• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

La peur de la fin du monde

9012011

Force est de constater que nous démarrons cette année de manière atypique, ‘inondation biblique’ dans un coin, terreur islamique dans un autre, psychose qui se développe à cause des morts massives d’animaux, etc… Personnellement je me suis posé des questions sur la mort massive d’animaux dans le monde. Cela ne semble pas correspondre aux évènements prédits par Jésus pour la fin des temps et j’ai donc soumis le problème au Seigneur.  

Luc 21:7-28 Ils lui demandèrent : Maître, quand donc cela arrivera-t-il, et à quel signe connaîtra-t-on que ces choses vont arriver ? 8 Jésus répondit : Prenez garde que vous ne soyez séduits. Car plusieurs viendront en mon nom, disant : C’est moi, et le temps approche. Ne les suivez pas. 9 Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne soyez pas effrayés, car il faut que ces choses arrivent premièrement. Mais ce ne sera pas encore la fin. 10 Alors il leur dit : Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume ; 11 il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel.

 36 Mais soyez en éveil en tout temps et implorez afin d’être plus forts, pour échapper à tout cela qui doit advenir et pour être debout en face du fils de l’homme.

Le Seigneur m’a rendu attentif à une chose, c’est à la perception des choses. L’Eglise post-pentecôtiste héritière d’Asuza Street est entrée dans le sommeil de la vierge folle qui dort, alors que l’Epoux se prépare. Dans les ténèbres de sa nuit, l’adversaire a tout loisir de développer son monde antéchrist, puisqu’il n’y a plus personne pour s’opposer à lui. Les mégachurchs ayant été absorbées par le monde, lui-même soumis à Satan, de nouvelles valeurs se développent portées par une génération perverse. Prenons Hollywood (le bois de houx), enlevons le ‘EL’ du divin, et nous retrouvons le bois sacré antique, ‘Holy-wood’. Ce haut lieu du paganisme et de l’idolâtrie, où la magie, la mort, la haine, la pornographie et les démons s’expriment aujourd’hui librement, déverse son torrent de boue et d’immondices dans le cœur des hommes par les images qu’ils y impriment. Profondément marqués par ces images, les hommes et leurs comportements se modifient. Extérieurement cela s’observe par les tatouages par exemple, en augmentation exponentielle, intérieurement la psychologie se modifie également, une des conséquences est l’augmentation des phobies. Hitchcock est l’exemple parfait de cette alchimie nouvelle où la combinaison des films ’les oiseaux’ et ‘psychose’, fabriquent des phobies à coups d’envolées d’oiseaux ou d’assassinat au couteau dans les douches d’un lugubre hôtel. Surtout qu’aujourd’hui on va bien plus loin dans l’horreur.

thebirdsalfredhitchcock.jpg

Une phobie est une peur non raisonnée et continue d’un objet, d’un être vivant ou d’une situation qui en eux-mêmes ne présentent aucun danger. En psychopathologie le terme phobie, du grec ancien phobos (φόβος), désigne un ensemble de souffrances. Lorsqu’elles prennent valeur de symptômes, elles doivent être appréciées comme un signe d’une souffrance psychique. Poussé à son paroxysme, les écritures annoncent en Luc 21 : 26  les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. Dans ce sens, le développement de la peur dans le cœur des hommes, devient par lui-même un signe eschatologique.

C’est là que nous rejoignons l’actualité. Personnellement je considère le phénomène de la mort massive des animaux, comme une bizarrerie de la nature, sans plus. Cela vient du fait que j’ai pris pour moi ces paroles du Christ ; « ne crains point ».  Au contraire « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche » Luc 28 : 21. En Christ nous sommes délivrés de toutes sortes de choses, notamment les phobies, peurs, etc, notre appréciation des choses est donc radicalement différente de celle du monde lié à ses démons. Ce n’est donc pas l’évènement, comme la mort des oiseaux, qui est importante, mais la conséquence sur la perception qu’en a la population, au sein de laquelle se développe une peur de la fin du monde. Ces évènement terribles, sont nommés par Luc ‘des phénomènes terribles’, pour votre information, ce mot vient du grec phobetron qui tire son origine de phobeo ou phobos qui veut dire ce qui frappe de terreur, qui cause d’effroi et le terme psychologique phobie tire son origine de ce mot. Nous pouvons voir ici que tout cela se passe sous nos yeux.  




Les ‘oiseaux se crashent pour mourir’ 2

6012011

La rubrique des ‘oiseaux se crash pour mourir’ semble prendre de l’ampleur. On ne parle que des États-Unis aux infos, mais il semble s’agir d’un phénomène mondial! En Europe, la Suède s’est retrouvée avec 50 oiseaux morts dans les rues. En Italie, des centaines de colombes sont tombées du ciel et en Allemagne (article en allemand), dans la ville de Düren, des cadavres d’oiseaux ont été retrouvés dans la soirée du 31 décembre. En Angleterre, soixante-cinq oiseaux ont été trouvées dans le village de Sommerset. Et les cadavres continuent de s’empiler, au Japon plusieurs oiseaux ont ainsi été retrouvés dans les rues, et aux États-Unis, on ne s’arrête pas à l’Arkansas, au Kentucky et à la Louisiane, le Texas aussi a été touché. C’est une vraie hécatombe à laquelle on assiste, et ce n’est pas extrêmement rassurant. Sans compter, les poissons…

millionspoissonsports.jpg
Là aussi l’hécatombe continue. Ce sont des millions de poissons qui ont été retrouvés sans vie, à la surface de l’eau ou jonchant le sol, à plusieurs endroits du monde. C’est le quotidien Baltimore Sun, rapporté par 7sur7.be, qui a révélé l’information concernant ces morts mystérieuses dans la baie de Chesapeake, plus grand estuaire des Etats-Unis, situé dans l’Etat du Maryland. Pas moins de 2 millions de poissons morts y ont été recensés. Le porte-parole du département de l’Environnement du Maryland parle d’une crise d’hypothermie consécutive à un bouleversement thermique brutal, note le journal américain. D’après ce monsieur, des cas similaires ont déjà été observés par le passé : en 1976 et 1980.

Au large d’un autre continent, même stupeur. Un quintal de sardines et de poissons-chats ont été retrouvés morts dans des villes portuaires du Brésil. Un phénomène également relevé sur plusieurs plages néo-zélandaises. La plupart des cadavres de poissons étaient éborgnés.

Ces événements restent pour le moment inexpliqués. Le plus troublant dans cette affaire, c’est qu’ils se produisent quelques jours seulement après la découverte de milliers d’oiseaux morts en Arkansas et en Louisiane, aux Etats-Unis, mais aussi à Beebe, en Suède.

Un nouveau terme remarqué : « circonstances uniques »

Un malheur ne vient jamais seul. Crocodiles et serpents venimeux s’invitent désormais dans la ville de Rock­hampton, en Australie, en proie à des inon­dations bibliques. Barry Moessinger, un habitant de la cité côtière, a vu jusqu’à quinze reptiles par jour ces dernières semaines. “Il y en a des tas. On a été envahi par les souris, par les grenouilles, on savait que les serpents allaient venir.” Reptiles et araignées chassés par les crues peuvent s’être réfugiés dans les habitations, ont averti les autorités sanitaires du Queensland.
Les invités surprises de la pluie. Le Queensland, Etat du Nord-Est de l’Australie, frappé depuis Noël par les pires inondations de son histoire, fait face à un problème subséquent original: l’invasion de bestioles. Le schéma est le suivant: les eaux de crues, qui dévastent tout sur leur passage, ravagent les maisons et ce qu’elles contiennent, ont laissé place aux eaux souillées des fosses septiques auxquelles s’ajoutent le gasoil et des débris en tout genre, ainsi que des crapauds, des moustiques porteurs de maladies faisant craindre une crise sanitaire, mais aussi… des serpents des crocodiles. Ces derniers, difficiles à repérer dans les eaux troubles, ont été aperçus par plusieurs personnes et secouristes, notamment dans la rivière Fitzroy, qui traverse Rockhampton. Seuls ces témoignages font part de leur présence ; il est donc difficile d’évaluer l’ampleur de leur propagation. Pour ce qui est des serpents, les informations sont un peu plus précises et pas des plus rassurantes.

A Theodore, la ville désertée est décrite comme un «havre de paix» pour les serpents par John Hoope, le maire du comté de Banana, dont dépend la commune située sur la rivière Dawson. Une propriété habitée par un couple, mais comprenant un terrain «de la taille d’un terrain de foot», a notamment été envahie d’un millier de serpents, selon Ian Stewart, qui y coordonne les secours. «La scène a dû être folle !», s’est-il exclamé dans le «Sydney Herald Tribune». Des spécialistes ont été appelés pour se débarrasser de ces bestioles, et les hôpitaux de la région ont fait le plein d’anti-venin.

La municipalité d’une ville australienne dévastée par les inondations, a indiqué jeudi qu’elle refusait d’aider « des habitants totalement irresponsables », qui exposent les secouristes aux attaques de serpents en refusant de quitter leur maison.
« Nous avons pris une décision et elle est très claire. On ne peut pas mettre nos agents en danger, en amenant des vivres (dans ces maisons) », a déclaré Brad Carter, maire de Rockhampton, une ville rurale et minière du nord-est de l’Australie, submergée par les inondations.
L’édile a expliqué que, dans l’agglomération, certaines familles avec des enfants refusaient de quitter leur maison inondée, et que les secouristes prenaient des risques en leur livrant de la nourriture en bateau et en traversant les eaux infestées de serpents. Avec les crues, les reptiles ont quitté leurs habitats traditionnels.
« Maintenant, il faut qu’ils comprennent qu’en raison de leur choix, on ne leur fournira plus de denrées alimentaires ou d’autres services », a averti le maire.
M. Carter a indiqué que les équipes de secours avaient frappé à la porte de quelque 2.000 maisons, jugeant inconcevable que les gens ne soient pas au courant des risques encourus, en refusant d’évacuer. Il a démenti vouloir « affamer qui que ce soit » comme l’ont accusé des critiques, mais a souligné que sa ville, d’environ 75.000 habitants, en proie à des inondations sans précédent, devait faire face à des « circonstances uniques ».




Inondation biblique en Australie

5012011

Pour l’Australie, les inondations catastrophiques en cours sont qualifiées de « biblique » par les autorités, car elles sont « sans précédent« . Elles ont déjà fait trois morts en 48 heures, et le pire est à venir. Le nord-est de l’Australie est toujours en état d’alerte maximum.

Routes coupées, villes fermée : à Rockhampton, l’un des sites les plus touchés du pays, les 75.000 habitants restent bloqués pour encore une semaine. La Niña qui devrait se poursuivre au moins trois mois et a déjà fait 200.000 sinistrés et isolé 40 villes au milieu d’un océan de boue et d’eau brune. Les services de secours australiens ont mis en garde les habitants contre les serpents venimeux et les crocodiles. «C’est la saison des amours et les serpents, qui sont brusquement sortis de leur environnement naturel, sont très nerveux en ce moment». Quant aux crocodiles, il est particulièrement difficile de les repérer au milieu des débris charriés par les flots.

floodminesaustralie.jpg
Dans le Queensland  au nord-est du pays, l’inondation a déjà stoppé net les trois quarts des mines. Elles fournissent la moitié de la production mondiale de coke de charbon. Le coût des inondations pour le pays s’élèverait déjà à plus de 765 millions d’euros. «Soixante-quinze pour cent de nos mines sont actuellement à l’arrêt en raison de ces inondations, qui ont donc un impact massif sur les marchés internationaux et sur le secteur international de l’acier», a déclaré mercredi Anna Bligh, Premier ministre du Queensland. A lui seul, le Queensland est le premier exportateur mondial de coke, un résidu solide de houille utilisé dans la métallurgie pour l’alimentation des hauts-fourneaux. L’industrie mondiale aurait pu faire face au problème si elle disposait d’assez de stocks en réserve. Mais des intempéries avaient déjà touché le Queensland en septembre dernier, forçant les producteurs à écouler leurs stocks sur le marché mondial. «On a assisté à une baisse sensible de la production, à des fermetures de sites. Je ne sais pas quand la production va repartir et à quel rythme», déplore Tom Sartor, analyste chez RBS Morgans. Cette tension sur l’offre fait craindre le pire aux investisseurs. Comme en 2008, année où l’État du Queensland avait été touché par des inondations entraînant une baisse de 15 millions de tonnes de la production de charbon, les cours grimpent. La tonne de charbon est passée de 225 dollars américains à 253 dollars en trois semaines. Et la hausse se poursuit.

Autre secteur durement frappé par ces pluies: l’agriculture. Le Queensland, le New South Wales et la région de Victoria, tout trois touchés, représentent 42 % de la production de blé et 75 % de la production de colza au niveau national, selon la société de conseil Agritel. L’Australie, acteur majeur sur la scène internationale, exporte environ 15 millions de tonnes de blé chaque année et 1,5 million de tonnes de colza.

Premier problème : quand le blé n’a pas été détruit, sa qualité a été «sérieusement dégradée», selon Agritel, société spécialisée dans la gestion du risque de prix dans le secteur agro-alimentaire. «Dans un contexte déjà tendu sur la scène internationale, les cours des blés de qualité meunière pourraient en 2011 dépasser les plus hauts atteints en 2008 , soit près de 300 euros la tonne». Les cours touchent déjà les 257 euros à Paris. Au même moment à Chicago, le boisseau de blé atteint les 818 dollars la tonne, en hausse d’environ 5% en cinq jours. La diminution des exportations devrait toucher de plein fouet plusieurs pays, à commencer par la France, qui «pourrait ne plus avoir de disponibilités dès la fin du mois d’avril 2011».

Deuxième souci : plusieurs pays s’étaient tournés vers le colza d’Australie pour compenser le manque de colza d’origine russe. Or désormais, les exportations australiennes diminuent à vu d’œil. Ainsi, les opérateurs européens, qui espéraient importer 700.000 tonne de colza d’Australie, ne devraient pouvoir en acheter que la moitié.

Alors que la demande chinoise progresse et que l’Argentine est frappée par la sécheresse, les dégâts australiens laissent envisager une nouvelle flambée des cours des céréales en ce début d’année. Ironie climatique, tandis que les pluies ravagent l’Est, l’Ouest australien est en proie à une sécheresse qui a divisé par presque trois la production annuelle de blé, à environ trois millions de tonnes.

Après la pluie de poissons de l’année dernière, voici que l’eau vient les rejoindre en Australie. Alors qu’aux Etats-Unis quelques jours après l’incident  dans l’Arkansas, un demi-millier d’oiseaux morts se sont abattus sur une portion d’autoroute de Louisiane (Etats-Unis) et près d’une centaine ont été retrouvés morts à l’entrée d’un village du sud-ouest de la Suède, Falköping. Qu’est ce qui risque de tomber sur la tête des américains après une pluie d’oiseaux morts ?




Curieux Nouvel An

3012011

Pour avoir des huîtres sur leur table au réveillon, les Français auront déboursé au moins 20% de plus que l’an dernier. En cause ? L’épizootie qui décime depuis trois ans les plus jeunes mollusques, faisant de ce produit festif une denrée de plus en plus rare et chère. « Les huîtres juvéniles – moins de 12 mois – connaissent une mortalité constante et récurrente, d’environ 85%, depuis juin 2008″, remarque Jacques Maire, ostréiculteur à Yves (Charente-Maritime).  En quelques jours, « tout le monde a été touché, c’était foudroyant », se souvient M. Maire. « Cette mortalité massive et fulgurante de 60 à 90% des naissains, touche tout le monde, du nord de l’Irlande au sud du Maroc » en passant par la Bretagne et la Méditerranée, confirme Olivier Laban, président de la section régionale conchylicole d’Arcachon.

Image de prévisualisation YouTube

Après les essaims et la surmortalité sans précédent des abeilles ces dernières années, voici les naissains d’huitre. Pour rester dans le même registre. Pluie d’oiseaux morts: les habitants de la petite ville de Beebe dans l’Etat américain de l’Arkansas ont été surpris au 1er jour de l’année par une pluie d’oiseaux morts. Des milliers de volatiles gisaient dans les rues de Beebe. Beebe est à l’origine du vieil anglais, et signifie ‘abeille’. Karen Rowe, ornithologue, a déclaré que les mêmes événements étranges se sont produits avant dans le monde.

Une autre chose étrange c’est passée dans l’Arkansas: Des tas de poissons morts ont été trouvés sur les rives d’un fleuve sur un tronçon de 30 kilomètres, et apparemment un seul type de poisson mort. Si c’était à partir d’un polluant, il aurait touché l’ensemble des poissons, et pas seulement une seule sorte. Le nom Arkansas est l’interprétation française d’un mot sioux: acansa, qui signifie  » lieu en aval ». Il serait intéressant de comprendre ce qui se passe en amont….

Et des bruits de guerres (de religions)….

La barbarie frappe de nouveau la communauté copte en Égypte. Dans la nuit du vendredi 31 décembre au samedi 1er janvier, peu après minuit, un attentat à la voiture piégée a fait vingt et une victimes et quarante-trois blessés au sein de la communauté copte d’Alexandrie en Égypte. C’est à la sortie de l’église d’Al Kidissine où des fidèles assistaient à une messe que l’explosion meurtrière a eu lieu. Jamais, sans doute, les attentats visant les minorités chrétiennes dans le monde n’avaient été aussi nombreux qu’en cette période de Noël. Au Pakistan, au Nigeria, aux Philippines, les bombes des fondamentalistes musulmans ont, jusque dans les églises, fait des dizaines de morts, en un sinistre écho aux appels à la paix et à la raison du pape Benoît XVI. Après le massacre de 54 fidèles, le 31 octobre dernier, dans la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, en Irak, c’est la menace d’une véritable «épuration religieuse», ciblant les chrétiens, qui se précise dans plusieurs pays d’Orient, d’Asie et d’Afrique. Comment appeler autrement cette persécution des chrétiens, considérés comme des «impurs», à qui on ne laisse le choix qu’entre la valise (c’est-à-dire l’exil) ou le cercueil, la conversion ou la mort?

 

“La guerre du diable contre la Côte d’Ivoire ». « La conspiration mondiale des Francs-maçons contre le pays béni de Dieu ». Ces propos, les Ivoiriens les entendent ces derniers jours dans certains temples et églises de la Côte d’Ivoire. Malheureusement, ce sont pour la plupart des hommes de Dieu qui tiennent ce discours. Ces dirigeants religieux encouragent Laurent Gbagbo en lui faisant croire qu’il est le nouvel héraut d’une lutte spirituelle entre le bien et le mal dont la Côte d’Ivoire est l’enjeu. Depuis l’annonce des résultats du second tour, des pasteurs ont élu domicile au palais présidentiel et à la résidence des chefs d’Etat de Côte d’Ivoire, à Cocody où ils multiplient prières et incantations pour, implorer le Tout-puissant afin qu’Il sauve la Côte d’Ivoire du plan diabolique concocté par Satan depuis l’extérieur. Dans les temples et églises, le mot d’ordre est clair. Il faut sauver le « frère Laurent Gbagbo ». On fait croire aux fidèles qu’il s’agit d’un combat spirituel entre le diable et Jésus-Christ, entre deux religions. Laurent Gbagbo étant le champion choisi par le Dieu de Jésus-Christ pour livrer ce duel à mort. Comme Jésus, il est investi d’une mission messianique : celle de sauver la Côte d’ivoire des suppôts du diable qui ont décidé de s’y attaquer. La majorité de ces « serviteurs de Dieu », font partie du Conseil national des Eglises protestantes et évangéliques de Côte d’Ivoire, dirigé par le révérend Paul Ayo de l’église « Le Tabernacle ». Cet homme de Dieu est très proche du couple présidentiel à qui il rend visite régulièrement. Son mouvement, en 2000, a été d’un grand apport à Laurent Gbagbo. L’Afrique a désormais son Bush.




SHABBAT SHALOM

1012011

Shabbat shalom. Que la paix soit sur vous en ce jour de repos. Personnellement je préfère porter une bénédiction en ce jour, qu’un vœu de convenance comme « Bonne Année ». Celui qui a été en Israël connaît certainement la salutation : « Shabbat Shalom » ! Normalement on dit seulement « Shalom » mais dès le Vendredi soir et jusqu’au Samedi soir on se salue avec ces mots « Shabbat Shalom » ; ce qui veut dire « Paix du Shabbat » ou aussi « Paix sur le Shabbat ».

shabbat07.jpg

Le Shabbat a toujours joué un grand rôle, peut-être le plus grand, dans l’identité Juive. De nombreuses règles ou traditions peuvent être mentionnées, mais quand un Juif oublie le Shabbat, son assimilation aux nations est presque totale !

Comme premier article cette année, je vais parler du shabbat, puisque Noël et le Jour de l’an tombent sur ce jour très particulier. Le simple fait de parler de ce sujet fait souvent bondir dans les dénominations chrétiennes qui dénoncent un retour au légalisme tant dénoncé dans les épitres pauliniennes. En fait c’est bien peu connaitre Paul et encore moins la Bible en générale. L’ancienne et la nouvelle alliance ne s’opposent pas entre-elles, elles se complètent en révélant le Christ dans toute sa mesure comme l’expression du Verbe divin révélant l’amour de Dieu.

Le diable sait parfaitement ce que contient comme charge affective et source de bénédictions le jour du shabbat. C’est pourquoi il est si bien encadré par le jour du soleil catholique et la déesse lune des musulmans et si bien défendu par leurs adorateurs.

Le shabbat agit comme un révélateur pour qui entre dans ce jour porté par l’Esprit-Saint. Il pénètre alors une dimension bien plus élevée que celle du simple rituel hérité de la tradition ou des convenances. Le jour du shabbat est le jour de la rencontre entre l’Epoux et l’Epouse, le jour béni où l’amour prend une dimension nouvelle exprimée par la foi en Dieu. Jésus nous a enseigné que la Loi se résume en ce commandant Mt 22: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38  C’est le premier et le plus grand commandement. 39  Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40  De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

L’expression la plus simple à coshabbat1.jpgmprendre de la Loi est le décalogue. Même si l’appellation « Décalogue » est relativement tardive, le fait qu’il y ait dix paroles est biblique (Ex 34,28 ; Dt 4,13 ; 10,4). Cependant, nul ne parvient à découper le texte en dix unités de façon satisfaisante. En outre, malgré l’indication selon laquelle le Décalogue fut inscrit sur deux tables (Dt 5,22), le texte ne s’articule pas de manière évidente en deux parties. En effet, si l’on fait abstraction des données externes pour s’attacher au seul texte du Décalogue, c’est plutôt une structure ternaire qui se dégage. Le commandement sur le shabbat est au centre de cette architecture. C’est le commandement le plus long. C’est aussi celui qui, le plus clairement, concerne à la fois Dieu et le prochain.

La loi d’Israël est ainsi différente de toutes les autres car elle implique une dimension absente ailleurs : le Juif obéit à la loi par la foi. Axée essentiellement sur la personne humaine et d’origine divine, la loi se présente dans la Bible porteuse d’un message universel. Un des indices les plus éloquents de cette intention universelle de la loi se trouve en particulier dans sa référence à la création. On le remarque notamment à propos du décalogue dont la structure place le shabbat, mémorial de la création, en son centre géométrique et thématique, c’est-à-dire à l’endroit même où était apposé le sceau dans les anciens documents d’alliance. Cette position du shabbat suggère que la conscience du Dieu créateur est au cœur même de l’observation des dix commandements, lesquels font par ailleurs écho aux dix paroles de la création.

Étant liées à la création, les lois religieuses et morales sont donc toujours normatives. Par contre, les lois dites cérémonielles liées au temple ont disparu avec lui car totalement accomplies une fois pour toute en Yeshoua. La loi d’Israël connaît donc deux lois, une loi absolue et universelle et une loi relative qui dépend du temps et des circonstances. Cette distinction se retrouve jusque dans le Nouveau Testament où les textes qui parlent de l’abolition de la loi sont contrebalancés par de nombreux passages qui l’exaltent au contraire ; ce n’est pas que ces textes se contredisent, c’est en fait qu’ils parlent de deux lois différentes.

Si les premiers chrétiens, Juifs religieux, ont été amenés à déclarer caduques les lois des sacrifices, car ayant trait au Messie, ils n’ont pas pour autant remis en question la loi du Décalogue dont Jésus a même approfondi et étendu l’application (voir Matthieu. 5 : 21, 22 ; 27, 28.)  De ces observations il s’ensuit que le principe de la loi comme de la vie religieuse demeure tout aussi valable pour le Juif que pour le chrétien. Surtout si la Loi est considérée dans son principe comme l’expression de l’amour divin.

Différente, universelle et toujours actuelle, la loi est l’expression même du caractère de Dieu. Dans la Bible, la relation avec Dieu n’est pas d’ordre mystique, sorte d’extase qui emporte l’homme en dehors de la réalité. Bien au contraire, la religion prônée par les prophètes d’Israël concerne la vie de l’homme dans la chair chaude de son existence et de ses actes. La spiritualité passe nécessairement par l’exigence éthique qui courbe la volonté et forge l’être aux impératifs d’en haut.

Mais il y a là plus qu’une discipline. Don de Dieu (Ex. 15 : 25) et expression de son amour pour l’homme, la loi est destinée à être vécue ici-bas comme l’expression de notre amour pour Dieu. Le prophète Jérémie voit la loi inscrite dans le cœur de l’homme (Jér. 31 : 33). Le psalmiste chante l’amour et les délices de la loi (Ps. 119 : 92). Paul lui-même reconnaît « prendre plaisir à la loi de Dieu » (Rom. 7 : 22, 25). On n’obéit pas à la loi par contrainte, parce qu’on est obligé, ou par intérêt pour se gagner les faveurs et le salut de Dieu.

On obéit à la loi librement, par amour pour Dieu, et parce qu’aimé et sauvé par Lui (voir Ex. 19 : 4, 5 ; cf. Ps. 119 : 41-45). Bien plus, on obéit à la loi pour accomplir sa destinée, pour être vraiment soi-même. Le but de la loi de Dieu, c’est la liberté de l’homme. C’est ici l’idéal du Juif, mais aussi de tout homme qui veut vivre selon Dieu et avec lui, parce qu’il a compris qu’il ne peut vivre que de lui.

La dimension universelle du Shabbat dans la création. (Extrait du journal Chrétien Suédois « Dagen »)

La connexion « Shabbat et Israël » a une profonde signification : Par la bouche de Moïse qui énumérait les 10 commandements. Dieu ordonnait : « Souviens-toi du jour du repos pour le sanctifier » (Exode 20:8). Les Chrétiens pensent que cela signifie seulement prendre un jour de repos tous les 7 jours, mais pour le Juif et surtout pour Dieu cette signification est bien plus profonde : en effet il y a une pensée cachée, un « code secret ».

Dès la création, la Genèse montre dans le texte hébreu concernant le 7ème jour un « code secret » étonnant que nous allons découvrir. Déjà à la fin du chapitre 1 il est dit : « Ainsi il y eut un soir il y eut un matin ce fut le sixième jour » et le chapitre 2 continue : « Ainsi furent achevés les cieux et la terre et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son oeuvre qu’il avait faite »…

Apparemment il semble que ces versets n’ont rien de spécial, mais si on regarde attentivement le texte hébreu on découvre un message étonnant : En prenant la dernière lettre du chapitre 1 qui est  (« Yod » qui correspond à i) et en comptant toutes les 7ème lettres du chapitre 2 on découvre les lettres suivantes ISRaEL Ma Ma SH.

shabbat2.jpg
Cela est d’autant plus étonnant que le nom « Israël » en texte clair ne se trouve, pour la première fois que dans Genèse 32:28 où un « Etre mystérieux » combat avec Jacob et à la fin du combat change son nom en « Israël »…

Ce que signifie « Israël » nous le savons mais qu’est-ce que signifient ces lettres « Mamash » ? D’après certains dictionnaires la signification serait : « réalité un fait, concernant un fait ». J’ai demandé à mon professeur d’hébreu qui m’a répondu que cela signifie « Cela et rien d’autre »  Quelle révélation !… Au septième jour Dieu a pensé à « Israël à cela et rien d’autre » ! Dieu s’est reposé le 7ème jour et il a projeté Israël durant son repos. On pourrait l’exprimer ainsi : Dieu s’est reposé en pensant à Israël et Israël doit se reposer en pensant à Dieu. Puisqu’il est dit qu’il serait « un royaume de sacrificateurs et une nation sainte » (Exode 19.6)

On comprend alors combien les éléments du triangle « Dieu-Israël-Shabbat » s’adaptent tellement intimement. Exode 31:13 à 17 dit que le Shabbat est un signe et une alliance entre les enfants d’Israël et Dieu. Puisque Dieu pense tellement intensivement à Israël le Shabbat, il veut qu’Israël aussi pense a lui ce jour-là ! Est-ce que cela ne concerne pas aussi les Chrétiens qui ont été greffés sur l’olivier vrai, (Romains 11:17 à 18) ?.

Mais derrière tout cela il y a quelque chose de plus important : Les Juifs comptent le temps depuis Adam, ce qui cette année devient 1 année 5762 (1991-1992). II est probable qu’il y a un décalage d’une centaine d’année, de même que pour les chrétiens il y a aussi quelques années de différence avec le calendrier actuellement utilisé.

Quand les 6000 ans depuis Adam seront écoulés, les 1000 ans de paix commenceront pour la terre. Dieu travaille avec l’humanité durant 6000 ans et le septième millénaire, son oeuvre accomplit, il se repose. Durant ce temps, il y aura « collaboration » entre lui et Israël d’une manière très spéciale et alors s’accomplira ce qui est écrit en Jérémie 31:7 « Car ainsi parle l’Eternel : « Poussez des cris de joie sur Jacob. Eclatez d’allégresse à la tête des nations »…

Remarquons encore dans ce code que la première lettre du nom d’Israël  « Yod » = i, se trouve la dernière lettre dans le 6ème jour. Je pense que cela signifie que Dieu ne peut pas attendre jusqu’au 7ème jour et que déjà au 6ème jour il commence avec Israël (1)… actuellement nous nous trouvons dans ce petit « Yod » (en grec Yota) à l’époque actuelle !

En 1948, Dieu a commencé à écrire le nom d’Israël devant les nations et actuellement nous sommes à l’époque de transition entre la fin des 6000 ans et le millénium à venir. Dieu commence à travailler sur le modèle auquel il a pensé à la création. Yéshoua (Jésus) disait que pas un « Yod » de la Torah ne disparaîtra avant que tout s’accomplisse.

Sans ce « Yod » (i) il n’y aurait pas d’Israël.

Il n’y a donc rien d’étonnant que le diable qui depuis longtemps déteste et a voulu détruire les Juifs et ensuite les Chrétiens, veut s’acharner davantage actuellement, pourquoi ? Peut-être qu’il connaît ce code et veut se débarrasser des Juifs et des Chrétiens.

En tout cas il sait que le jour approche où les Juifs diront « Barouh haba beshem Adonaï »… Béni soit CELUI qui vient au Nom du Seigneur (Matth. 23:39).

En ce temps-là, avec la venue de Yéshoua (Jésus) il y aura un changement de gouvernement sur la terre : Le diable sera obligé d’abdiquer et le Messie s’installera sur son trône à Jérusalem pour régner, par son peuple, sur tout la terre.

« Car de Sion sortira la loi et de Jérusalem la Parole de l’Eternel. Il sera le juge des nations, l’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux. Et de leurs lances des serpes: Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre. Et l’on n’apprendra plus la guerre (Isaïe 2:3b-4).

« … Afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ (en hébreu : Yéshoua ha’Mashiah N.D.L.R) que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes (Actes 3:20 à 21).

D’autres articles traitent du sujet de la Loi et du Shabbat, écrit par des juifs ils sont important pour mieux comprendre tous ces sujets.

http://schoenel.unblog.fr/yeshoua-et-le-shabbat/

http://schoenel.unblog.fr/2011/01/01/yeshoua-et-la-loi/







Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers