Inondation biblique en Australie

5 01 2011

Pour l’Australie, les inondations catastrophiques en cours sont qualifiées de « biblique » par les autorités, car elles sont « sans précédent« . Elles ont déjà fait trois morts en 48 heures, et le pire est à venir. Le nord-est de l’Australie est toujours en état d’alerte maximum.

Routes coupées, villes fermée : à Rockhampton, l’un des sites les plus touchés du pays, les 75.000 habitants restent bloqués pour encore une semaine. La Niña qui devrait se poursuivre au moins trois mois et a déjà fait 200.000 sinistrés et isolé 40 villes au milieu d’un océan de boue et d’eau brune. Les services de secours australiens ont mis en garde les habitants contre les serpents venimeux et les crocodiles. «C’est la saison des amours et les serpents, qui sont brusquement sortis de leur environnement naturel, sont très nerveux en ce moment». Quant aux crocodiles, il est particulièrement difficile de les repérer au milieu des débris charriés par les flots.

floodminesaustralie.jpg
Dans le Queensland  au nord-est du pays, l’inondation a déjà stoppé net les trois quarts des mines. Elles fournissent la moitié de la production mondiale de coke de charbon. Le coût des inondations pour le pays s’élèverait déjà à plus de 765 millions d’euros. «Soixante-quinze pour cent de nos mines sont actuellement à l’arrêt en raison de ces inondations, qui ont donc un impact massif sur les marchés internationaux et sur le secteur international de l’acier», a déclaré mercredi Anna Bligh, Premier ministre du Queensland. A lui seul, le Queensland est le premier exportateur mondial de coke, un résidu solide de houille utilisé dans la métallurgie pour l’alimentation des hauts-fourneaux. L’industrie mondiale aurait pu faire face au problème si elle disposait d’assez de stocks en réserve. Mais des intempéries avaient déjà touché le Queensland en septembre dernier, forçant les producteurs à écouler leurs stocks sur le marché mondial. «On a assisté à une baisse sensible de la production, à des fermetures de sites. Je ne sais pas quand la production va repartir et à quel rythme», déplore Tom Sartor, analyste chez RBS Morgans. Cette tension sur l’offre fait craindre le pire aux investisseurs. Comme en 2008, année où l’État du Queensland avait été touché par des inondations entraînant une baisse de 15 millions de tonnes de la production de charbon, les cours grimpent. La tonne de charbon est passée de 225 dollars américains à 253 dollars en trois semaines. Et la hausse se poursuit.

Autre secteur durement frappé par ces pluies: l’agriculture. Le Queensland, le New South Wales et la région de Victoria, tout trois touchés, représentent 42 % de la production de blé et 75 % de la production de colza au niveau national, selon la société de conseil Agritel. L’Australie, acteur majeur sur la scène internationale, exporte environ 15 millions de tonnes de blé chaque année et 1,5 million de tonnes de colza.

Premier problème : quand le blé n’a pas été détruit, sa qualité a été «sérieusement dégradée», selon Agritel, société spécialisée dans la gestion du risque de prix dans le secteur agro-alimentaire. «Dans un contexte déjà tendu sur la scène internationale, les cours des blés de qualité meunière pourraient en 2011 dépasser les plus hauts atteints en 2008 , soit près de 300 euros la tonne». Les cours touchent déjà les 257 euros à Paris. Au même moment à Chicago, le boisseau de blé atteint les 818 dollars la tonne, en hausse d’environ 5% en cinq jours. La diminution des exportations devrait toucher de plein fouet plusieurs pays, à commencer par la France, qui «pourrait ne plus avoir de disponibilités dès la fin du mois d’avril 2011».

Deuxième souci : plusieurs pays s’étaient tournés vers le colza d’Australie pour compenser le manque de colza d’origine russe. Or désormais, les exportations australiennes diminuent à vu d’œil. Ainsi, les opérateurs européens, qui espéraient importer 700.000 tonne de colza d’Australie, ne devraient pouvoir en acheter que la moitié.

Alors que la demande chinoise progresse et que l’Argentine est frappée par la sécheresse, les dégâts australiens laissent envisager une nouvelle flambée des cours des céréales en ce début d’année. Ironie climatique, tandis que les pluies ravagent l’Est, l’Ouest australien est en proie à une sécheresse qui a divisé par presque trois la production annuelle de blé, à environ trois millions de tonnes.

Après la pluie de poissons de l’année dernière, voici que l’eau vient les rejoindre en Australie. Alors qu’aux Etats-Unis quelques jours après l’incident  dans l’Arkansas, un demi-millier d’oiseaux morts se sont abattus sur une portion d’autoroute de Louisiane (Etats-Unis) et près d’une centaine ont été retrouvés morts à l’entrée d’un village du sud-ouest de la Suède, Falköping. Qu’est ce qui risque de tomber sur la tête des américains après une pluie d’oiseaux morts ?


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers