Dès le premier siècle avant J-C, on célébrait à Rome le culte de Mithra, d’origine persane, importé à Rome par les légionnaires romains. Mithra était la divinité perse de la lumière. On fêtait le 25 décembre, pour le solstice d’hivers, la naissance de Mithra le soleil invaincu (Dies natalis solis invicti). On le fêtait par le sacrifice d’un jeune taureau.

En 274, l’empereur Aurélien déclare le culte de Mithra religion d’état et il fixe la célébration du solstice au 25 décembre

La fête du 25 décembre devient une fête chrétienne

Fêter un anniversaire de naissance ne faisait pas partie des traditions juives, car ces pratiques étaient d’origines païennes.  Les premiers chrétiens les ont rejeté jusqu’au 4e siècle de notre ère. La fête de Noël n’existait donc pas au début du christianisme.

A Rome, l’Église a choisi  le 25 décembre pour célébrer la naissance de Jésus, sans doute pour faire pièce à la fête païenne de la naissance de Mithra. Vers 330 ou 354, l’empereur Constantin décida de fixer la date de Noël au 25 décembre

En 354,  le pape Libère instaura la célébration de la fête du 25 décembre qui marque le début de l’année liturgique. Cette date a une valeur symbolique. En effet, en s’inspirant de Malachie 3/19 et Luc 1/78, on considérait la venue du Christ comme le lever du « Soleil de justice ». La fête de Noël célèbre ainsi la naissance de Jésus soleil de justice.

La fête du 25 décembre est arrivée progressivement en orient et en Gaule : en 379 à Constantinople, au début du Vème siècle en Gaule, au cours du Vème à Jérusalem et à la fin du Vème en Égypte.

L’empereur Théodose en 425 codifie officiellement les cérémonies de la fête de Noël. La fête du 25 décembre est devenue exclusivement chrétienne. Clovis est baptisé dans la nuit de Noël 496. En 506, le concile d’ Agde en fait une fête d’obligation. En 529, l’empereur Justinien en fait un jour chômé.

La messe de minuit se célèbre dès le V° siècle, avec le pontificat de Grégoire le grand. Au VII° siècle, l’usage s’ établi à Rome de célébrer 3 messes : la vigile au soir du 24 décembre, la messe de l’aurore et la messe du jour le 25 décembre.

La fête du 25 décembre, fête de Noël, s’est répandu progressivement en Europe. Elle a été célébrée à la fin du V° siècle en Irlande, au VII° en Angleterre, au VIII° en Allemagne, au IX° dans les pays scandinaves, au IX° et X° dans les pays slaves.

A partir du XII°, la célébration religieuse de la fête de Noël est accompagnée de drames liturgiques, les « mystères » qui mettent en scène l’adoration des bergers ou la procession des mages. Ces drames liturgiques se jouaient primitivement dans les églises, puis sur les parvis.

Les crèches d’église apparaissent en Italie au XV° et l’arbre de Noël en Allemagne au XVI°. Puis les crèches familiales, napolitaines puis provençales, se développent a partir du XVII°.

Au moment de la Réforme en 1560, les protestants s’opposent à la crèche et préfèrent la tradition de l’arbre. Avec la contre réforme au XVII° , les représentations des drames liturgiques sont interdites parce qu’elles sont devenues trop profanes.

Au XIX°, le père Noël apparaît aux États-Unis. Il se répand en Europe après la deuxième guerre mondiale. A partir du XIX°, les organismes de charité offrent aux plus démunis le traditionnel repas de Noël. Actuellement, cette fête tend à devenir principalement  une fête de l’enfant et de la famille.







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers