Les ‘oiseaux se crashent pour mourir’ 2

6 01 2011

La rubrique des ‘oiseaux se crash pour mourir’ semble prendre de l’ampleur. On ne parle que des États-Unis aux infos, mais il semble s’agir d’un phénomène mondial! En Europe, la Suède s’est retrouvée avec 50 oiseaux morts dans les rues. En Italie, des centaines de colombes sont tombées du ciel et en Allemagne (article en allemand), dans la ville de Düren, des cadavres d’oiseaux ont été retrouvés dans la soirée du 31 décembre. En Angleterre, soixante-cinq oiseaux ont été trouvées dans le village de Sommerset. Et les cadavres continuent de s’empiler, au Japon plusieurs oiseaux ont ainsi été retrouvés dans les rues, et aux États-Unis, on ne s’arrête pas à l’Arkansas, au Kentucky et à la Louisiane, le Texas aussi a été touché. C’est une vraie hécatombe à laquelle on assiste, et ce n’est pas extrêmement rassurant. Sans compter, les poissons…

millionspoissonsports.jpg
Là aussi l’hécatombe continue. Ce sont des millions de poissons qui ont été retrouvés sans vie, à la surface de l’eau ou jonchant le sol, à plusieurs endroits du monde. C’est le quotidien Baltimore Sun, rapporté par 7sur7.be, qui a révélé l’information concernant ces morts mystérieuses dans la baie de Chesapeake, plus grand estuaire des Etats-Unis, situé dans l’Etat du Maryland. Pas moins de 2 millions de poissons morts y ont été recensés. Le porte-parole du département de l’Environnement du Maryland parle d’une crise d’hypothermie consécutive à un bouleversement thermique brutal, note le journal américain. D’après ce monsieur, des cas similaires ont déjà été observés par le passé : en 1976 et 1980.

Au large d’un autre continent, même stupeur. Un quintal de sardines et de poissons-chats ont été retrouvés morts dans des villes portuaires du Brésil. Un phénomène également relevé sur plusieurs plages néo-zélandaises. La plupart des cadavres de poissons étaient éborgnés.

Ces événements restent pour le moment inexpliqués. Le plus troublant dans cette affaire, c’est qu’ils se produisent quelques jours seulement après la découverte de milliers d’oiseaux morts en Arkansas et en Louisiane, aux Etats-Unis, mais aussi à Beebe, en Suède.

Un nouveau terme remarqué : « circonstances uniques »

Un malheur ne vient jamais seul. Crocodiles et serpents venimeux s’invitent désormais dans la ville de Rock­hampton, en Australie, en proie à des inon­dations bibliques. Barry Moessinger, un habitant de la cité côtière, a vu jusqu’à quinze reptiles par jour ces dernières semaines. “Il y en a des tas. On a été envahi par les souris, par les grenouilles, on savait que les serpents allaient venir.” Reptiles et araignées chassés par les crues peuvent s’être réfugiés dans les habitations, ont averti les autorités sanitaires du Queensland.
Les invités surprises de la pluie. Le Queensland, Etat du Nord-Est de l’Australie, frappé depuis Noël par les pires inondations de son histoire, fait face à un problème subséquent original: l’invasion de bestioles. Le schéma est le suivant: les eaux de crues, qui dévastent tout sur leur passage, ravagent les maisons et ce qu’elles contiennent, ont laissé place aux eaux souillées des fosses septiques auxquelles s’ajoutent le gasoil et des débris en tout genre, ainsi que des crapauds, des moustiques porteurs de maladies faisant craindre une crise sanitaire, mais aussi… des serpents des crocodiles. Ces derniers, difficiles à repérer dans les eaux troubles, ont été aperçus par plusieurs personnes et secouristes, notamment dans la rivière Fitzroy, qui traverse Rockhampton. Seuls ces témoignages font part de leur présence ; il est donc difficile d’évaluer l’ampleur de leur propagation. Pour ce qui est des serpents, les informations sont un peu plus précises et pas des plus rassurantes.

A Theodore, la ville désertée est décrite comme un «havre de paix» pour les serpents par John Hoope, le maire du comté de Banana, dont dépend la commune située sur la rivière Dawson. Une propriété habitée par un couple, mais comprenant un terrain «de la taille d’un terrain de foot», a notamment été envahie d’un millier de serpents, selon Ian Stewart, qui y coordonne les secours. «La scène a dû être folle !», s’est-il exclamé dans le «Sydney Herald Tribune». Des spécialistes ont été appelés pour se débarrasser de ces bestioles, et les hôpitaux de la région ont fait le plein d’anti-venin.

La municipalité d’une ville australienne dévastée par les inondations, a indiqué jeudi qu’elle refusait d’aider « des habitants totalement irresponsables », qui exposent les secouristes aux attaques de serpents en refusant de quitter leur maison.
« Nous avons pris une décision et elle est très claire. On ne peut pas mettre nos agents en danger, en amenant des vivres (dans ces maisons) », a déclaré Brad Carter, maire de Rockhampton, une ville rurale et minière du nord-est de l’Australie, submergée par les inondations.
L’édile a expliqué que, dans l’agglomération, certaines familles avec des enfants refusaient de quitter leur maison inondée, et que les secouristes prenaient des risques en leur livrant de la nourriture en bateau et en traversant les eaux infestées de serpents. Avec les crues, les reptiles ont quitté leurs habitats traditionnels.
« Maintenant, il faut qu’ils comprennent qu’en raison de leur choix, on ne leur fournira plus de denrées alimentaires ou d’autres services », a averti le maire.
M. Carter a indiqué que les équipes de secours avaient frappé à la porte de quelque 2.000 maisons, jugeant inconcevable que les gens ne soient pas au courant des risques encourus, en refusant d’évacuer. Il a démenti vouloir « affamer qui que ce soit » comme l’ont accusé des critiques, mais a souligné que sa ville, d’environ 75.000 habitants, en proie à des inondations sans précédent, devait faire face à des « circonstances uniques ».


Actions

Informations



3 réponses à “Les ‘oiseaux se crashent pour mourir’ 2”

  1. 6 01 2011
    Paty (22:17:15) :

    Inquiétant ?

  2. 7 01 2011
    schoenel (10:56:08) :

    Ce qu’on voit n’est que la surface des choses. Craindre c’est se détourner de l’Eternel, car Lui nous dit « ne crains point ». Les malheurs en cours et ceux qui viennent, n’ont pour seul espoir, que la repentance du plus grand nombre et un retour vers le Seigneur.

  3. 7 01 2011
    deux ou trois (10:59:03) :

    Malheureusement, ces catastrophes naturelles ne sont que le reflet spirituel où se trouvent plongés le monde et nos églises. Seigneur, reviens et sauve, pardonne. F et M

Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers