Anniversaire de guerre

20 03 2011

Il est d’une ironie amère de noter que l’anniversaire du début de la guerre en Irak tombe précisément ce week-end », rappelle outre-Manche The Independent. « Huit ans après les batailles de Bagdad et Bassorah, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne dans un autre pays arabe. L’héritage de l’Irak hante chaque action. Rappelons que sur la base de mensonges grossiers, G. W. Bush avait sans mandat de l’ONU décidé d’attaquer l’Irak, avec le succès qu’on sait…

bushsarkozy.jpg

Ironie de Dieu ? Un nouveau chef de guerre revient sur le devant de la scène pratiquement le même jour 8 ans après, en France cette fois-ci. Après avoir accumulé les scandales, décrédibilisé la France à l’internationale, notamment en invitant Kadhafi à l’Elysée, voilà que par un incroyable tour de prestidigitation politicien, notre supra-président retourne son passé politique calamiteux pour devenir le chef de file d’une coalition qui part en guerre contre l’innommable à qui tant d’armes françaises furent vendues. Après avoir fait durer le suspense diplomatique en jouant sur le côté dramatique de la situation libyenne pendant des semaines, voilà que tel le messie, notre président se trouve une nouvelle fibre de sauveur du monde.  

C’est la première fois, depuis son élection, que Nicolas Sarkozy revêt son costume de chef de guerre. Conscient du poids sur ses épaules, il a interrogé ceux qui, avant lui, ont traversé cette épreuve. Ainsi a-t-il, selon nos informations, longuement consulté Jacques Chirac, qui avait dit non à la guerre en Irak. Sans doute son prédécesseur l’a-t-il convaincu de ne pas partir seul, sabre au clair. 15h45, hier : c’est donc au nom d’une coalition de six pays que Sarkozy lance l’opération militaire contre Kadhafi. « Notre détermination est totale! » menace-t-il, en direct sur les chaînes françaises mais aussi sur CNN et la BBC. Deux heures après la fin du sommet de l’Elysée, les avions de la coalition frappent, dans une scénographie millimétrée.   

Mais à l’Elysée, l’heure est à la fausse modestie. On ne parle pas de guerre, mais « d’opération de soutien au peuple libyen ». C’est d’ailleurs un nouveau concept onusien qui sous-tend l’opération, dit-on : « On appelle cela la responsabilité de protéger. Ça remplace le devoir d’ingérence inventé par Bernard Kouchner. » Si le président fait profil bas, c’est aussi parce qu’il sait que ses détracteurs le compareront volontiers à George W. Bush, intervenu en Irak en 2003 sans feu vert de l’ONU. Cette semaine, il a donc tenu à prouver le contraire, arrachant un mandat des Nations unies avec la résolution 1973…

Surtout, Sarkozy veut jouer collectif, après un début rocambolesque qui l’a vu reconnaître en solo le Conseil national de transition libyen et fait le forcing pour aboutir à une résolution de l’ONU. La réunion de l’Elysée largement médiatisée et organisée comme un sarkoshow, n’avait pas d’autre but que d’afficher la photo de famille des 19 « partenaires » européens, nord-américains et surtout arabes. Mission accomplie : « Les Arabes soutiennent la résolution », a clamé Amr Moussa (Ligue arabe) lors du déjeuner. « Soixante-quinze pour cent des Espagnols sont derrière moi », a précisé Zapatero. Sarkozy avait même invité Merkel, surprise, lui glissant, grand seigneur : « C’est bien normal »

En pôle position, le président sait qu’il prend des risques en cas de bavure. Mais il est persuadé d’avoir les Français derrière lui. « Si tout se termine bien, ce sera un triomphe. Il était dans les cordes et le voilà qui réunit le monde entier à ses pieds! » Ose même un proche, l’œil rivé sur 2012. Pour bien garder la primauté en tout, symboliquement, les Français ont tiré les premiers. Deux heures à peine après la déclaration de Nicolas Sarkozy. Quelques blindés ont été détruits près de Benghazi. Désormais la France est en guerre.

libyeguerre.jpg


Actions

Informations






Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers