• Accueil
  • > economie
  • > Vous avez aimé le Trich(eur)et, vous adorerez le Drag(on)hi

Vous avez aimé le Trich(eur)et, vous adorerez le Drag(on)hi

15 10 2011

Ah que nous était vanté les vertus de l’euro avant sa mise en place, notamment sa vertu principale qui serait de contenir l’inflation. Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir propriétaire ? Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers ? Mais la valse des étiquettes n’est pas mal non plus avec en 10 ans avec une augmentation de 100% du prix de la baguette ou de l’essence et de 200% du lait  ou d’un fromage.

Image de prévisualisation YouTube

Outre la stabilité des prix promise, qui s’est muée en valse des étiquettes avec l’euro, les tricheurs et menteurs qui nous gouvernent nous assurèrent qu’avec une nouvelle monnaie et des traités qui mènent vers le fédéralisme, le continent s’assurait sa stabilité et une croissance soutenue. Las, aujourd’hui, le continent où devait couler le lait et le miel, est bien laid et a pris un goût de fiel et à la place coulent le sang et les larmes. On pourrait donc penser qu’avec du recul, les européens réagiraient pour arrêter la folle course vers le néant. Eh bien, non ! On va en remettre une bonne couche….

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a recommandé mercredi face aux députés européens que soient rapidement renforcés les fonds propres des banques européennes. Cette recapitalisation devrait suivre le seuil préconisé par l’Autorité bancaire européenne (ABE), favorable à un relèvement du ratio de fonds propres de 9% d’ici à juillet 2012, contre les 7% fixés actuellement par le Processus de Bâle III devant entrer en vigueur en 2013. Les banques auront entre six et neuf mois pour s’y conformer, faute de quoi elles devront accepter une recapitalisation par les pouvoirs publics.

Une fois qu’elle sera en possession de toutes les données qui lui sont actuellement transmises par les banques, l’Autorité bancaire européenne préparera une proposition de recapitalisation des établissements systémiques des Vingt-Sept en vue de la réunion des ministres européens des Finances qui doit avoir lieu le 21 octobre, à l’avant-veille du sommet européen du 23 octobre. Les banques devront faire appel à des sources privées de capitaux, appuyées par le soutien des autorités nationales si nécessaire. Dans l’hypothèse où ce soutien ne serait pas possible, le recours au Fonds européen de stabilité financière (FESF) serait envisageable mais uniquement en dernier ressort.

Avec un tel “effort de recapitalisation, coordonné et ciblé”, Bruxelles espère éviter un risque de contagion de la crise au sein de la zone euro. Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet a ajouté dans une dernière intervention, que “la crise a atteint une dimension systémique”. Face à un risque de défaut de paiement grec, la dette d’Athènes serait donc rééchelonnée, une décote comprise entre 30% et 50% pour les détenteurs privés d’obligations grecques étant désormais envisagée, au lieu des 21% initialement prévus.

Concernant le Fonds européen de stabilité financière (FESF), dont la dotation pourrait s’élever à 2 500 milliards d’euros, José Manuel Barroso désire “maximiser” sa possibilité d’actions, via un mécanisme financier dit d’”effet de levier” sans apport de garanties financières nouvelles par les Etats. La Commission recommande aussi que le remplacement du FESF par un fonds permanent, le Mécanisme Européen de Stabilité (MES), soit avancé à la mi-2012 au lieu de 2013. L’élargissement des compétences du Fonds décidé le 21 juillet dernier reste toutefois conditionné par son approbation par le parlement slovaque, qui doit se prononcer à nouveau ce vendredi.

Le plan Barroso de sortie de crise, présenté mercredi au Parlement européen, ne fera bondir ni les États membres ni les marchés, car il n’avance que des propositions déjà dans l’air. Son intérêt principal est ailleurs : pour la première fois depuis le début de la crise grecque, il fait un paquet de toutes les mesures à prendre. “Simultanément et urgemment”, précise le président de la Commission européenne.

Je suis certain que pour 99% des européens, ce qui est écrit en italique n’est que du charabia et reste incompréhensible et c’est bien ce que veulent nos chers élus démocrates épris de liberté. Afin de faire passer aux forceps le Fonds européen de stabilité financière (FESF), on a fait revoter les slovaques jusqu’à ce que ça passe, comme les irlandais avec le traité de Lisbonne. Les votes concernant l’Union européenne sont donc à effet de cliquet, toujours en avant sans jamais revenir en arrière par voie de référendum populaire. Sous un verni démocrate, un coup d’Etat permanent est en cours en Europe, qui nous amène progressivement via la défense de l’euro, à un asservissement total des peuples et des nations aux structures financières qui doivent contenir les dettes. Voyons maintenant comment le diable met en place son royaume des ténèbres au cœur de la Bête de l’Apocalypse, l’Union européenne. 

LA SUITE…


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eazy Islam
| Josue
| Passion Templiers